Facebook
Symposium international sur les médias et les droits de l'homme   
11/05/2018

Nouakchott a abrité jeudi les activités d’un symposium international sur les médias et les droits de l’homme, organisé conjointement par le syndicat des journalistes mauritaniens, le Centre ...



... d’information et de documentation (CID) des Nations Unies et le centre Al-Jazeera des libertés publiques et des droits de l’homme, sous le thème « L’équilibre entre la puissance médiatique et la souveraineté de la loi ».

Le commissaire adjoint aux droits de l’homme et à l’action humanitaire, M. Rassoul Ould Khal, a inscrit dans son mot prononcé pour la circonstance, la rencontre dans le cadre des manifestations commémoratives de la Journée internationale de la liberté de la presse, soulignant qu’elle représente aussi une importante opportunité pour débattre des questions permettant de renforcer les capacités des journalistes mauritaniens.

« Tout observateur réalise les avancées considérables enregistrées par la presse mauritanienne qui se trouve, pour la 7ème fois consécutive, à la tête du classement des Etats arabes dans le domaine de la liberté de presse », a-t-il affirmé.

 Il a cité, entre autres acquis, la libéralisation de l’audiovisuel, la dépénalisation du délit de presse, la création d’un fonds d’aide publique à la presse privée.

« Des acquis obtenus grâce au grand intérêt accordé par Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, à la promotion et à la protection des droits individuels et collectifs et à la ferme volonté du Gouvernement du Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine de concrétiser ces orientations sur le terrain », a-t-il ajouté.

 Le président du syndicat des journalistes mauritaniens M. Mohamed Salem Ould Dah a mis en exergue dans son intervention, le besoin des milieux médiatiques à travers le monde d’être l’objet de davantage d’intérêt et d’attention, pour mener à bien leur mission, qualifiant l’équilibre entre la puissance médiatique et la souveraineté de l’Etat d’exigence pressante pour créer un environnement juridique stimulant la liberté de la presse.

« La presse privée mauritanienne est confrontée à certains problèmes qui requièrent un réexamen de son état des lieux, dans la mesure où elle constitue un pilier indispensable dans les pays démocratiques », a-t-il dit.

 La Représentante du Haut-commissariat aux droits de l’homme par intérim Mme Konika Ganga a souligné l’importance du thème de la rencontre et remercié les organisateurs du symposium pour le choix de cette problématique.

 Le directeur des libertés publiques et des droits de l’homme au centre Al-jazeera M. Sami Hadj a appelé quant à lui, les journalistes mauritaniens à tirer profit des débats ouverts sur le trentenaire de la thématique de la rencontre, insistant sur la nécessité du partenariat entre les institutions médiatiques dans le monde afin d’éradiquer les discours xénophobes et de les remplacer par ceux du dialogue et de la paix

 Le directeur du centre onusien d’Information et de documentation M. Alaa Vouad a rappelé l’organisation inédite en Mauritanie de l’événement annuel sur ce thème, le 25e du genre dans le monde, à l’occasion de la promulgation par les Nations Unies de la journée internationale de la liberté de presse, précisant que le symposium ouvre la voie à d’autres activités similaires en Mauritanie.

 Le représentant des organisations de la société civile, M. Moctar Diallo a souligné quant à lui l’importance de la liberté de la presse, qualifiant les organisations de défense des droits de l’homme et les journalistes de Gouvernement de l’humanité et appelant à davantage d’efforts pour ancrer la liberté de la presse en Mauritanie.





AMI


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés