TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Interview de Mr Aboubacry Ba, président de l’AJMCLT : “…nous devons saluer le courage du Président Aziz d’aller vers les populations pour leur expliquer les problèmes du pays, s’enquérir de leur situation notamment les difficultés de l’enrôlement...   
30/10/2017

Mr Aboubacry Ba, est le président de l’Association des Jeunes Mauritaniens pour la Culture, les Loisirs et la Technique (AJMCLT). Il préside également le mouvement des jeunes pour la construction nationale. Ex-candidat maire à Sebkha en 2013 lors des élections communales, ...



... il a décidé depuis lors de soutenir le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz aux élections présidentielles de 2014 sous le slogan : « Oui Aziz, aujourd’hui et demain ». En outre, Mr Ba a, à l’occasion du référendum constitutionnel d’août 2017, appelé à voter en faveur des réformes constitutionnelles proposées en organisant une caravane de sensibilisation à travers les 9 moughataas de Nouakchott.
Très engagé politiquement en faveur du président Aziz qu’il décide de soutenir contre vents et marées, nous l’avons approché en cette période de crise politico-sociale et il s’est prêté à nos questions. Entretien.

 

Tahalil-Hebdo: Pourquoi, Mr Ba, vous avez opté de soutenir la politique du Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz depuis 2013 jusqu’aujourd’hui?


Aboubacary Ba : Merci de m’avoir donné l’opportunité de m’exprimer dans vos colonnes. En effet, depuis la transition démocratique de 2006, le pays a été pris en otage par certains lobbies. La Mauritanie était au bout du gouffre. Il fallait inéluctablement quelqu’un, un  homme pour changer la situation. Cet homme s’appelle Mohamed Ould Abdel Aziz qui a compris, en un moment donné, qu’il fallait rectifier le tir. Il a engagé le mouvement de la rectification en 2008. Le Président Aziz a, depuis pris des dispositions allant dans le sens de remettre en cause tout ce qui n’allait pas et d’engager des réformes dans l’intérêt du peuple mauritanien. Il a dans le même cadre, inculqué chez le citoyen mauritanien l’esprit de citoyenneté et d’entreprenariat en apportant par la même occasion, des changements dans beaucoup de secteurs de développement comme l’éducation, la formation professionnelle, la santé en favorisant l’implication des jeunes dans la gestion des affaires de la cité.
C’est la raison pour laquelle, fort de ce constat, j’ai décidé en tant que jeune et avec moi, des centaines voire des milliers de jeunes citoyens qui avaient également compris comme moi, que le Président Aziz est dans la bonne trajectoire.


Tahalil-Hebdo: Pourtant, le pays traverse actuellement une crise politico-sociale qui a amené le Président Aziz, j’espère, à effectuer des visites dans la banlieue. Quels commentaires vous inspirent ces visites et cette situation?


AB : C’est une première et nous devons saluer ce courage d’aller vers les populations pour leur expliquer les problèmes du pays, s’enquérir de leur situation notamment les difficultés de l’enrôlement et les problèmes économiques et environnementaux auxquels le pays est confronté. Et ce, le président l’a fait sans distinction d’appartenance ethnique ou tribale. C’était également l’occasion saisie par les populations pour lui poser de plus près, leurs préoccupations majeures. Le président a saisi cette opportunité pour exhorter les autorités en charge de l’enrôlement à faciliter l’obtention des papiers d’Etat civil par des procédures administratives simplifiées. Mais aussi, il a exigé des agents chargés de cette opération, de faire preuve d’esprit de citoyenneté et d’ouverture pour l’accès des populations mauritaniennes nécessiteuses à leurs droits. En outre, le président a demandé aux jeunes de s’impliquer dans la gestion du pays en se formant dans tous les secteurs d’activités.
Concernant l’autre volet de la question, il faut souligner que le Président Aziz avait engagé un dialogue inclusif avec toute la classe politique, en particulier celle de l’opposition dite radicale. Cette dernière avait malheureusement boycotté comme en 2013. Alors que c’était l’occasion de poser le débat en toute démocratie et d’en trouver les solutions ou tout au moins faire l’ébauche de solutions.
Néanmoins, ceux qui étaient au dialogue, ont travaillé dans le sens d’améliorer la situation politique et sociale du pays et surtout en proposant des changements qui ont abouti aujourd’hui aux réformes constitutionnelles approuvées avec une majorité qualifiée lors du scrutin référendaire d’août dernier. Et je pense que ces réformes sont en droite ligne avec les intérêts du peuple mauritanien.


Tahalil-Hebdo: Que pensez-vous de la politique que mène Mr Biram Dah Abeid, président de mouvement de l’Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) qui devient par la force des évènements, un politique?


AB : Mr Biram Dah Abeid n’est pas une référence politique pour la jeune génération. Parce qu’il est là pour ses intérêts personnels. Il n’est pas un démocrate et  il confond société civile et politique. Mr Biram ne fait que dénigrer son pays au plan international, ce qui ne fait pas de lui  un bon citoyen. Il ne fait que ternir l’image de son propre pays, la Mauritanie, qui l’a tout donné et ce, sous le prétexte de défenseur des droits des esclaves. Alors qu’il y a bien avant lui, des hommes comme feu Mohamed Said Hamody, le président Messoud Ould Boulkheir, Boubacar Messoud de SOS Esclaves, Samory Ould Bèye actuel président du mouvement El Hor et secrétaire général du syndicat CLTM … pour ne citer que ceux-là qui ont mené ce combat d’une main de maître sans se comporter comme lui. Je considère que Biram n’est pas mieux placé que ces derniers pour mener ce combat qu’il utilise à des fins de commerce.


Tahalil-Hebdo: Vous envisagez d’effectuer une tournée aux Etats-Unis très prochainement. Peut-on savoir l’objet de cette tournée?


AB : Effectivement. Je compte mener une tournée aux Etats-Unis pour sensibiliser les associations de la diaspora mauritanienne par rapport aux réformes constitutionnelles et le rôle qu’elles doivent jouer dans le développement économique du pays. Une façon d’impliquer cette diaspora dans la gestion du pays. Ce sera également une opportunité pour moi, de lancer le futur parti politique pour plus d’implication des jeunes dans la politique afin de contribuer au renouvellement de la classe politique vieillissante.


Tahalil-Hebdo: Votre dernier mot?


AB : Je dois féliciter de manière anticipé le Président de la République et à travers lui, le peuple mauritanien à l’occasion de la célébration, le 28 novembre, de la fête de l’indépendance nationale prévue dans la ville de Kaédi. Je dois aussi remercier Dr Coumba Ba, ministre de la Fonction publique, pour les efforts soutenus en faveur des jeunes et des femmes du Gorgol. D’ailleurs, à l’occasion de la fête nationale, nous comptons organiser des journées de concertation et d’échange à Kaédi où se dérouleront les festivités. Des concerts sont aussi prévus au profit des jeunes de cette ville et du Gorgol en général. Je leur lance d’ailleurs un appel afin qu’ils se retrouvent autour de l’essentiel pour envisager l’avenir en toute sérénité. Car les jeunes sont l’énergie de tout développement.
Je lance également un appel à l’endroit des jeunes et des femmes pour s’unir autour des orientations politiques du Président Aziz qui est en train de jouer la carte de la paix et du dialogue dans la sous région. Le cas de la crise gambienne est encore là comme preuve. Il s’y ajoute son combat contre le terrorisme au Sahel.

Propos recueillis par I.Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés