Facebook
G5 Sahel: près de 324 millions de dollars pour construire de nouvelles routes   
09/04/2019

La Banque Arabe pour le Développement Economique de l’Afrique (BADEA) et ses différents partenaires réunis au sein du Groupe de Coordination Arabe (GCA), vont financer cinq infrastructures routières qui relieront les Etats membres du G5 Sahel.



En marge de la 44e réunion du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID) dont les assises se sont déroulées du 3 au 6 avril à Marrakech, le Secrétariat exécutif de cette institution a annoncé un important financement au bénéfice des pays du G5 Sahel (soit le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad).

«Les infrastructures à financer concernent la route Djibo-Baraboulé à la frontière Mali-Burkina Faso pour 28,45 millions de dollars, la route Sandara-Nioro (Mali), pour 58 millions de dollars, la route Tidjika-Kiffa-Kankosa-Selibabi-Khabou (Mauritanie), pour 62,78 millions de dollars, la route Keita-Tamaske-Koloma-Tahoua (Niger) pour 26,24 millions de dollars et la route Liwa-Rig Rig-Mao (Tchad) pour 148,32 millions de dollars» annonce ainsi la BID dans un communiqué.

Pour Sidi ould Tah, Directeur général de la BADEA, «ces infrastructures vont favoriser la prospérité des populations, faciliter l’intégration des économies des différents pays sahéliens en tenant de la de pérennité des efforts entrepris».

La réalisation de ces infrastructures entre dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Investissement Prioritaire (PIP) du G5 Sahel (PIP), pour un montant global de 1,9 milliard d’euros, qui a fait l’objet d’une réunion de coordination des partenaires, organisée le 6 décembre 2018 à Nouakchott, en Mauritanie.

A ce jour, l’appui au G5 Sahel fourni par le monde arabo-islamique, est constitué par une contribution de l’Arabie Saoudite (100 millions d’euros), les Emirats Arabes Unis (EAU-30 millions d’euros), et a porté sur le volet sécuritaire.

De son côté, le Maroc a exprimé son intention d’appuyer la volonté de développement des pays du G5 Sahel dans le domaine de l’énergie (tout particulièrement photovoltaïque), à l’occasion d’une réunion de coordination tenue à Nouakchott, début décembre 2018.

Le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad se sont unis en une organisation sous-régionale dédiée à la coordination des leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme, l’insécurité de manière générale et la mutualisation des actions de développement, dans cet espace géographique de plus de 5 millions de kilomètres carrés, qui compte près de 60 millions d’habitants.

Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya
Le360 Afrique


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés