Facebook
France - Niger : Le G5 Sahel au cœur des discussions entre Macron et Issoufou Mahamadou   
07/06/2018

Le président du Niger Issoufou Mahamadou a été reçu lundi à l’Elysée par son homologue français Emmanuel Macron qui a expliqué au cours d’une conférence de presse commune, avoir «fait le point sur les avancées du G5 Sahel».



Cet entretien des deux présidents intervient alors qu’Emmanuel Macron a déjà reçu la semaine précédente João Lourenço, président angolais, et au cours du mois de mai, le président Rwandais Paul Kagame.

«La France s’est engagée pour s’assurer que les engagements financiers de certains partenaires comme l’Arabie Saoudite soient rapidement traduits en livraisons concrètes au bénéfice des pays du G5», a indiqué le président Macron.

Il a précisé que «nous continuons d’accompagner le renforcement des structures du G5».

Le chef de l’Etat a également indiqué avoir fait un point sur «les avancées opérationnelles de la force conjointe».

« Les centres de commandement des trois fuseaux ont bien avancé», a affirmé Emmanuel Macron avant de poursuivre : «le chemin parcouru depuis un an est satisfaisant et doit maintenant se traduire par des résultats opérationnels».

« Les forces conjointes savent pouvoir compter sur (...) l’engagement encore accru et très efficace de la force Barkhane qui a conduit avec succès de nombreuses opérations dans la région et marque son efficacité dans la lutte contre le terrorisme».

«Le Niger est également confronté à la menace de Boko Haram (...) La France est engagée pour sortir le Niger des difficultés actuelles qui retardent la concrétisation de l’aide promise par l’Union européenne, en soutien de la force multinationale mixte de lutte contre Boko Haram», a-t-il expliqué.

Mahamadou Issoufou a, de son côté, expliqué que les pays du G5 Sahel «sont préoccupés par la pérennité du financement de cette force».

Il a affirmé que «la France est le pays qui a le mieux compris que la sécurité est un bien public mondial et que la sécurité des pays du Sahel dépendra de la sécurité de l’Europe et en particulier de la sécurité de la France».

Pour lutter plus efficacement contre la menace terroriste installée dans la région du Sahel et plus particulièrement ancrée au Mali, voisin, le G5 Sahel a pour objectif de mobiliser 5000 hommes.

Le coût total du lancement des opérations est estimé à 450 millions d’euros.

En février dernier, une réunion d’envergure s’est tenue à Bruxelles et réunissait le Mali, le Tchad, la Mauritanie, le Burkina Faso et le Niger, membres fondateurs du G5 Sahel ainsi qu’une vingtaine de pays dont la France, l’Allemagne, l’Arabie Saoudite, la Turquie, le Sénégal, le Maroc ou encore la Tunisie.

Cette rencontre avait permis de collecter 414 millions d’euros, comme l’avait rapporté Anadolu.

A ce jour, d’après les chiffres officiels, ce sont 12000 Casques bleus de l’ONU qui sont mobilisés au Mali et 4000 soldats de l’armée française à travers l’opération Barkhane qui succède à Serval, initiée en janvier 2014 et auxquels devraient donc s’ajouter les militaires mobilisés dans le cadre du G5 Sahel.

Cette force vise à mener des actions anti-terroristes au Sahel et éradiquer la menace sur le territoire africain, grâce aux financements octroyés par de nombreux pays à travers le monde.


aa.com.tr


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés