Facebook
L’après extradition : Les salafistes, le président et les américains   
21/01/2008

S’exprimant le 15 janvier dans un discours à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire mauritanienne le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a déclaré  la détermination de la Mauritanie  à lutter sans merci contre le terrorisme, l’extrémisme et le crime transfrontalier. Il s’agit de "fléaux étrangers à la société mauritanienne et tout sera mis en oeuvre pour éradiquer ces maux" a-t-il précisé.



"Ces phénomènes transfrontaliers seront combattus avec la plus grande fermeté grâce à notre juste appréhension de l’Islam, à nos forces armées et de sécurité, à notre justice et grâce au consensus de notre peuple autour du rejet de ces pratiques", a-t-il affirmé. Le président Ould Cheikh Abdellahi s’exprimait pour la première fois après l’attaque d’Aleg qui a coûté la vie (le 24 décembre) à quatre touristes français suivie le 27 décembre de l’embuscade d’ El Ghallawiya qui a fauché  la vie à 3 soldats mauritaniens. Le discours présidentiel intervenait également trois jours après l’extradition de Guinée Bissau de deux mauritaniens soupçonnés d’avoir tué les touristes français. Il a été suivi de deux interpellations dans les milieux salafistes et de la relance de la coopération sécuritaire avec les USA.
Interpellations  dans les milieux salafistes
La première interpellation a été celle de Abdellahi Ould Mohamed Sidi dit Abdellahi Ould Bouh, un salafiste   recherché par les autorités saoudiennes depuis plus de deux années. Il  a été arrêté la semaine dernière à Nouakchott. Son nom figure sur une liste de trente six  suspects recherchés par les autorités saoudiennes suite aux attentats perpétrés par Al Qaida dans ce pays. Venu en Mauritanie au milieu de 2005,  Ould Sidiya a mené  une vie normale et vendait les voitures avant d’entrer en clandestinité suite à l’avis de recherche lancé contre lui par les Saoudiens. Selon un journaliste  arabophone très proche idéologiquement de la mouvance jihadiste, les saoudiens reprochaient à  Ould Mohamed Sidi d’avoir hébergé dans des appartements qu’il gérait en Arabie Saoudite des jihadistes saoudiens impliqués dans des attentats commis au Royaume wahhabite. D’autres sources affirment qu’il aurait été aperçu en Guinée Bissau avant l’arrestation des présumés meurtriers des touristes français et qu’il fut cité par ces derniers, lors de leur interrogatoire.
Deuxième interpellation celle du prédicateur salafiste Mohamed Lemine Ould Mohamed Salem alias El Majlissi  deux fois hôte des camps de l’ex-GSPC au Nord du Mali selon des enquêtes sécuritaires. Il  a été  arrêté  dans la nuit de lundi à mardi 16 janvier. Une source judiciaire a indiqué qu’ «il aurait été en contact avec les trois assassins présumés des touristes français avant l’attaque d’Aleg le 24 décembre». "El Majlissi" avait  été arrêté en 2006, jugé et acquitté en juillet 2007. La police ne lui avait pas reproché  grand-chose. Son interrogatoire avait tourné autour des victimes musulmanes et non musulmanes du jihad, sa position par rapport à l’Imam de la mosquée centrale ainsi que des poèmes qu’il aurait écrit pour faire l’éloge du GSPC. Sur ce dernier point,  il avait expliqué aux enquêteurs en 2006 que ses poèmes étaient plutôt érigés à la gloire du jihad en Afghanistan.
Coopération militaire avec  les USA
Troisième acte de l’après discours du 15 janvier.  Des "Marines" américains vont former bientôt des soldats mauritaniens aux techniques  de lutte anti-insurrectionnelle. Des instructeurs américains arriveront  en Mauritanie  aux termes de l’accord de Partenariat Transaharien de lutte contre le terrorisme (TSCTP), qui vise à aider les pays d’Afrique à combattre l’activisme fondamentaliste.  Les "Marines" américains formeront des soldats des unités  méharistes mauritaniennes qui patrouillent dans le désert le  long de la frontière avec l’Algérie, du  Sahara occidental et du  Mali.
IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés