TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
FILEP2017 : Un événement marquant du journalisme Ouest africain   
11/11/2017
Sous le thème : «Défis sécuritaires en Afrique : rôles et responsabilités des médias»,  la 7e édition du  Festival International de la Liberté d’Expression et de la Presse (FILEP 2017) s’est tenue du 8 au 11 novembre 2017 à Ouagadougou (Burkina)  en présence de 250 participants venus de 27 pays d’Afrique,  représentant des medias et des défenseurs des droits humains.



 
Le FILEP est organisé depuis 2000 par le Centre National de Presse Norbert Zongo (CNP/NZ) qui porte le nom du  célèbre journaliste burkinabé lâchement assassiné en 1998 alors qu’il enquêtait sur la mort de David Ouédraogo,  un  citoyen burkinabé mort suite à son interpellation par des éléments du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP).

Cette édition du FILEP  a été riche en activités. Il y a eu le colloque international sur le thème : «Défis sécuritaires en Afrique : rôle et responsabilité des médias» à travers des  communications sur la cartographie de la menace terroriste en Afrique, avec zoom sur le cas spécifique du Burkina, sur les situations des pays de la bande sahélienne (Niger, Mali, Mauritanie)  ainsi qu’en Algérie, au Nigeria et au Cameroun.  Et des présentations  sur "La faillite des Etats et l’insécurité chronique" au Burundi, en République Démocratique du Congo,  en  Centrafrique et au Burkina.

Il y a eu également une projection du  Film : « Une révolution africaine : les 10 jours qui ont chuté Blaise Compaoré »  et une émouvante cérémonie de recueillement à Sapouy,  lieu de l’assassinat de Norbert Zongo,  en plus,   d’une exposition photos,  des émissions radios et plateau télé et  un concert live avec des artistes africains engagés pour la liberté d’expression et de la Presse.

Le Festival  a été aussi un moment de revalorisation du journalisme avec  la  remise du  Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation et du choix de  la meilleure journaliste du Burkina  ainsi que des prix pour les  photos et caricatures.
Le Sebgo d’or, grande  récompense du prix international Norbert Zongo du journalisme d’investigation, a été décerné  au  journaliste nigérian Emmanuel Maya pour son travail sur le massacre des séparatistes Biafrais. Habibata Wara de « Carrefour africain » a été désignée meilleure journaliste burkinabè pour son œuvre traitant de l’esclavage des Bellas : «Esclavage un jour, esclave toujours ?».

Le FILEP2017 a émis également des recommandations sur l’accès aux sources d’information,  la protection des journalistes,  leur  formation sur la couverture du terrorisme et des conflits, ainsi qu’une  motion de soutien aux journalistes emprisonnés et exilés  en raison de leur  couverture du terrorisme et des conflits dans ce   nouveau contexte mondial,  où la sécurité est entrain de devenir un paradigme,  parfois,  au détriment des libertés.

Les activités  du Festival qui fut un événement  marquant au niveau du journalisme ouest africain  ont été lancées par  le Haut Représentant du Président de la République du Burkina,  Mr Cheriff Moumina SY ex- président du Conseil National de Transition (Parlement intérimaire) du Burkina Faso.  Elles  ont été clôturées par Mr Alassane Bala Sakandé, président de l’Assemblée nationale du Burkina.

IOMS


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés