Facebook
Aqmi hantée par le printemps arabe:De la rébellion à la révolution?   
24/08/2011

Al-Qaida au Maghreb Islamique (Aqmi) a publié une nouvelle vidéo destinée à l’embrigadement idéologique et au recrutement de par son contenu, orienté, sur le lynchage des régimes arabes et  les actions armées réussies au Mali et en Algérie. Deuxième grande publication après «Jahimou El Mourtedine» d’Aout 2006 ...



...la nouvelle production que «TAHALIL» a pu intégralement visionner pour ses lecteurs, présente la principale caractéristique d’avoir donné une plus grande place au printemps arabe et à l’idéologie,  au détriment de l’action jihadiste.

 

Aqmi qui y renouvelle clairement ses ambitions de changer les pouvoirs en place, songe-t-elle à évoluer de la rébellion vers la révolution ? Ou à faire conjuguer des pressions populaires à ses actions militaires ?


Les dizaines d’attaques menées en Algérie et les affrontements avec l’armée mauritanienne au nord-Mali depuis juillet 2010 même ceux où Aqmi affirmait avoir eu le dessus ont été occultés dans la vidéo. Notamment celui de Hassi Sidi où les jihadistes ont bien mis la main sur plusieurs véhicules de l’armée mauritanienne. Voir à cet effet, le film publié sur TF1/LCI qui n’aura pas fait autant de bruit que la photo d’ANI.


Assez bizarrement, Droukdel, son chef général aura joué un rôle de figurant dans la nouvelle vidéo où un blackout total a été observé sur le renforcement supposé de l’arsenal militaire d’Aqmi grâce au «pillage des casernes libyennes» comme avancé dans les milieux de la barbouzerie occidentale et locale.

 

Aucune présence de Abou Ammar théoriquement émir de la zone sud depuis 2007, de Nabil Abou Alghama chef des opérations de la même zone depuis 2010, pas d’image de Belmokhtar, une très brève allusion aux otages français et au finish, à peine 15 des 100 mn de la vidéo, auront été consacrées aux Katibas du nord-Mali.

 

Annoncée un mois auparavant à grand renfort de bannières et de bandeaux sur les forums jihadistes (Eljahaffel et autres), la vidéo titrée : « Entrez chez eux par la porte (…) vous serez sans doute les dominants», (Sourate Al Maidah ; Verset XXIII), a été postée début Aout 2011 sur le web.

 

Commentée par l’algérien Salah Abou Mohamed chef de la commission médiatique d’Aqmi la vidéo d’une durée de 100 mn a été principalement consacrée au printemps arabe, à l’incitation au renversement des régimes arabes et aux opérations menées entre 2009 et 2011 en Algérie et au Mali avec des séquences de combattants mauritaniens et d’ anciens prêches de doctrinaires d’Al Qaida-Afghanistan comme Abou Yahya Elliby et Ayman Dhawahiri,  lequel, appelait au jihad en Mauritanie «bien aimée» dit-il, et à la rupture des relations avec Israël, effective depuis 2009. Aqmi est-elle dépassée?

 

La hantise du printemps arabe

 

Une importante part de la vidéo est revenue aux révolutions arabes lesquelles -selon le présentateur- «annoncent que le vent du changement a enfin soufflé après des décennies d’humiliation et d’esclavage exercées par les dictateurs de l’orient et de l’occident».

Révolutions qui ont obtenu avec les manifestations, souvent pacifiques, ce que l’organisation jihadiste n’a pu avoir par la terreur et les opérations militaires et qu’elle avait craint dans un premier temps, avant de vouloir s’y arrimer pour balayer des régimes arabes tous venus au pouvoir, il est vrai, par la violence et s’y maintenant à travers elle.


Assez curieusement, Droukdel, l’émir sous régional d’Aqmi, qui ne s’est pas prononcé publiquement depuis le 18 novembre 2010 (quand il avait lié le sort des otages français à Ben Laden) ne s’est pas non plus exprimé dans la vidéo, où il est montré au milieu de ses compagnons ou au combat.

 

Ce sont des dirigeants et doctrinaires jihadistes algériens (Abou El Hassen Rachid Leblidy, Othmane El Ghacimi, Abou Saif Al Aurasy, Abou Obeida Al Annabi) sinon originaires d’autres pays (Oussama Ben Laden, Abou Leith Elliby, Ayman Dhawahiri, Abou Yahya Elliby, Abou Omar Al Baghdadi, Abdalla Azzam et Abou Mousaab Zarghawi) qui ont été les paroliers de la vidéo propagandiste.

 

Un véritable plaidoyer en faveur des révolutions populaires a été ainsi rendu alors que la vidéo faisait défiler des scènes de répressions féroces menées en Tunisie, en Egypte, en Libye et en Syrie, avec un accent particulier sur la torture infligée à un manifestant par de sadiques militaires syriens (incapables de bouter l’israélien hors du Golan) ainsi que le témoignage d’un égyptien où il affirme que des policiers Cairotes ont raillé le Saint Coran et qu’il fut torturé afin qu’il rase sa barbe.

 

Il y eut aussi le témoignage poignant d’Ali Belhadj sur les emprisonnements et disparitions en Algérie. «On nous mettait à 12 et 18 dans une cellule pour 2 personnes, on s’y soulageait faute de toilettes» dit-il avant de lancer : «Non, ces régimes ne peuvent affronter Israël ou l’Amérique, ce sont des oppresseurs !»

Mais les révolutions arabes -affirme Ayman Dhawahiri- dans la vidéo ont brisé la peur. Selon lui, les peuples refusent maintenant d’être traités comme des «moutons conduits à l’abattoir».

 

Le présentateur enchaine que les révolutions ont aussi dévoilé la faiblesse des régimes d’où la nécessité de forcer leurs portes afin de les dominer.

Des propos d’Abdel Bari Atoine rédacteur en chef d’Al Ghuds Arabi attribuant à Al Qaida-Afghanistan un rôle dans le déclenchement des révoltes sont utilisés dans la vidéo et illustrés par les attentats du 11 septembre: «Qu’on le veuille ou non, Al Qaida a bien préparé le terrain aux révolutions arabes en s’en prenant à l’hégémonie américaine et aux régimes arabes» dit-il.

 

«Le tribut de l’humiliation (daribatou edhoul) est plus couteux que celui de la liberté. Ces régimes ne sont pas réformables de l’intérieur avec la participation politique car on ne peut traiter le cancer avec de l’aspirine» a expliqué à son tour, Abou Saif Al Aurasy, un des chefs militaires d’Aqmi.

 

«A ceux qui nous disent : qu’avez-vous obtenu en 20 ans de jihad (en Algérie) nous disons : il nous suffit d’avoir rejeté le Taghoût (dictateur) et de refuser la non application de la charia. La victoire est proche» dit, de son coté Abou El Hassen Rachid Leblidy qui a plaidé pour la solidarité, la fraternité et le rejet des divisions entre jihadistes, comme s’il y en avait.

 

Conforter le concept de «guerre par procuration»

 

Pour justifier son hostilité aux régimes par leur inféodation à l’occident et leur coopération militaire avec lui, et conforter ainsi, le concept de «guerre par procuration» que lui livrerait les dirigeants maghrébins Aqmi a diffusé des extraits d’une rencontre entre le président Algérien Abdelaziz Bouteflika et le général Carter commandant de l’Africom lequel a parlé de coopération entre les deux pays. Alain Juppé a salué dans la vidéo le rôle de l’Algérie dans la réunion de Bamako ( mai 2011) .

 

Et toujours pour démontrer l’engagement occidental, la vidéo reproduit des extraits d’un entretien incendiaire réalisé par une chaine de télévision avec Mohamed Al Arabi Zeitout un diplomate algérien, en exil dans lequel il a évoqué -se basant sur WikiLeaks- les facilités données aux militaires américains en Algérie notamment la surveillance aérienne du territoire algérien et la présence de bases militaires américaines mobiles ainsi que des bureaux pour des services occidentaux de renseignement.
M Zeitout a affirmé que l’Algérie croule sous les bottes d’un quarteron de généraux (Tawfigh- Mhanna-Kharfi et Attafi). Une représentation qui renvoie drôlement à un autre pays du voisinage. Ne me demandez pas lequel !


Poursuivant la publication de témoignages confirmant la présence militaire occidentale, mais cette fois en Mauritanie, la vidéo a diffusé des images de militaires occidentaux entrainant des soldats mauritaniens et un extrait d’une interview donnée par Oul Lefghih à Al Arabia, lequel, a confirmé le soutien français à l’armée mauritanienne et la présence d’officiers et de forces françaises en Mauritanie. Un soutien confirmé d’ailleurs par un extrait de déclaration du Premier ministre français François Fillon .

 

Et la vidéo abonde dans le même sens et republie un extrait de reportage de l’ex-correspondant d’Al Jazeera en Mauritanie Baba Oud Tchfagha lequel confirmant «l’alliance franco-mauritanienne contre le terrorisme» a souligné ses retombées sur le régime du président Aziz avant de tendre le micro à Brahim Ould Sneiba qui a souligné "l’importance" de la dite alliance pour "affronter le terrorisme".


Après les témoignages d’officiels, d’experts et de journalistes allant dans le sens voulu, la vidéo synthétise avec un ancien message de Ben Laden : «La réalité amère c’est que nos pays sont colonisés de l’intérieur par des sionistes arabes qui gouvernent au nom de leurs maitres occidentaux soutenus en cela par des contingents militaires et civils et des intellectuels et journalistes corrompus» a-t-il déclaré.

 

Après les gouvernants, les armées arabes vont être diabolisées dans la vidéo. Abou Oubeida Al Annabi président de la commission des Sages d’Aqmi et successeur potentiel de Droukdel s’en est chargé : «Les derniers événements dont les révolutions ont démontré que les armées arabes ne sont pas destinées à l’ennemi extérieur et qu’elles sont uniquement des appareils de répression contre leurs propres peuples» avance-t-il en demandant aux militaires de cesser de combattre les «Moudjahidines» pour protéger des dirigeants apostats. Al Annabi ne dit pas aux militaires qui cesseraient de l’être, ce qu’ils doivent faire pour nourrir leurs enfants.

 

Justifiant le recours à la violence et les dommages qui en résultent Othmane El Ghacimi exégète de la zone du Centre, particulièrement aigri avec une intonation inspirée ou mimant celle de Ben Laden, les met sur le compte des violences subies par le monde musulman depuis un siècle. Les musulmans, dit-il n’ont plus rien à préserver, car ils ont déjà tout perdu sur le plans spirituel et matériel. La violence est donc une réponse à l’humiliation, affirme-t-il.

 

La vidéo montre par la suite un défilé de Pick-ups paradant dans une zone montagneuse vraisemblablement au nord-Mali ainsi que l’attaque d’un poste militaire algérien à Azazga menée sous la supervision de Droukdel visible au milieu de ses combattants tous en tenue afghane. L’attaque dont les séquences ont été montées sur un prêche du palestinien Abdalla Azzam assassiné en 1989, vétéran d’Afghanistan et ex-maitre à penser de Ben Laden, s’est produite le 15 avril 2011 et s’était soldée par un carnage sur les militaires algériens.

 

On aperçoit également le bombardement en mai 2011 de la caserne de Tagmats et par la suite on voit un hélicoptère survolant les lieux. Et on voit par la suite l’embuscade contre des gardes communaux à Souk El ithneine (octobre 2009). Remarque : les deux opérations ont été menées par des combattants en jeans et jaquettes, pratiquement tous rasés de prés. Comme quoi, on peut penser qu’Aqmi a probablement ses Junks sinon sa génération Rap.

 

«Yahrag Feim Beyak Yeu Levreikh»

 

A sa fin, la vidéo nous transporte au nord-Mali précisément à El Wesra théâtre d’un violent affrontement en juillet 2009 entre «Seriyat El Vourghane» et des militaires et miliciens maliens. Affrontement catastrophique pour les maliens attaqués aux premières lueurs de l’aube par des combattants dirigés semble-t-il par Abdel Hamid Abou Zeid et Abdel Hagh Abou El Khabab qui apparaissent dans la vidéo assis sur une élévation en train de prospecter le terrain.

 

On voit ensuite, le déroulement de la bataille et les dépouilles jonchant le sol désertique. L’un des survivants est achevé à l’arme automatique sous un typique «yahrag feim beyak yeu levreikh !». Une insulte bien de chez nous quoiqu’il y ait des maures sahraouis, maliens et nigériens engagés avec Aqmi .

 

A la fin de l’affrontement le mauritanien Abdallah Chinguity (prédicateur principal du séminaire : Koutibeu Aleykoumou El Ghital*), de son vrai nom Mohamed Lemine Ould El Hacen prononçait une éloge funèbre à la mémoire de son compatriote Mohamed Salem Ould Moissa dit "Nomane" (ex-maçon de DarNaim), tué lors de cette bataille.

 

La vidéo prend fin avec des prêches de Yahya Oul Mahfoudh un adolescent mauritanien originaire d’El Vourat tué en 2008 à Ouargla puis celle d’un sahraoui abattu avec lui. Une forme de reconnaissance posthume destinée à les faire revivre dans l’esprit de leurs camarades. Agir sur les esprits et les travailler, Aqmi sait –hélas- s’y prendre.

Isselmou Ould Moustapha

(*) http://www.journaltahalil.com/detail.php?id=4268

 

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés