TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
La BAD lance une initiative pour sortir 50 millions de jeunes africains du chômage et du sous-emploi   
30/11/2017

La Banque africaine de développement (BAD) vient de lancer le groupe consultatif présidentiel de la jeunesse (PYAG-Presidential youth advisory group) dont l’objectif est de proposer des idées innovantes pour la création de plus de 25 millions d’emplois décents et durables ...



 ... en Afrique, au cours des dix prochaines années. L’information a été portée au public, lors du 6e Forum des affaires Union européenne-Afrique, à Abidjan, par le président de l’institution financière,  Akinwumi Adesina.

« C’est une opportunité énorme pour l’Afrique. Si nous réglons le problème du chômage des jeunes, l’Afrique gagnera 10 à 20 % de croissance annuelle. Ce qui signifie que le PIB de l’Afrique augmentera de 500 milliards de dollars par an, durant les 30 prochaines années. Le revenu par habitant augmentera, quant à lui, de 55 % par an jusqu’en 2050 », a révélé  Akinwumi Adesina.

Selon le président de la BAD, 13 millions de jeunes africains entrent chaque année sur le marché du travail. Mais, seulement 3 millions d’entre eux occupent un emploi décent dans un contexte où la population des jeunes est appelée à doubler pour atteindre 800 millions, sur les prochaines décennies.  Les statistiques montrent que  66 millions de jeunes africains gagnent moins de 2 dollars par jour.

A terme, la BAD espère sortir 50 millions de jeunes du chômage et du sous-emploi.

Le PYAG est composé de : Ashish Thakkar (président), de nationalité ougandaise, Uzodinma Iweala (Nigeria), Mamadou Touré (Cameroun), Vanessa Moungar (Tchad), Francine Muyumba (RD Congo), Jeremy Johnson (USA), Clarisse Iribagiza (Rwanda), Ada Osakwe (Nigeria) et Monica Musonda (Zambie).




   


(Agence Ecofin)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés