Facebook
Présidentielle en Mauritanie: l'opposition met en garde contre un 'hold-up' électoral   
02/06/2019

AFP- Quatre des cinq candidats de l’opposition en Mauritanie ont averti des risques de "hold-up" électoral lors de l’élection présidentielle du 22 juin après l’attribution du marché de l’impression des bulletins de vote à une société mauritanienne appartenant à un proche du pouvoir.



"Nous sentons les prémices de ce hold-up électoral", a déclaré l’opposant historique Mohamed Ould Maouloud.

La présidentielle devrait marquer la première passation de pouvoir entre un président sortant et son successeur élu dans ce pays désertique d’Afrique de l’Ouest, qui a connu de nombreux coups d’Etat de 1978 à 2008.

"La confiscation du processus électoral par le régime est inadmissible et ne passera pas", a ajouté M. Ould Maouloud, qui s’exprimait vendredi soir aux côtés de l’ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, du militant antiesclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid et du journaliste Baba Hamidou Kane.

Ces quatre hommes, ainsi que l’expert financier Mohamed Lemine El-Mourteji El-Wavi, doivent affronter le 22 juin le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, compagnon de toujours du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Ils ont appelé à la mobilisation, alors que la présidentielle de 2014 avait été boycottée par les principaux partis d’opposition.

Parmi leurs doléances, "le plus grave reste l’attribution du marché de l’impression des bulletins de vote à une imprimerie naissante, sans expérience, appartenant au président du patronat (Zeine El-Abidine Ould Cheikh Ahmed), qui collecte actuellement des fonds pour la campagne du candidat du pouvoir", a dénoncé Baba Hamidou Kane, en exigeant "l’annulation de ce marché".

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Mohamed Vall Ould Bellal, avait défendu le 28 mai la "légalité totale" du marché.

"Six sociétés, dont cinq étrangères, y ont pris part, quatre ont été sélectionnées, dont la société mauritanienne qui l’a remporté parce que moins disante (financièrement) et présentant la qualité de papier et d’impression requise", a-t-il soutenu. Il a rejeté des "soupçons infondés", alors que l’opposition juge son institution trop proche du pouvoir.

Considéré comme l’adversaire le plus sérieux du candidat du régime, Sidi Mohamed Ould Boubacar, soutenu par une coalition comprenant le parti islamiste Tewassoul, principale force d’opposition, vient par ailleurs de recevoir l’appui de l’opposant et homme d’affaires franco-mauritanien Mohamed Ould Bouamatou.

"Mon intention était de me présenter à ces élections. Je m’y étais résolument préparé, conformément à mon engagement de lutter inlassablement contre la dictature. Je constate malheureusement que le régime a usé de tous les moyens pour m’en empêcher", a affirmé M. Ould Bouamatou dans un communiqué.

"Par conséquent, j’appelle à voter pour M. Sidi Mohamed Ould Boubacar. Sa candidature est aujourd’hui en mesure de rassembler autour d’elle tous nos compatriotes qui aspirent à un réel changement démocratique", a-t-il ajouté.



Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés