Facebook
Plus de trois millions d’euros pour le secteur des transports    
13/06/2006

L’Union Européenne (UE) a accordé vendredi à la Mauritanie une enveloppe de 3,1 millions d’euros pour financer la réforme du secteur des transports. Cet appui constitue "le premier déblocage" de financement de l’UE à la Mauritanie, depuis la normalisation fin mai dernier de la coopération entre les deux parties.



Ce décaissement permettra notamment à la Mauritanie de disposer de services d’experts en matière d’infrastructures routières, ont précisé le ministre mauritanien des affaires économiques, M. Mohamed Ould El Abed et l’Ambassadeur delegué de l’Union Europeenne en Mauritanie, M. jean Eric Paquet lors de la cérémonie de signature de la convention de financement. L’appui comporte également un volet "aide institutionnelle" afin de "contribuer à la lutte contre la pauvreté" dans le pays.
Ould El Abed a déclaré mardi dernier à Nouakchott que la reprise de la coopération avec l’UE va permettre à son pays, de bénéficier dans "l’immédiat" de quelque 161 millions d’euros pour financer son développement.
Les 25 avaient décidé le 30 mai dernier à Bruxelles de reprendre la coopération avec la Mauritanie et de débloquer son programme d’aide, en partie gelé après le coup d’etat d’août 2005 qui a renversé le régime du président Maaouya Ould Taya. Les 25 avaient estimé qu’il était temps de relancer la coopération car les engagements pris par les autorités mauritaniennes "aideront à renforcer le respect des principes démocratiques, les libertés et les droits fondamentaux, l’état de droit et la bonne gouvernance dans le pays".
Selon les sources de la commission, l’aide au développement à la Mauritanie pour la période 2002-2007 se chiffre à 116,9 millions d’euros, dont seulement 53% ont été effectivement débloqués jusqu’à présent.
Toutefois, ont prévenu les 25, aucun nouveau programme d’aide ne sera conclu avant que "le retour de la Mauritanie à l’ordre constitutionnel ne soit effectivement confirmé et avant des élections présidentielles et parlementaires transparentes".

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés