Facebook
Le "khaliss" du "tcheub-tcheub"   
08/05/2006

Une scène que je croyais disparue des avenues de Nouakchott: un policier assis sur le siège passager d’un taxi, ou d’un particulier, s’affairant à arracher 200 à 500 ouguiyas au chauffeur éploré. Si la plupart des taxis auxquels vous vous adresserez reconnaissent indéniablement que ce phénomène de racket policier a diminué de manière radicale,



ces scènes éparses dans les rues de la capitale nous rappellent surtout qu’on ne peut demander à un salarié de quelque secteur qu’il soit, de se limiter à un salaire insuffisant pour vivre ou nourrir sa famille. Dès lors, comment voulez-vous qu’un policier, par exemple, à son niveau, ne développe ce "tcheub-tcheub" pour compenser les 2 à 3 semaines auxquelles son salaire ne peut pourvoir? Ou qu’une secrétaire d’un important directeur ne mette un dossier au-dessus de la pile à consulter par le DG, moyennant quelques billets? Chaque métier a développé un système D pour palier à l’insuffisance salariale en Mauritanie…Quand les policiers auront un salaire décent, quel besoin auront-ils de quémander parfois auprès des voitures de particuliers en règle, tard la nuit? Ils y gagneront en dignité, et le système judiciaire en transparence.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés