Facebook
Sauvons la palmeraie de Nouakchott   
25/08/2019

Nous, signataires de la présente pétition, exhortons le nouveau gouvernement de la République Islamique de Mauritanie à traiter en priorité le dossier de la Palmeraie de Sebkha pendant depuis près de trois décennies.



Créé à l’indépendance de notre pays et à la naissance de sa capitale, cet espace vert, unique en son genre à Nouakchott, d’une superficie de près de 50 hectares, alimentait le marché local en fruits, légumes et dattes, tout en offrant un revenu stable à plus de 3.000 familles (700 exploitants et 2.000 employés).

Victime des appétits de véreux spéculateurs immobiliers, la palmeraie de Nouakchott est le théâtre d’un véritable drame humain, d’un désastre écologique, social, économique et sanitaire … une tâche sombre dans notre chère Capitale.

Une série noire d’injustices et de sabotages qui commence en 1990 par une lâche descente musclée de l’administration pour faire déguerpir les cultivateurs, propriétaires des lieux et titulaires de titres fonciers, qui n’ont pas voulu troquer leur terres contre des terres à Toujounine et Dar Naïm.

Devant leur résistance et refus d’abandonner leurs propriétés (leurs seuls biens), TOUT a été mis en œuvre pour rendre la zone insalubre et inexploitable et rendre leur vie infernale : contamination du réseau d’alimentation en eau, embargo sur leurs produits, interdiction de production, privation de tout service public (eau, assainissement, éclairage public, sécurité,).

PIRE ! ils ont été transformés en décharges publiques et sont régulièrement arrosés par les eaux brutes de fosses septiques collectées par les citernes de l’ONAS.

….et le bras de fer continue toujours entre une communauté de vieux paysans-cultivateurs démunis, faibles et une administration qui ne démord pas et qui espère les avoir à l’usure !

En attendant, la belle palmeraie d’antan - asphyxiée, polluée, défigurée calomniée, régulièrement l’objet d’incendies criminelles et foyer de banditisme – meurt lentement mais sûrement.

Aujourd’hui, nous appelons au sens de la responsabilité et de JUSTICE, à l’ENGAGEMENT du Nouveau Président de la République et de son Gouvernement pour rétablir ces Citoyens dans leurs Droits et Dignités par la réhabilitation de ce patrimoine culturel et naturel ! Ce projet social, économique et environnemental ô combien nécessaire pour une ville qui manque crucialement de poumons verts et d’espaces pour respirer et qui importe l’essentiel de ses besoins en légumes et dattes.

Pour réhabiliter la Palmeraie de Sebkha, il faudrait impérativement :

- cesser de vouloir faire déguerpir à tout prix les cultivateurs propriétaires depuis l’indépendance

- annuler toutes les ventes de terrains illégalement effectuée depuis 30 années à des particuliers (le domaine est un domaine agricole)

- réhabiliter le centre d’épuration qui alimentait la palmeraie et remettre en fonction le système d’irrigation

- arrêter de déverser les citernes d’eau de l’ONAS dans le réseau d’alimentation de la palmeraie (première source de contamination et de salinisation des sols)

- redonner aux cultivateurs, propriétaires des lieux, un environnement serein de travail et leur créer un crédit agricole adapté pour les accompagner

- réhabiliter les voies de circulation de la palmeraie et créer un réseau de lampadaires dans toute la palmeraie

- créer des espaces verts tout autour de la palmeraie et dans les concessions abandonnées.

Les initiateurs de cette pétition citoyenne constitués en amis « TOUS POUR LES JARDINS DE SEBKHA» individus et associations de la société civile s’engagent à appuyer le Gouvernement dans la réflexion et la mise en œuvre d’un plan de réhabilitation juste et durable !
cridem


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés