Facebook
En Mauritanie, les caravaniers du fer   
17/08/2019

REPORTAGE - Tous les jours, de gigantesques trains de minerai traversent le désert de Mauritanie. Du fond du Sahara aux rives de l’Atlantique, dans l’un des paysages les plus hostiles de la planète, l’activité ...



 humaine s’organise autour de 700 kilomètres de rails, constamment menacés par les sables.

«S’il te plaît, achète-moi un Coca», dit le «Petit Prince» mauritanien en tee-shirt aux couleurs de Manchester United, dans une rue de Zouerate. Derrière lui, se dresse une montagne de fer. Régulièrement, le fracas de la dynamite fait trembler les carreaux. Plus personne ne sursaute. Voilà plus d’un demi-siècle que la Mauritanie s’abreuve de minerai sur les pentes de la Kedia d’Idjil.

Cité minière, Zouerate est le point de départ d’une ligne ferroviaire de 700 kilomètres qui s’étire jusqu’au port de Nouadhibou. Chaque jour, environ 50.000 tonnes de minerais transitent sur cette voie, à bord du train le plus long, le plus lent et le plus lourd de la planète. Aux habitants du désert, ces rails offrent aussi un moyen d’approvisionnement et de locomotion clandestin. A sa façon, le minéralier est une source de vie, une rivière de fer dans le Sahara.

Tout aurait commencé par un vol de nuit. A Zouerate, on raconte qu’Antoine de Saint-Exupéry aurait senti son avion aimanté ...

Par  Adrien Gombeaud

lefigaro.fr


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés