Facebook
Marche de la diaspora africaine en Mauritanie : Pour exprimer sa gratitude au gouvernement et au peuple mauritanien   
31/05/2019

La diaspora africaine, sous l’égide de la Coordination générale des Ivoiriens de la Diaspora (COGID), a organisé, le 25 mai dernier, des activités pour exprimer sa gratitude pour l’accueil et l’intégration dont elle fait l’objet de la part du gouvernement et du peuple mauritaniens ...




Au menu, une marche qui s’est ébranlée du carrefour BMD jusqu’au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération. La quasi-totalité des pays d’Afrique de l’Ouest avait pris part à cette importante manifestation.

Une marche de la diaspora, oui, c’est une première dans l’histoire de la Mauritanie, a soutenu, le président Valentin Gnanté, président de la Cogid. La fête de l’Union Africaine, a été le prétexte pour cette diaspora, d’organiser des activités pour dire « merci » aux autorités mauritaniennes et au peuple de Mauritanie. Car, « nous vivons en bonne intelligence avec nos frères mauritaniens » a déclaré Mr Gnanté soulignant que « certains d’entre nous … ont même épousé des femmes mauritaniennes». A en croire le représentant de la diaspora, « la Mauritanie est l’un des pays de l’Afrique où le migrant est bien accueilli et où il s’insère dans le tissu socio-professionnel sans grandes difficultés».

Pour la diaspora qui a marché, cette manifestation constitue «un crédit à mettre à l’actif de nos hôtes». De l’avis de Mr Gnanté, « l’Union Africaine tant chantée par les dirigeants d’Afrique, prend tout son sens à travers l’organisation de cette activité».

Toutefois, les marcheurs n’ont pas manqué de souligner certains problèmes auxquels ils sont confrontés notamment la carte de séjour dont « l’obtention est un parcours du combattant pour le migrant tant les conditions exigées sont draconiennes». Et par conséquent, la diaspora africaine souhaite ardemment l’annulation de ce sésame ou tout au moins «alléger les conditions de son obtention». En outre, le problème de la délivrance des documents administratifs notamment l’accès à l’Etat civil pour leurs enfants nés en Mauritanie, constitue un blocage certain pour la scolarisation de ceux-là.

Un cri de cœur que la diaspora africaine établie en Mauritanie lance à l’endroit des autorités mauritaniennes compétentes.

Pour rappel, la diaspora africaine, est un cadre de rencontre, une plateforme d’échange des différentes communautés vivant en Mauritanie. Elle est une opportunité pour sensibiliser ses membres sur la législation mauritanienne en matière de migration et des lois. Cette diaspora accompagne le gouvernement mauritanien dans la lutte contre l’immigration irrégulière pour éviter que la jeunesse africaine en transit dans ce pays, ne finisse son avenir dans la Méditerranée.

Selon toujours le président Gnanté, cette plateforme de la diaspora a pour autre objectif de promouvoir le vivre ensemble en participant aux initiatives favorisant son intégration.

Enfin, et en attendant son livre blanc, la diaspora a remis au député mauritanien représentant la diaspora mauritanienne, un document où sont consignées ses doléances parmi lesquelles, l’allègement des conditions de la carte de séjour, la détention des migrants dans les commissariats de police pour des motifs légers, les abus policiers consécutifs à la carte de séjour, la possibilité d’obtenir les documents administratifs mais aussi la présence des interprètes dans les commissariats pour aider les migrants interpellés à mieux comprendre les motifs de leur interpellation ou leur arrestation entre autres doléances.

I.Badiane



Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés