TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Le Fonadh, Rosa, Oxfam et REFPAM en conférence de presse pour évaluer la caravane « Cultivons »   
20/10/2017

Le Forum des  organisations nationales de défense des droits humains (Fonadh), le ROSA, Oxfam, Alliance citoyenne et le Réseau des Femmes Parlementaires  Mauritanienne (REFPAM) ont co-organisé une conférence de presse, ce 16 octobre à Nouakchott pour ...



... évaluer la campagne « Cultivons ». Cette campagne a été organisée du 11 au 14 Octobre 2017 dans deux régions et a concerné 4 communes notamment Aéré Mbar et Niabina (Brakna) et Néré Walo et Djéol (Gorgol).  L’objectif de cette conférence de presse, c’est d’évaluer cette campagne qui a sillonné ces zones rurales.
D’emblée, Mr Sarr Mamadou du Fonadh, a expliqué le choix des communes visités qui n’est rien d’autres que ce sont des zones à vocations agro-pastorales car l’objectif c’était d’accompagner le travail des femmes rurales qui s’activent dans ces localités. Mieux, il a souligné que cette activité s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme rurale qui a eu lieu le 15 octobre de chaque année.  L’Union Européenne en partenariat avec Oxfam ont financé cette campagne « Cultivons ». Ce projet est exécuté par le Fonadh, Rosa,  REFPAM, Alliance Citoyenne et le Club des Jeunes Journalistes (CJJ). Il a indiqué qu’un comité de veille et de suivi a été mis en place à cet effet. Sont  concernées, les femmes rurales, les leaders religieux, les chefs de villages, les walis entre autres.
A en croire Mr Sarr, cette campagne a permis de sensibiliser l’opinion nationale et les pouvoirs publics afin de soutenir les femmes rurales victimes de l’expropriation des terres. Les acteurs souhaitent développer un plaidoyer auprès des autorités pour aboutir à cette fin.
Cette conférence de presse est aussi un prétexte pour non seulement « concrétiser nos actions » mais valoriser le rôle de la femme rurale jadis confinée au foyer. « Nous lançons un appel à l’opinion nationale  pour la valorisation du travail des femmes rurales. Et par conséquent, soutient Mr Sarr, la société civile doit inscrire cette date du 15 octobre dans leur agenda pour soutenir le combat des femmes rurales. Car le plus important, c’est la sécurisation des femmes rurales.  En Mauritanie, poursuit-il, «la question foncière est une réalité». Et il faut aller dans les profondeurs du pays pour s’en rendre compte.
A la suite de Mr Sarr Mamadou du Fonadh, les femmes rurales ont apporté leur témoignage sur le bien fondé de cette campagne « Cultivons » entreprise par les organisations de la société civiles précitées. Elles ont aussi apprécié la bonne organisation de la caravane et souligné l’importance de cette campagne qui a traversé des zones essentielles. Ces femmes rurales ont salué l’apport du MASEF, les efforts déployés par le Fonadh, REFPAM, Alliance citoyenne et les bailleurs de l’Union Européenne et Oxfam. Toutefois, elles n’ont pas manqué de soulever le problème de l’Etat civil et l’accès au foncier qui constituent un goulot d’étranglement pour toutes les femmes rurales. En outre, elles ont souligné le problème de la cohabitation entre agriculteurs et éleveurs en ce qui concerne la divagation des animaux. Elles ont à cette occasion appelé les pouvoirs publics, la société civile et les bailleurs à les soutenir afin qu’elles puissent continuer à travailler la terre et vivre décemment.
I.Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés