Facebook
Devant l’Assemblée Nationale : Le PM Zeine Ould Zeidane évoque un déficit budgétaire de 30 milliards d’UM    
04/06/2007

Le Premier ministre, Zeine Ould Zeidane a déclaré le 31 mai, à l’occasion de son passage devant les parlementaires pour présenter sa déclaration de politique générale, avoir trouvé un déficit budgétaire de 30 milliards d’UM, dont 17 milliards dus à la chute des exportations pétrolières, indiquant que le pays a besoin de la conjugaison des efforts de tous, et rassurant les citoyens sur la situation du pays .



Le Premier ministre a informé députés qu’une nouvelle loi de finances rectificative qui leur sera présentée détaillera la situation économique que le gouvernement a héritée (du gouvernement de la transition). Il a précisé que le rôle de son gouvernement n’est pas un rôle d’évaluation mais qu’il lui appartient toutefois, d’édifier les députés sur la situation dans laquelle son gouvernement a trouvé le pays. M. Zeine Ould Zeidane a, dans ses réponses aux questions des députés relatives à la récente crise de l’approvisionnement en eau de Nouakchott, déclaré que la prise de fonction du gouvernement a coïncidé avec une hausse de température au moment où la production d’eau potable ne dépassait pas 50 000 m3. 30% de cette quantité se perd -selon le PM- en raison des défaillances techniques ou de pannes dans le réseau de distribution alors que la demande en eau, frôle les 80 000 m3/j.
Le Premier ministre a demandé de ne pas rendre son gouvernement responsable d’une situation qu’il a hérité. Il a révélé que son gouvernement oeuvre pour que 10 000 m3 supplémentaires soient pompés au cours des prochaines semaines de la nappe d’Idini et que le département concerné lutte contre les pertes d’eau liées au réseau.
Il a abordé d’autres questions soulevées par les parlementaires dont la hausse des prix qu’il a promis de contrecarrer tout en préservant le caractère libéral du marché.
Le PM a nié, avec vigueur, ce que des députés ont qualifié "d’intervention de l’armée dans les affaires politiques". Il s’est engagé à éradiquer définitivement le phénomène de la "Gazra" (occupation illégale du domaine public) à travers un programme ambitieux qui traite cette question tout en fermant la voie à sa réémergence.
Le PM a promis de préserver l’indépendance de la presse, de lutter contre la corruption et de régler la question des déportés qu’il a abordée le matin dans son discours.
Les leaders des groupes parlementaires ont formulé leurs observations sur le programme du gouvernement exposé.
Le président du groupe UFP, Moustapha Ould Bedrédine s’est interrogé sur le secret qui réside derrière les crises qui se sont succédées ces derniers temps et leur coïncidence avec la prise de fonction du nouveau gouvernement. Le président du groupe RFD, le député Mohamed Mahmoud Ould Ematt a protesté contre le fait que les députés n’ont pas eu l’occasion d’étudier le programme du gouvernement de façon détaillée arguant qu’il ne leur a été présenté qu’en salle.
Le président du groupe «Changement et Reforme», le député Jemil Ould Mansour a mis l’accent sur l’intégration au programme du gouvernement de la question des déportés s’interrogeant, en même temps, sur le fait que ce programme n’a pas abordé les relations avec Israël dont il demande la rupture.
Le député APP Khalil Ould Tiyeb, du groupe des partis de la Majorité a souligné que son groupe bien que soutenant le gouvernement, sera contraint, si celui-ci prend des décisions portant atteinte aux intérêts du peuple, de choisir le camp de ce dernier et a demandé à son tour, de rompre les relations «honteuses» avec l’Etat hébreu.
Il est à noter que dans l’ensemble le discours du Premier ministre a été bien accueilli par les parlementaires à l’exception de ceux du RFD. Deux incidents mineurs ont marqués la cérémonie : Une rupture d’électricité imputable aux installations internes de l’Assemblée nationale et un affrontement verbal entre El Ghassem Ould Bellali et Mohamed El Moustapha Ould Bedreddine. Messaoud Ould Boulkheir président de l’Assemblée nationale a calmé les esprits en appelant notamment le député de Nouadhibou à dire : «Chi Tayeb» (quelque chose de mûr). Selon des journalistes c’est Ould Beddredine qui aurait provoqué le député de Nouadhibou au moment où il montait à l’estrade.
Synthése TOB


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés