Facebook
Séance plénière sur le thème de l’année 'Combattre la corruption, une option viable pour la transformation de l’Afrique'   
02/07/2018

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a participé, dimanche, au Centre international des conférences Al Mourabitoune, à Nouakchott, à une séance plénière sur le thème de l’année "Combattre la corruption, une option ....



 ... viable pour la transformation de l’Afrique", sous la présidence de Son Excellence Monsieur Paul Kagamé, Président du Rwanda et président en exercice de l’Union Africaine.

 Au cours de cette séance, il a été procédé à l’examen du rapport du président nigérian Muhammadu Buhari, champion du thème de l’année : « Combattre la corruption, une option viable pour la transformation de l’Afrique ».

Les interventions ont abordé les dangers de la corruption, le rôle des gouvernements dans la lutte contre ce phénomène et la dynamisation du conseil consultatif de l’union africaine dans ce cadre ainsi que les visites du conseil de prises de contacts dans les États membres et la coopération avec l’organisation internationale de la transparence.

 Au cours de cette séance, le président nigérian a mis en garde contre les dangers de la corruption et insisté sur l’importance de gagner la lutte contre ce fléau, soulignant que la corruption prive chaque année l’Afrique de 50 milliards de dollars.

 Il a ajouté qu’il y a un groupe de travail relevant de l’Union Africaine qui travaille à trouver les solutions appropriées à ce phénomène et à contrecarrer la fuite illégale des capitaux.

 Il a souligné l’importance d’impliquer la jeunesse africaine, qui dépasse 75% de la population du continent et de l’inciter à participer efficacement à cette lutte et à promulguer de lois dissuasives contre la corruption.

 Il a également insisté sur la nécessité pour les gouvernements d’entreprendre des actions claires et concrètes dans ce sens.

 Les représentants du Maroc, du Burkina Faso, du Botswana, du Mozambique, de l’Algérie et de l’Égypte ont, tour à tour, pris la parole faisant part de leur bonne appréciation de la gestion par le président Muhammad Buhari du dossier de la lutte contre la corruption dans le continent.

 Ils ont convenu de l’importance de faire face aux dommages cumulatifs de la corruption et de lutter contre l’utilisation par les réseaux extrémistes et terroristes des fonds qui en découlent.
AMI


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés