Facebook
RNI:Ce que Lemrabott a dit!   
26/12/2006

A la demande de nos lecteurs nous revenons ici sur la conférence de presse organisée par le RNI  après la proclamation des résultats du second tour des élections législatives pour leur livrer la minute d’une  manifestation apparemment riche en significations.



Le Rassemblement National des Indépendants (RNI) a tenu le 06 décembre dernier  une conférence de presse au cours de laquelle son coordinateur Lemrabott Sidi Mahmoud Ould Cheikh Ahmed  a répondu aux questions de la presse. Ould Cheikh Ahmed, ministre de l’Intérieur jusqu’au 3 août 2005 et membre du bureau exécutif du Prdr jusqu’ août 2006,  coordonne  le RNI, une force politique devenue incontournable parce qu’ayant  recueillie 39 des 95 sièges de députés au terme des dernières élections législatives. Première info livrée à l’assistance : le RNI évoluera en parti politique.
En effet,  en réponse à une question Lemrabott  déclarera que le RNI  envisage de créer un parti après les sénatoriales (prévues en janvier 2007). A une autre question relative au soutien qu’apporterait certains dirigeants du RNI à Sidi Ould Cheikh Abdellahi (candidat à la présidentielle), le coordinateur du Rassemblement n’a pas été tranchant comme il le sera  avec d’autres questions: «il est prématuré de parler des présidentielles, le soutien à Sidi Ould Cheikh Abdellahi ne me concerne pas personnellement et je ne peux pas  répondre à la place des autres» a-t-il dit.
 A la question de savoir comment peut-on dissocier les indépendants de l’ancien régime Ould Cheikh Ahmed (symbole des deux par excellence) affirme  parler avec «sincérité» en disant  que le RNI n’est pas une force liée au passé mais plutôt à l’avenir. Concernant une éventuelle alliance entre les élus indépendants et ceux des partis de l’ex-majorité en vue de consacrer d’une certaine manière le retour de l’ancien système, Lemrabott,  paniquera un moment, déclarant à l’adresse du journaliste: «Non, je ne comprends pas la source de ces inquiétudes. Nous avons tendu la main à l’ensemble des partis. Je ne vois pas pourquoi vous en excluez certains partis. Vous ont-ils mandatés pour le faire ? Et comme pour prouver l’ouverture du RNI à l’endroit de tous, notamment aux  partis de l’ancienne opposition Lemrabott refuse de réagir à une question par laquelle un journaliste lui fit savoir que la CFCD a déclaré que les indépendants ne disposent pas de programme politique. «Non ! répondra Lemrabott, nous avons bien un  programme et je souhaite qu’on s’éloigne des querelles tendancielles». Par contre, le coordinateur du RNI  se montrera moins conciliant à l’endroit du Prdr quand un journaliste lui demande de réagir aux propos du SG du Prdr comme quoi les indépendants n’ont pas encore démissionné de celui-ci : «Nous avons quitté ce parti parceque nous nous sommes rendus compte qu’il est inapte à répondre aux exigences du changement, dictées par la transition  Nul besoin donc de démissionner du Prdr ou d’y revenir malgré notre respect pour ceux qui y sont restés» dixit Lemrabott. Pour plus détails, nous reproduisons ci-dessous, le restant des échanges  faits au cours cette conférence de presse notamment les questions de nos confrères de la «Tribune» , du «Méhariste» et d’ «Arica n° 1».
IOM

 

 «Les Indépendants sont, de loin, la première force du pays»

La Tribune : Comment peut-on distinguer les élus de votre groupe quand bien même, le président a parlé d’indépendants dépendants et de pseudo indépendants, surtout que dans certaines zones (exemple Timbedra), nous avions deux listes indépendantes laquelle aviez-vous soutenu finalement ? Deuxième question: Vous avez parlé de message au peuple mauritanien, est-ce que, ce message vous concerne, si oui, en quoi vous concerne t-il ? Troisième  question: Ancien ministre de l’Intérieur, vous avez organisé beaucoup d’élections. est-ce qu’il vous est arrivé d’avoir organisé des élections comme celles-ci ?

Lemrabott Sidi Mahmoud Ould Chaikh Ahmed: Vous avez parlé de chiffres et comment distingue-t-on, les Indépendants que nous considérons les nôtres !Je vais commencer à dire que nous ne détenons pas le monopole d’indépendance Un certain nombre de mauritaniens  ont cherché à se présenter, en dehors des partis politiques. Nous en reconnaissons, au moins, ceux qui se sont présentés au Rassemblement des Indépendants et c’est ce qui nous fait avancer des chiffres que nous avons avancés et qui, jusqu’à preuve du contraire, aucune autre réalité n’a remis en cause.C’est-à-dire qu’il n’y a aucun candidat qui s’est présenté sous les auspices du Rassemblement des Indépendants qui a changé sa position ou s’est positionné ailleurs.Je ne commente pas la rumeur  mais plutôt la réalité des choses.Vous avez demandé en quoi reconnaît-on, un élu d’un particulier!Je crois que Timbédra n’est pas la seule circonscription où se sont trouvées des listes indépendantes qui se soient disputées les premier et second tours.  Naturellement, toutes les deux listes avaient des candidatures approuvées par le Rassemblement et nous les félicitons comme nous l’avons fait aux autres élus du Rassemblement dans la Déclaration.
Vous avez, également, rappelé que  j’ai fait fonction de ministre de l’Intérieur. J’en suis , relativement fier.  Je pense que les deux élections que j’ai eu à organiser et la dernière en particulier, celle de 2001, a été saluée unanimement par la classe politique que, l’ensemble des partis d’opposition.Cela était, en soit, une avancée assez remarquable. Ces élections étaient crédibles, transparentes et avaient , ouvert pour la première fois, l’Assemblée Nationale aux élus de l’opposition, ce qui était, une excellente chose.Je pense que sur ce registre, je suis très content que ces élections aient constitué en progrès parce qu’en démocratie, d’élection en élection, on enregistre des progrès dans le domaine de l’organisation, dans la qualité de l’intervention de l’administration, mais je l’espère aussi, dans la qualité de l’intervention des partis politiques et des citoyens car, les responsabilités sont partagées et multiples.

Le Méhariste: On constate, à travers la nouvelle configuration que les Indépendants ont une avancée incontestable sur les autres formations. Est-ce que vous pensez que les députés issus des anciens partis de la majorité présidentielle, y compris ceux du PRDR,pourront rallier les Indépendants pour former un groupe parlementaire puissant, à même de dessiner les contours de l’avenir de ce pays?

LSMOCA: Je puis vous dire que nous sommes très contents que peuple mauritanien nous ait accordé sa confiance. Il est  évident pour tout le monde, aujourd’hui, que les Indépendants ont enregistré une très grande victoire et qu’ils sont, de loin, la première force du pays. Nous sommes également  conscients du poids qui pèse sur nous du fait de statut nouveau
Nous savons que cela implique de la responsabilité, de la modération et surtout l’ouverture.
J’avais souligné que nous étions  ouverts à l’ensemble des forces démocratiques de ce pays pour qu’enfin, nous sortions des confrontations stériles qui ont opposé, jusqu’ici, les formations politiques. Notre positionnement, sur l’échiquier politique, doit permettre aux uns et aux autres de pouvoir travailler ensemble.  Je crois, qu’en nous  accordant sa confiance, le peuple mauritanien a indiqué la voie qu’il veut suivre par sa classe politique qui doit sortir de la sanctuarisation, du sectarisme et qui doit, en définitive, se parler et qu’elle ne pourra pas bâtir le pays en se méprisant les uns les autres, ou en se retournant les uns contre les autres. Il ne faut pas que les contradictions du passé nous empêchent de construire , ensemble,l’avenir de notre pays. Vous avez parlé d’ex-partis ou de partis de l’ancienne majorité présidentielle. Notre positionnement est ouvert à ceux-ci et aux autres, sans exclusive
Nous avons dit que nous sommes tout à fait disponibles à constituer la majorité la plus large possible, avec toutes les forces démocratiques et de progrès dans ce pays  qui se reconnaissent dans les valeurs que j’ai évoquées dans la Déclaration, celles de la modération, de la recherche du consensus à travers le dialogue, la concertation et la recherche d’une construction d’une Mauritanie Nouvelle, faite de progrès social, de développement économique, du respect des Droits de l’Homme et du respect de son identité islamique, arabe et africaine. Je pense que c’est autour de ces valeurs fondamentales que les forces démocratiques et de progrès de ce pays, puissent sortir des sentiers battus et constituer un bon noyau.

Africa N° 1: Aujourd’hui, comme vous venez de dire, le peuple mauritanien vous accorde plus de 40 députés à l’Assemblée Nationale .Pourrait-on assister au scénario précédent à savoir: je gagne , je pars,  ou je perds je reviens.
LSMOCA
: Je voudrai vous faire remarquer que les députés que nous allons faire rentrer au Parlement sont pour 80% élus pour la première fois et je puis affirmer que c’est un taux de renouvellement qu’aucun parti ne peut nous discuter.J’ai dit, tant tôt, que par rapport au PRDR, à d’autres partis  de la majorité  comme par rapport aux autres partis qui n’appartenaient pas à l’ancienne majorité , que nous sommes ouverts à parler à tout  monde sous conditions de croire à la démocratie et d’ouvrer pour le progrès.Il n’y a pas d’inquiétudes à se faire. Aussi, je voudrai vous faire savoir qu’en démocratie ce qui importe c’est le verdict du peuple et qu’à partir du moment où le peuple a donné son investiture à tel ou tel, nous devons considérer que ce dernier joint d’une légitimité qui permet, en démocratie, de diriger.En conclusion, nous sommes contre l’exclusion que ce soit de ce coté comme de l’autre.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés