Facebook
Mais où est-il le caméraman?    
30/06/2009

Nous avons provisoirement dépassé des blocages avec la démission «volontaire» du président légitime, le changement de nom de la junte, le gouvernement d’union et la présidentielle imminente. Mais d’autres blocages nous attendent : la cohabitation au sein du gouvernement, le déroulement du scrutin et l’éventuelle contestation de ses résultats .Cela peut se passer au premier comme au second tour. Y réfléchissons nous ? On ne serait pas alors sortis de l’auberge ! Mais tout en pensant au futur, n’oublions pas le présent. N’oublions pas le journaliste Hanevy jeté depuis quelques jours en prison.



 Après 6 jours de détention dans un commissariat de police, Hanevy ould Dehah responsable du site électronique Taqadoumy a été présenté le 24 juin à la justice et écroué à la prison civile de Dar Naim.

Ainsi en a décidé le parquet de Nouakchott qui avait publié quelques jours auparavant un communiqué virulent contre Hanevy  pendant que l’enquête de police était encore en cours.
Les chefs d’inculpation retenus contre notre confrère sont nombreux. («atteinte aux bonnes mœurs», «calomnie», «incitation aux crimes et délits» et «publication par voie de presse électronique, de procès verbaux judicaires encore soumis au secret de l’instruction».)
Au regard du chapelet d’accusations faciles à coller à quiconque mais difficiles à prouver, on perçoit une ferme volonté de casser ce journaliste audacieux qui ne pourra être tiré des griffes de la pêgre en place depuis le 6 août 2008 et des «plaintes de paille» utilisées pour le descendre que grâce aux pressions intérieures et extérieures.
Le procès de Hanevy est prévu dans un mois, mais il n’est pas certain. Les vacances judiciaires s’annoncent et le dossier peut être programmé et retiré en dernière minute. On s’interroge aussi, si l’accusation d’ «atteinte au bonnes mœurs» retenue contre Hanevy n’est pas relative au film pornographique joué par une « grande dame » et un "gigolo" local réputé pour son «exploitation» des dames d’un certain age (et statut).

Un  film que Taqadoumy avait affirmé détenir, sans pour autant l’avoir diffusé.
On ne sait pas si la police s’est intéressée à ce film notamment pour savoir si ses séquences s’inscrivaient dans un cadre légal (mariage) ou non ?

Et surtout pour déterminer qui en étaient le camera-man et la maison de production?

Ah ! mais il est où le camera-man?
Mais à quoi bon. La cible ce n’est pas les producteurs-acteurs du «Porn politique» mais un pauvre journaliste, mal vu à cause de ses opinions par des gens puissants et certains petits mecs.

IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés