Facebook
Des membres du gouvernement commentent les résultats du Conseil   
18/04/2019

Les résultats du conseil des ministres, réuni jeudi à Nouakchott, ont été commentés, dans l’après-midi, par des membres du gouvernement, lors d’une rencontre avec la presse.



Il s’agit des ministres de la culture, de l’artisanat et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Me. Sidi Mohamed Ould Maham, de l’économie et des finances, M. Moctar Ould Diay et de la fonction publique, du travail, de l’emploi et de la modernisation de l’administration, M. Seyidna Ali Ould Mohamed Khouna.

Intervenant le premier, le ministre de la culture, de l’artisanat et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, a précisé que le conseil des ministres a examiné et adopté un certain nombre de projets de décrets et de communications dont un projet de loi autorisant la ratification de la convention de crédit signée le 21 mars 2019 à Nouakchott, entre le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES), destinée à la participation au financement du Projet de réhabilitation de la route Boutilimit-Aleg et une communication relative au bilan du département de la Fonction Publique, du Travail, de l’Emploi et de Modernisation de l’Administration pour la période 2009-2018 et les perspectives.

Lui succédant, le ministre de l’économie et des finances, M. Moctar Ould Diay, a commenté le projet de loi autorisant la ratification de la convention de crédit signée le 21 mars 2019 à Nouakchott, entre le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES), destinée à la participation au financement du Projet de réhabilitation de la route Boutilimit-Aleg et expliqué qu’il s’inscrit dans le cadre de la politique de l’Etat visant à moderniser le réseau routier national par l’établissement des liaisons routières entre les différentes villes et entre elles et les zones de production, en plus de la réhabilitation de ses parties dégradées.

Et d’ajouter que parmi les parties qui nécessitent une réhabilitation urgente et constituent des priorités du gouvernement pour la rendre plus fluides et plus confortables, figure le tronçon Nouakchott-Aleg dont la première partie : Nouakchott-Boutilimitt avait débuté en 2018 sur les ressources propres de l’Etat.

Le ministre a également précisé que le crédit au financement du projet de réhabilitation de la route Boutilimit-Aleg est d’une valeur de 14 millions de Dinars koweïtiens, soit un milliard 680 millions MRU avec des conditions préférentielles et sera remboursé sur une durée de 32 ans dont sept ans une période de grâce et avec un taux d’intérêt de 2%.

’’Une partie du financement sera consacrée aux différents travaux de la route et une autre pour les prestations liées aux consultations, aux bureaux d’études qui assureront l’élaboration des appels d’offres et le suivi de l’exécution pour s’assurer de sa conformité avec les termes de références’’, a conclu le ministre de l’économie et des finances.

Le Ministre de la Fonction Publique, du Travail, de l’Emploi et de la Modernisation de l’Administration a présenté une communication dans laquelle il fait le bilan des actions réalisées par son département au cours de la dernière décennie 2009 - 2018.

Au niveau de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, l’an 2009 arrive à point nommé pour la fonction publique qui souffrait depuis deux décennies d’une léthargie et d’une lenteur inexplicable dans la prise en main des divers chantiers ouverts et engagés depuis l’adoption de l’ajustement structurel des années 80 et la promulgation en 1993 du statut général des fonctionnaires et agents contractuels de l’Etat.

En effet, le secteur de la fonction Publique avait un besoin fort pour engager des réformes globales ciblant tous les agents de l’Etat. Dans ce cadre, un arsenal juridique et réglementaire d’une centaine de textes a été adopté permettant la réalisation d’un certain nombre d’actions:

L’accès aux services publics ; la rénovation du régime de la contractualisation ; la réglementation du régime de la rémunération des agents publics ; l’assainissement de la gestion du personnel de l’Etat et la

S’agissant du 1er point, la modification de la loi 93.09 du 18 janvier 1993 est intervenue à l’effet de rehausser l’âge d’accès à la fonction publique (40 ans au lieu de 30 ans), afin d’assurer, améliorer et cadrer l’accès aux services publics et permettre le recrutement des cadres de hauts niveaux. A quoi s’ajoute la règlementation des régimes de recrutement dans la fonction publique;

De même, la réorganisation, la redynamisation de la commission nationale des concours, l’organisation de 105 concours d’accès à la fonction publique et le recrutement de 10983 fonctionnaires ainsi que de de 100 personnes handicapées et l’obligation aux administrations, collectivités locales et aux établissements publics et privés de réserver 5 postes en leur faveur, dans tout recrutement supérieur ou égal à 20 unités et leur faciliter l’accès aux édifices publics ont permis davantage de transparence.

Aussi, la réorganisation et la redynamisation de la commission d’équivalence des diplômes et la promotion des hautes qualifications, la modification du statut général des fonctionnaires et agents contractuels de l’Etat et la résolution de l’épineux problème des 8455 personnels non permanents s’inscrivent dans le même sens.

L’augmentation des salaires de l’ensemble des agents publics en 2013 et 2015 et d’autres augmentations spécifiques aux corps et aux emplois ont conduit à une hausse significative de la rémunération;

Au niveau de la modernisation de l’administration le ministre a évoqué la création d’un système intégré de gestion des personnels de l’Etat et la réorganisation des organes consultatifs de la fonction publique:

Au niveau du Travail il a cité de nombreux acquis aux plans des ressources humaines ; du dispositif institutionnel ; de l’amélioration des conditions de travail ; de la sécurité Sociale; de la médecine du travail et des ressources humaines.

En ce qui concerne l’emploi, le ministre a rappelé la faiblesse du résultat des politiques économiques du Pays, l’insuffisance de la prise en charge par ces politiques de la dimension emploi et à l’instar des pays de la sous-région, par une importante croissance démographique et un fort taux de chômage. 2.

Conformément à la volonté du président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, le gouvernement a fait de l’accélération de la création de l’emploi l’une des priorités de son action. Cette action à viser notamment:

Dans le cadre de la diversifications de l’économie, il a indiqué que qu’ une attention particulière a été accordée aux secteurs à haute intensité de main d’œuvre: l’agriculture, l’élevage, la pêche, les activités minières et manufacturières, le BTP et les infrastructures des réseaux.

A cela s’ajoute, l’encouragement des initiatives génératrices d’emploi et la promotion d’un système de micro finance qui couvre toute l’étendue du Pays notamment en milieu rural car d’une situation de zéro institution de crédit le nombre de caisse de crédit s’élevé aujourd’hui à 79 dont 22 caisses rurales.

Plusieurs programmes et structures, relevant d’autres départements, ont été créés afin de contribuer à la génération d’emploi.

La formation professionnelle qui était presque inexistante en 2009 a été dynamisée pour disposer d’une main d’œuvre qualifiée et répondre aux besoins du marché du travail. Un appui à l’administration de l’emploi a été consenti. L’ANAPEJ pour des besoins de proximité couvre désormais tout le pays.

C’est ainsi que, pour cette année, le Gouvernement a décidé, dans le cadre des politiques suivis en matière de renforcement des capacités des administrations et de lutte contre le chômage, deux volets importants de la SCAP, de mettre en place un programme de recrutement dans la fonction publique

Ce programme de recrutement a été établi à partir des besoins identifiés au niveau de l’ensemble des départements ministériels. Il vise à doter ces ministères de compétences nécessaires à la réalisation des missions de service public dans de meilleures conditions.

Cette opération porte sur l’ouverture, cette année, de 2727 postes dans les différents corps de fonctionnaires de l’Etat et l’organisation, à cet effet, de concours nationaux pour départager les candidats dans des conditions d’égalité et de transparence.
(AMI)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés