Facebook
ASPACO 2018 : Une plateforme d’échanges sur les questions stratégiques   
26/06/2018
Les opérations de maintien de la paix en Afrique ont été au centre des travaux de la seconde édition de la Conférence Annuelle sur la Paix et la Sécurité en Afrique (APSACO-2018) organisée du 18 au 19 juin 2018 à Rabat par le Think Thank Marocain : l’OCP Policy Center.



 Mahamat Saleh Annadif, ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad et patron  de la Minusma (Mali) , le Général Yohannes Gebremeskel, Commandant de la force de sécurité intermédiaire des Nations Unies, et le Général Birame Diop, Chef d’état-Major particulier de  la présidence de la République du Sénégal,  figuraient,  parmi d’autres invités de marque.
Plus de 150  participants venus d’une vingtaine de pays dont des institutionnels, des experts,  des universitaires et des journalistes  ont échangé  sur les enjeux des opérations de maintien de la paix et les enseignements  à  en  tirer ainsi que les moyens pouvant aider  l’Union Africaine (UA)  à avoir l’autonomie en matière de maintien de la paix en Afrique où sont déployées la moitié des missions de cette nature  dans le monde  .
Les panels ont identifié les  priorités pour assurer la réussite des opérations de maintien de la paix, notamment, la protection des populations civiles et le renforcement des capacités des soldats de la paix.
Les travaux de la conférence ont été suivis le 20 juin  par un panel sur le phénomène jihadiste  au  Sahel.
Des experts ont tenté de répondre aux questions relatives aux moyens des groupes jihadistes, à leur évolution et aux solutions en cours pour y faire face. Ce panel organisé ai siège de  l’OCP Policy Center a été marqué par la modération  de  Abdelhak Bassou, Senior Fellow à l’OCP Policy Center,  la participation de Jean Marc Châtaigner, Ambassadeur envoyé spécial de la France pour le Sahel  et de plusieurs experts dont Serge Daniel et Lemine Ould Salem.
La thèse du recul  du phénomène djihadiste au Sahel a été défendue   avec la baisse  des attentats en 2018 par rapport à 2017,  tout comme celle de son extension,  avec sa descente au Sud (jusqu’en Cote d’Ivoire) et  le retour des enlèvements. 
Il a été également souligné   que la réponse à apporter se doit d’être outre la réponse sécuritaire, multidimensionnelle : diplomatique, politique, avec un dialogue.
L’ASPACO 2018 a été encadrée avec une grande expertise par le staff de l’OCP Policy Center, fut une importante plateforme d’échanges sur les questions stratégiques    et   a consacré un retour en force  du rôle du Maroc  dans les  préoccupations et enjeux de l’UA.
IOMS


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés