Facebook
Lancement des activités de la composante université du projet SWEDD   
01/08/2018

Les travaux d’un atelier de lancement des activités de la composante université du Projet d’Autonomisation des femmes et le dividende démographique dans le sahel (SWEDD) ont débuté lundi dernier dans les locaux de la faculté des lettres et des ...



 ... sciences humaines de l’université de Nouakchott Al Asriya.

 La rencontre, d’une journée, a pour objectif d’intégrer les questions de populations et de dividende démographique au sein des curricula de l’université de Nouakchott Al Asriya.

 Supervisant l’évènement, le vice-président de l’université de Nouakchott Al Asriya, Dr. Nane Ould El Mamy, a précisé que les multiples répercussions de la croissance démographique et la pauvreté constituent de véritables défis face au développement, surtout au niveau des pays en voie de développement.

 Il a ajouté que ces défis manifestent essentiellement dans les conditions des populations et les autres problématiques majeures dans le domaine.

 Le vice-président de l’université a enfin précisé que son établissement, qui est partenaire stratégique du SWEDD, a engagé une nouvelle stratégie, qui privilégie l’autonomisation des femmes et le dividende démographique dans le sahel dans ses travaux de recherches et de formation sur les questions et problématiques ayant une dimension de développement en Mauritanie.

 Pour sa part, le coordinateur de composante université du projet SWEDD, Dr. Mohamed Radhi Ould Sadvena, a précisé que la région du Sahel fait face, aujourd’hui, à des défis ayant de lourdes conséquences sur sa sécurité et son développement comme les taux élevés de chômage, de vulnérabilité et d’insécurité ainsi les cycles de sécheresse qui frappent la zone de temps.

’’ Tous les chercheurs attribuent cette situation à la lenteur dans les transformations démographiques. Il s’agit d’un facteur déterminant pour parvenir la prospérité et la vie décente’’, a-t-il conclu.

 Quant au coordinateur national du projet SWEDD, M. Maalainine Ould Eyih, a précisé que cet atelier s’inscrit dans le cadre de l’intégration de la composante dividende démographique dans les politiques économiques et sociales, notant que cela passe nécessairement par la révision de la politique nationale des populations en vue de l’intégrer dans les domaines sanitaires, éducatifs et économiques pour garantir l’accès de la femme aux sources de revenu.

 Il a enfin précisé que l’atelier rendre dans le cadre de la nouvelle politique nationale en matière des populations et qui va permettre d’intégrer toutes les questions des populations dans les différentes filières de de l’université de Nouakchott Al Asriya.
AMI


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés