Facebook
Mauritanie: à Mbera, celles qui refusent les mariages forcés   
08/06/2019

En Mauritanie, le mariage précoce est une pratique courante comme dans toute une partie du Sahel. Dans la région de l’Hodh-Chargui, où se situe le camp de Mbera, 40% des jeunes filles sont mariées avant leur majorité et au Mali, d’où viennent les réfugiés, on atteint près de 50%, selon l’Unicef.



Mais certaines refusent.
Enveloppée dans sa melharfa verte, Khadidja a encore un regard enfantin et timide. Venue ici, dans ce bout de désert il y a quatre ans, elle vient de fêter ses treize ans.

Zeina, sa mère, elle aussi mariée très jeune, explique pourquoi elle a voulu lui faire épouser son cousin : « On voulait marier notre fille pour des raisons religieuses et surtout pour la préserver de la débauche et la protéger des aléas de la vie. »

Mais pour la jeune Khadidja, il n’en était pas question : « Moi je voulais aller à l’école, pas me marier. Mes parents étaient très mécontents de ma décision, ils voulaient coûte que coûte me donner en mariage. Alors j’ai fondu en larmes, je me suis opposée et finalement j’ai eu gain de cause. »


La peur des grossesses précoces hors mariage

Au HCR, c’est Oulemata Diaouara qui est en charge de régler les conflits entre familles dans ce genre de cas : « On leur assure qu’à l’école, il n’y a pas de violences parce qu’ils ont peur des tentatives de viol et des grossesses précoces hors mariage. C’est ça la grande peur. Mais quand les enfants sont à l’école ou à la maison, ils sont en sécurité. »

Au Mali, 48% des jeunes filles sont mariées avant leur majorité, mais selon l’Unicef la précarité et les conditions de vie des réfugiés poussent les familles à développer encore plus ces pratiques.

RFI


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés