Facebook
La signature de la ZLECA, un pas de géant vers le développement de l’Afrique – Vera Songwe (CEA)   
22/03/2018

« Avec la signature de la Déclaration de Kigali pour le lancement de la Zone de libre-échange continentale africaine, l’Afrique a fait un pas de géant vers l’intégration continentale, la vision panafricaine et le développement de notre continent", a déclaré Vera ...



 ... Songwe, Secrétaire exécutive de la CEA.

S’exprimant à l’occasion de la signature officielle de la ZLECA aujourd’hui à Kigali, Mme Songwe a noté que ce moment historique prouvait la détermination des dirigeants africains à rassembler la diversité du continent et concrétiser ce projet phare de l’Agenda 2063 de l’Union africaine. Elle a remercié toutes les agences des Nations Unies pour leur soutien et affirmé que la CEA était « honorée d’être associée à ce grand moment historique ».

Lors de la 18ème Session Extraordinaire du Sommet de l’Union Africaine qui s’est tenue à Kigali ce 21 mars, 44 pays africains ont signé la ZLECA, tandis que 50 pays au total ont signé l’accord ou la déclaration de Kigali, affirmant leur engagement à mettre en œuvre cet accord qui vise à multiplier par deux le commerce intra-africain en supprimant les barrières non tarifaires et tarifaires sur les biens et services. En outre, 27 pays ont également signé le Protocole de l’Union africaine sur la libre circulation des personnes, qui complète la ZLECA en prévoyant pour les ressortissants des pays signataires la suppression des visas, le droit de résidence, le droit de faire des affaires et de créer des établissements professionnels.

Lors de son allocution, le Président du Rwanda Paul Kagame, qui préside l’Union Africaine, a déclaré que « la ZLECA était l’aboutissement d’une vision énoncée il y a près de 40 ans dans le Plan d’action de Lagos, adopté en 1980 », d’un marché unique à l’échelle continentale. Il a également reconnu le rôle prépondérant des communautés économiques régionales dans la promotion de l’intégration africaine.

De son côté, Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union africaine, a remercié la CEA pour son soutien au cours des deux années de négociations. Il a ajouté : « Le géant qu’est l’Afrique ne peut pas se réveiller si le continent est divisé. Il faut hâter le pas, car la compétition internationale ne laisse aucune place aux faibles ». Il a appelé les États membres à signer également le Protocole sur la libre circulation des personnes, qui devrait conduire à la création d’un passeport africain.

La Secrétaire exécutive de la CEA a également exhorté les États membres à ratifier rapidement la ZLECA, rappelant que l’accord n’entrerait en vigueur qu’une fois ratifié par un nombre suffisant de pays.

De même, la dirigeante de la CEA a déclaré que la signature de la ZLECA marquait seulement la fin de la première phase des négociations, insistant sur la nécessité d’une mise en œuvre efficace. L’indice pays des entreprises de la ZLECA, lancé par la CEA lors du Sommet, sera l’un des outils de suivi, à travers des enquêtes périodiques sur les opinions des entreprises au sujet de l’impact réel de l’accord sur le commerce.

Vera Songwe a également réaffirmé la nécessité de ne laisser personne de côté, tel que visé dans le cadre des objectifs de développement durable, en veillant à ce que chacun puisse bénéficier des nouvelles opportunités créées par la ZLECA.

Selon la CEA, parmi les principaux bénéficiaires figureront les petites et moyennes entreprises, qui représentent 80% des entreprises de la région ; les femmes, qui constituent 70% des commerçants transfrontaliers informels ; et les jeunes, qui devraient profiter des nouvelles opportunités d’emploi.

La CEA estime que la ZLECA a le potentiel d’accroître le commerce intra-africain de 52,3% en éliminant les barrières tarifaires et de multiplier par deux le volume des échanges si les barrières non tarifaires sont également levées.

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés