Facebook
Maintenant que le vent de l’histoire a tourné…   
08/11/2006

Trop de masques sont tombés le 3 août 2005. Et pas seulement, ceux des inconditionnels de notre ex-guide éclairé, des cadres de son parti-Etat et de l’entourage immédiat que l’on verra défiler à Atar et ailleurs,  pour  négocier un nouveau virage.
Les masques  se sont retrouvés à terre, là, où  on  s’y attendait le moins.



Chez ceux qui symbolisait avant le 3 août,  la défense  des libertés, des droits de l’homme et  de l’équité. Et pour cause. Depuis plus de quatre mois,  cinq  hommes proches de l’ancien président croupissent en prison pour une accusation qui reste à  prouver, qui se fonde  sur des aveux obtenus dans des circonstances particulières autour d’un putsch présumé qui devait être financé avec 100.000 UM en plus du  produit de la vente d’un véhicule. Les interpellations, les perquisitions, les interrogatoires sont restés dans une logique assez familière. Hormis les avocats constitués et les familles des détenus, aucune réaction ne se manifeste depuis lors, chez  nos célèbres  défenseurs des libertés. Motus et bouche cousue. Fonadh, Ebetty, Ichiddou, HajSidi, où êtes vous ? Where are you ?
Nous avons maintenant la nostalgie de vos diatribes qui exigeaient le respect des procédures, qui dénonçaient le manquement aux lois. Votre silence nous pousse à croire  que vous avez  une sensibilité  sélective. Maintenant que le vent de l’histoire a tourné, que vous n’êtes plus dans cette position de victimes que vous jouez à merveilles, maintenant  que  l’un des vôtres est devenu  garde des sceaux, c’est l’occasion de nous donner la preuve de la sincérité de vos  nobles engagements. Et de nous prouver que la justice  se porte mieux qu’au temps de Diabira Bakary et Kaba Ould Elewa.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés