Facebook
Avec 5,2 milliards d’euros, l’Afrique concentre 50% du montant total des financements de l’AFD en 2017   
20/04/2018

L’Afrique reste en tête des priorités de l’Agence française de développement (AFD). L’opérateur pivot du dispositif français d’aide publique au développement (APD)  a engagé ... ...



5,2 milliards d’euros sur le continent en 2017, une enveloppe en hausse de 15% par rapport à 2016 et qui représente 50% du montant total des financements servis par l’institution.

«L’Afrique concentre 50 % du montant total des engagements du groupe AFD dans les pays étrangers et 80 % de l’effort financier de l’État.», a précisé l’AFD dans un communiqué rendu public le 12 avril.

Au total, l’AFD a  accordé des financements de 10,4  milliards d’euros pour 752 projets dans les pays en voie de développement durant l’année écoulée.  20 % de ces financements ont été consacrés à l’Asie, 16 % au Proche et Moyen-Orient et 14 % à l’Amérique latine et aux Caraïbes. Les territoires français d’Outre-mer ont bénéficié de 1,6 milliard d’euros, un niveau stable par rapport à 2016.

«Depuis mon arrivée à la tête de l’Agence française de développement il y a deux ans, les engagements ont crû de 25%. On est en train de doubler de taille.»,  s’est félicité le directeur général de l’institution, Rémy Rioux (photo).

L’AFD a globalement renforcé son soutien à la société civile, aux collectivités territoriales et au secteur privé du Sud. «Nous avons tout particulièrement mis l’accent sur le renforcement de notre activité dite non souveraine, à destination de la société civile, des collectivités territoriales, du secteur privé du Sud, en progression de 30 % et représentant près de 5 milliards d’euros, mais aussi des banques de développement nationales et multilatérales, les institutions européennes et les grandes fondations.», a souligné M. Roux.

En ce qui concerne les projets soutenus, l’institution, qui espère devenir la première institution « 100 % accord de Paris», a mis l’accent sur la lutte contre le changement climatique et ses conséquences, un domaine auquel elle a consacré plus de 4 milliards d’euros, dont un milliard réservé aux énergies renouvelables en Afrique. 

Les projets soutenus ont par ailleurs, permis l’accès à l’eau potable pérenne pour 822 000 personnes ; l’accès à l’électricité pour 365 000 personnes ; la protection ou la restauration de 16 millions d’hectares d’espaces naturels et la scolarisation de 396 000 filles. Au bout du compte, l’AFD a dégagé un résultat net de 313 millions d’euros durant l’exercicé écoulé.

Pour rappel, le président Emmanuel Macron s’est engagé à porter à 0,55 % du revenu national brut (RNB) l’aide publique de la France, d’ici à 2022. Actuellement de 0,43 % du RNB, l’aide française reste très inférieure à l’objectif onusien de 0,7 % atteint par seulement cinq pays, en l’occurrence le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, le Royaume-Uni et le Suède.


   
 


 

(Agence Ecofin)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés