Facebook
Le Sénégal sensibilise ses pêcheurs après un arraisonnement de pirogues par Bissau   
18/02/2018

AFP- Le Sénégal appelle ses pêcheurs à respecter la réglementation en Guinée-Bissau et dans les pays voisins, après l’arraisonnement cette semaine par Bissau de onze pirogues sénégalaises avec plus de 100 occupants pour "pêche sans autorisation".



Les garde-côtes bissau-guinéens ont arraisonné mardi dans le nord du pays « onze embarcations de pêche artisanale du Sénégal avec à bord 107 membres d’équipage », selon un communiqué du ministère sénégalais de la Pêche publié samedi soir et un responsable sénégalais.

Les « 107 membres d’équipage sont bien traités et libres de tout mouvement » en Guinée-Bissau où une commission doit « se réunir dans les tous prochains jours » pour examiner leur situation, selon le ministère.

Des accords entre les deux pays
Il « exhorte les acteurs de la pêche (au Sénégal) à respecter les textes et règlements en vigueur des pays où ils opèrent. (La) tradition de coopération (entre Dakar et Bissau) ne saurait occulter le respect de la souveraineté des États », ajoute-t-il.

Le Sénégal et la Guinée-Bissau sont liés par des accords régulièrement renouvelés permettant aux pêcheurs sénégalais détenteurs de licences de pêche d’exercer dans ce pays voisin.

La mort d’un pêcheur de Saint-Louis
L’arraisonnement des 107 pirogues sénégalaises est survenu deux semaines après la mort fin janvier d’un jeune pêcheur de Saint-Louis (nord du Sénégal), tué par des garde-côtes mauritaniens alors qu’il se trouvait illégalement dans les eaux mauritaniennes à bord d’une pirogue, selon les autorités des deux pays.

Face à la rareté du poisson dans leurs eaux territoriales à cause notamment d’une surexploitation de la ressource, les pêcheurs sénégalais sont de plus en plus dépendants des pays voisins comme la Mauritanie et la Guinée-Bissau.

Des incidents entre des pêcheurs artisanaux sénégalais et des garde-côtes de ces pays sont signalés depuis plusieurs années.


 jeuneafrique


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés