Facebook
L’info-épouvantail   
01/09/2011

Des partisans africains de Kadhafi habitués à ses largesses ne démordent pas ! Après avoir fait du tapage sur l’empressement de l’Otan à attaquer l’armada du dictateur qui écrasait  son peuple, puis l’"islamisme" de la rébellion libyenne et ses liens présumés...



...avec Aqmi qui aurait obtenu grâce à cela, des "missiles Sam", les voila, sortir un nouvel argument.
Et lequel ? Les armes françaises parachutées pour aider la rébellion libyenne -disent ces sources- seraient tombées entre les mains de touarègues avant de prendre le chemin du Nord-Mali où elles pourraient servir les rébellions et le terrorisme,  veut-on nous faire comprendre.

L’info-épouvantail est à la Une des medias depuis le 31 juillet. Elle a été rendue publique comme pour mettre la pression sur la France à la veille du "Sommet des amis de la Libye" qui débute le 1er septembre à Paris. 

Mais armes françaises ou pas, les touarègues et les combattants d’Aqmi (que rien ne lie) avaient déjà leurs arsenaux obtenus grâce aux sources d’approvisionnement classiques, qui existaient bien avant la rébellion libyenne.

Et sur lesquelles des éclairages doivent être apportés. Bahanga l’a fait et en est mort une journée après!
L’information selon laquelle "des touarégues maliens rentrés au Mali après avoir combattu pour Kadhafi sont en possession d’armes parachutées par la France aux rebelles libyens", serait en fait, destinée à culpabiliser le France à laquelle certains régimes de la sous-région voudraient dire : «Par ta faute, les terroristes ont été armés».

Mais, ne l’étaient-ils pas déjà? Par qui? That is the good question.

MAOB

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés