Facebook
Interview avec Mohamedna Ould Khattari: Expert comptable, membre de l’ONEC : «le communiqué publié par l’ONEC me surprend»   
09/01/2007

Sur le litige ou le différend ONEC/ Banque Mondiale  -on peut l’appeler comme on veut-  dont l’existence a été niée par un communiqué publié le 8 janvier sur CRIDEM .org, nous avons interviewé M. Mohamedna Ould Khattari (notre photo) expert comptable membre de l’ONEC, qui reconnaît bien  l’existence du différend  lequel  avait  d’ailleurs été discuté  -précise-t-il-, le 6 novembre dernier au siége de l’ONEC avec deux responsables de la Banque Mondiale. Entretien...



Tahalil Hebdo : Où  en êtes-vous avec le litige autour de la nouvelle exigence d’un diplôme d’Expert comptable pour les audits des projets IDA ?
Mohamedna Ould Khattari:
Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un litige, mais plutôt d’un différend. Nous sommes en train de  nous  concerter entre confrères et avec le Conseil de l’Ordre pour définir une attitude commune.

Tahalil Hebdo : En quoi l’exigence d’un diplôme d’expert comptable  est-elle injuste ?
MOK:
Tout d’abord elle met en cause un passé satisfaisant pour les deux parties (ONEC et BM), en suite elle va priver les professionnels Mauritaniens d’une bonne part de leur marché qui ira ipso facto à des étrangers.

Tahalil Hebdo : Que comptez-vous faire face à une conditionnalité qui porterait préjudice à votre profession ?
MOK:
Comme je vous l’ai dit plus haut, nous sommes en train de se concerter pour arrêter une action commune.

Tahalil Hebdo : Comment réagissez-vous au communiqué publié  sur Internet par l’ordre national des experts comptables affirmant qu’il n’y a pas de litige entre l’ONEC et la Banque Mondiale?
MOK
: Ce communiqué me surprend, car ce différend a été dans un premier temps discuté lors d’une réunion le 6 novembre dernier au siège de l’ONEC avec deux responsables de la Banque Mondiale. Par la suite ce différent a fait l’objet d’échange de correspondance entre la BM et l’ONEC. Entre confrères on s’est aussi échangé des mails à ce propos.
Propos recueillis par IOM

 

Il y a bien un litige, malgré le pseudo droit de réponse publié sur cridem.org
Le 8 janvier 2007, quatre jours après notre publication relative au litige opposant les experts comptables mauritaniens à  la mission de la Banque Mondiale (BM) en Mauritanie autour d’une conditionnalité imposée en 2006 par un analyste financier ivoirien en service à la mission de la BM chez nous ;  et en moins d’une journée du  retour en Mauritanie de M. Ould Sadegh le président ultra-contesté de l’Ordre National des Experts Comptables (ONEC)  qui s’est vu présenter un droit de réponse préétabli à la passerelle de l’avion par un certain (O.A.J ) fonctionnaire à la même mission résidente de la BM , qu’il ne signera pas néanmoins, és qualité, avant d’être publié sur le respectable site CRIDEM .org et dans laquelle il est écrit :
« Je soussigné, Ordre National des Experts Comptables en Mauritanie (notez le je, pour un structure associative, NDLR), agissant en cette qualité, certifie que nous n’avons aucun conflit avec la Banque Mondiale qui, par contre, nous a aidé à mettre en place des normes d’expertise comptable, d’audit et un code de déontologie. Nous remercions la représentation de la banque à Nouakchott pour son aide précieuse et efficace pour la profession comptable en Mauritanie.
Je tiens à dire, cette fois encore, cette fois aussi, mais cette fois surtout, que monsieur Nestor Coffi est un professionnel hautement qualifié qui a rempli sa mission de Task manager de manière tout à fait satisfaisante.
Pour éviter, à l’avenir, toute polémique inutile, nous vous prions de nous contacter à l’adresse suivante: onecrim@onecrim.org ».  Fin de citation.
L’expéditeur du droit de réponse  comme on l’a vu, est resté anonyme par  pusillanimité et mauvaise foi, dans une affaire dans laquelle «Tahalil Hebdo»  n’a fait que présenter des faits réels et défendre le droit et le pain des Mauritaniens. On le comprend. Il  ne veut  pas compromettre apprend-on  une  subvention   de 400 000 dollars conçue  par le manipulateur Nestor Koffi au profit de l’ONEC pour renforcer des capacités qui n’avaient pas besoin de renforcement.
 Cependant  l’ONEC  devait reconnaître sa carence pour bénéficier de la subvention et se faire évincer des marchés d’audit des projets financés par la BM en Mauritanie ! Avant  la venue de Nestor Koffi et durant plus de 20 ans,  la BM était satisfaite du travail des experts nationaux. Pourquoi exiger un Diplôme d’Expert Comptable seulement en 2006 ? Washington est-elle au parfum ? Des questions qui restent en suspens. Convient-t-il également de préciser que le signataire du droit de réponse paru sur CRIDEM .org  a menti sur toute la ligne : Il y a bien un différend entre les experts comptables mauritaniens et la mission de la BM en Mauritanie sur la base de l’institution d’un conditionnalité relative à un diplôme d’expert comptable pour les audits des projets financés par la BM. Le signataire  a également menti en affirmant que Nestor Koffi a rempli sa mission en Mauritanie de «manière tout a fait satisfaisante ».Car ce dernier fut avant sa mutation  la terreur des projets financés par la BM en Mauritanie… Un dossier sur lequel nous pourrons revenir en détails… Mais pour l’instant l’essentiel était  de prouver qu’il y a bien différend donc un litige.
IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés