Facebook
Des ministres commentent les résultats du Conseil   
10/05/2019

Les résultats du conseil des ministres, réuni jeudi à Nouakchott, ont été commentés, dans l’après-midi, par des membres du gouvernement, lors d’une rencontre avec la presse.



Il s’agit des ministres de la culture, de l’artisanat et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Me Sidi Mohamed Ould Maham, de l’intérieur et de la décentralisation, M. Ahmedou Ould Abdalla, des affaires islamiques et de l’enseignement originel, M. Ahmed Ould Ehel Daoud et des affaires sociales, de l’enfance et de la famille, Mme Mariem Bint Bilal Saleck .

Intervenant le premier, le porte-parole du gouvernement a précisé que le conseil a examiné et approuvé un certain nombre de projets de lois, de décrets et de communications dont un projet de loi organique modifiant certaines dispositions de l’Ordonnance n°91- 027 du 7 octobre 1991, portant loi organique relative à l’élection du Président de la République, modifiée par la loi organique n°2012-028 du 12 avril 2012 et une communication relative au bilan des réalisations du département de l’Intérieur et de la Décentralisation pour la période 2009-2018 et ses perspectives.

Il a ajouté que le conseil a examiné et adopté également une communication relative au bilan des réalisations du département des Affaires Islamiques et de l’Enseignement Originel pour la période 2009-2018 et perspectives et une seconde sur le bilan des réalisations du département des affaires sociales, de l’enfance et de la famille pour la période 2009-2018 et ses perspectives.

Lui succédant, le ministre de l’intérieur et de la décentralisation a précisé, dans son commentaire sur le projet de loi organique modifiant certaines dispositions de l’Ordonnance n°91- 027 du 7 octobre 1991, portant loi organique relative à l’élection du Président de la République, modifiée par la loi organique n°2012-028 du 12 avril 2012, que le nouveau texte concerne le vote des éléments des forces armées et de sécurité qui votaient un jour avant le scrutin suite à un accord des acteurs politique et ils votaient avant le dialogue de 2012 le jour scrutin avec les citoyens dans le même jour.

Il a ajouté que des demandes sont parvenues tout dernièrement de l’opposition appelant à faire voter les éléments des forces armées et de sécurité le jour du scrutin général et après cette doléance les acteurs politiques impliqués dans le dialogue de 2012 se sont concertés et ont approuvé cette demande compte-tenu des avantages facilitant le vote des électeurs en une seule journée.

Au sujet du bilan des réalisations de son département, le ministre a précisé que son action a été focalisée au cours de la dernière décennie sur quatre thématiques : renforcement de la démocratie et des libertés publiques, la sécurité et l’administration territoriale, la décentralisation et le développement local.

Evoquant le renforcement de la démocratie, le ministre a rappelé l’organisation d’un dialogue politique en deux périodes 2012 et 2018 et que son département l’a accompagné et élaboré un lot de textes juridiques approuvés par le gouvernement et adoptés par le parlement portant sur la révision de la constitution et la loi organique instituant la CENI ainsi que la création d’une direction d’appui au processus électoral et la révision de la loi relative aux partis politiques.

S’agissant de la sécurité, il a précisé qu’un plan national global portant sur les forces de sécurité et les forces armées a été mis en place pour la défense de l’intégrité territoriale. C’est ainsi qu’une stratégie sécuritaire globale a été élaborée en 2009 pour faire face aux défis sécuritaires profitant aux secteurs opérant sous la tutelle du département. Il en est ainsi de la police, de la garde nationale et du regroupement général de la sécurité routière en plus de la protection civile.

Le ministre a passé en revue les réalisations accomplies dans ces départements, chacun en ce qui le concerne, et les développements intervenus en leur sein qu’il s’agisse des infrastructures ou de la mise à disposition de la logistique propre à les rendre opérationnelles pour mener à bien la mission qui leur incombe ou qu’il s’agisse du staff humain et de sa préparation. Aussi des spécialisations techniques ont été introduites au sein de la police et le poste de commissaire- contrôleur a été créé, sans compter des statuts pour les différents corps et la création de l’Agence de l’état civil avec un système biométrique unique dans la région.

Pour sa part, le ministre des affaires islamiques a, dans sa présentation du bilan de son département pendant la décennie écoulée, précisé qu’en application du programme électoral du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz dans le domaine des affaires islamiques et de l’enseignement originel et en application des plans et programmes qu’il a élaborés et exécutés au cours de cette décennie sur la base des orientations de la politique générale du gouvernement axés sur la rationalisations de ressources, la transparence dans la gestion, le renforcement du contrôle, la lutte contre la gabegie et l’exploitation optimale des ressources financières et des ressources humaines ainsi que le rapprochement de l’administration des citoyens, le département a accompli des réalisations importantes qui ont touché à tous les aspects relevant du secteur.

Il a ajouté que parmi ces réalisations, figure l’impression du ’’Mashaf Acharif’’ pour la 1ère fois dans l’histoire du pays en 2012 et l’impression de 1000 exemplaires grand format et de 10 000 autres de format moyen ; le recrutement de 800 Imams avec des salaires inscrits au budget de l’Etat suite à deux concours ayant lieu lors de la dernière décennie.

Par ailleurs, dit-il, un appui a été accordé à l’Union Nationale des Imams de Mauritanie de l’ordre de 17 millions 500 mille N-UM afin de présenter aide et soutien aux Imams qui n’ont pas réussi aux concours de recrutement et la prise en charge des coûts des bureaux de l’Union sur l’ensemble du territoire en plus de la construction des mosquées et leur intégration dans le cadre des schémas directeurs urbanistiques. En effet, depuis la création de l’Etat la construction des mosquées n’était pas programmée. Ainsi le Chef de l’Etat a donné instruction pour que désormais aucun schéma directeur d’une ville ne soit élaboré sans y prévoir de mosquées.

Le ministre a passé en revue les 48 mosquées qui ont été construites sur fonds propres de l’Etat avec un coût de 3 milliards 060 millions d’Ouguiyas (A-UM).

Il a relevé que certaines autres ont été réhabilitées comme la mosquée dite du Roi Fayçal avec un montant de 13 millions d’ouguiya anciens et la moquée de Qatar. A cela s’ajoute un budget de gestion dont bénéficient désormais les anciennes mosquées en plus de la formation continue des Imams. De même, un plan de réformes pour l’organisation de la saison du pèlerinage à partir de l’année 2015 qui a diagnostiqué les problèmes posés et permis de prendre des mesures propres à faire réussir le Haj dont la création d’une direction chargée du Haj et de la Oumra.

En ce qui concerne l’enseignement originel, le ministre a expliqué que pour la première fois en 2012, des salaires mensuels ont été prélevés du budget au profit des Cheikhs des mahadras et le lancement de l’expérience des mahadras pilotes en 2015 donnant lieu à l’ouverture de 44 d’entre elles sur l’ensemble du territoire national.
 S’agissant des affaires sociales, de l’enfance et de la famille, la ministre a précisé qu’une stratégie nationale pour la protection sociale a été élaborée et adoptée en 2013 donnant lieu à la création du registre social des familles pauvres et la prise en charge de 3227 dialyse pour malades atteints d’insuffisances rénales en plus de l’aide pour 4957 malades évacués à l’étranger pour un montant de 53,8 millions d’ouguiya (N-UM). 

Pour ce qui est de la promotion et de l’insertion des personnes handicapées, elle a indiqué qu’un arsenal juridique a été mis au point dont la ratification de la convention  internationale sur les droits des handicapés et son protocole facultatif de l’année 2010 et le décret 193/2017 sur le statut d’handicapé en plus de l’arrêté N° 641/2017 sur la carte de la personne handicapée. 

Au cours de la décennie écoulée, poursuit-elle, la femme a été impliquée grâce à la volonté du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, à tous les niveaux de la prise de décision et sa représentation au conseil des ministres a évolué de 3 femmes en 2009 à 6 puis à 10 cette décennie en plus de l’harmonisation de l’âge de la retraite entre les deux genres et la mise en œuvre d’un programme national de promotion et d’appui à la participation de la femme à travers l’organisation de de nombreuses campagnes politiques ainsi que la formation des femmes élues de manière à porter la représentation à 35% dans les conseils régionaux et 19,6% à l’Assemblée nationale.

Dans le domaine de l’enfance, la ministre a noté que pour le bien être de l’enfant un système national de protection de l’enfant a été mis en place en 2009 et la création d’un conseil national de l’enfance, la formation de monitrices, l’accueil par les centres de protection et d’insertion sociale au cours de la décennie de 6923 enfants en situation difficile et l’élaboration d’un programme national d’enseignement préscolaire en plus de la construction de jardins d’enfants publics et l’équipement de 200 jardins d’enfants de matériels.

Elle a conclu en parlant du recrutement de 60 éducatrices pour l’appui des ressources humaines de l’enseignement préscolaire et l’exécution du programme national de nutrition communautaire à travers un réseau de centres d’alimentation communautaires dans 10 wilayas appuyé annuellement par le gouvernement pour un montant de 6,5 millions d’ouguiyas (N-UM).


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés