Facebook
Concertation sur le renforcement de la politique du secteur de la justice   
27/10/2018

Le ministère de la justice a organisé samedi à Nouakchott, un atelier de concertation pour la présentation du rapport sur le renforcement de la politique du secteur de la justice, élaboré par des experts en collaboration avec le projet ’’État de droit’’.



Les participants suivront au cours de cette rencontre, des exposés sur les six axes de ce rapport abordant, notamment la législation, la formation, le déroulement de la justice, les structures matérielles et la communication.

Le secrétaire général du ministère de la justice, M. Mohamed Ould Chérif Ahmed a, dans un mot pour la circonstance, indiqué que l’existence d’un système judiciaire efficient et efficace constitue une des garanties de l’ancrage de l’État de droit et du renforcement de l’exercice de la démocratie. Il a précisé que l’absence de politique sectorielle globale dans les nombreuses réformes que le système judiciaire a engagées avant cette dernière décennie a rendu nécessaire l’élaboration d’une politique sectorielle qui réalise la justice, qui fait partie intégrante du programme du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz visant l’édification d’une justice indépendante et efficiente qui représente un appui au citoyen faible, qui a besoin de ses services au demeurant indispensables.

Il a ajouté que l’élaboration d’une telle politique sectorielle requiert l’adoption d’une approche globale, notant que la justice englobe de nombreuses institutions indépendantes les unes des autres mais dont la mission se complète.

M. Ould Chérif Ahmed a expliqué que les axes du rapport ont été diagnostiqués par des commissions où plusieurs professionnels du secteur et autres usagers ont été impliqués pour que la participation soit la plus large possible.

Il a souligné que la nouvelle politique du département est la quintessence du travail d’experts nationaux qui ont longtemps vécu les problèmes du secteur.
’’Cette politique sera financée dans le cadre d’un plan du Fonds Européen, conformément aux exigences et ressources définies à cette fin destinées à traiter les déséquilibres soulevés par le rapport et qui abordent tous les aspects liés au secteur de la justice’’, a conclu le secrétaire général du ministère de la justice .

Pour sa part, M. Pierre-Yves Renaud a, au nom de l’Union Européenne, réaffirmé que ce rapport permettra d’arriver aux réformes escomptées au niveau du secteur de la justice, à travers l’implication des acteurs du domaine afin de parvenir aux objectifs auxquels aspirent les responsables du département.
Il a relevé que ce rapport est le fruit du travail fourni pendant trois mois par un groupe d’experts du secteur et qui a permis d’aboutir à des recommandations de nature à renforcer la politique du secteur de la justice.

L’ouverture de cette rencontre s’est déroulée en présence de l’inspecteur général de l’administration judiciaire et pénitentiaire M. Jemal Ould Aggatt et du coordinateur du Projet ’’État de droit’’, M. Christophe Courtin.
AMI


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés