TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Mauritanie /Sénégal : Espaces d’espoir et de prospérité /par Laghdaf Ould Khaye   
05/10/2017

La boîte de Pandore, entre ouverte depuis le déblayage par les bulldozers de l’Ambassade d’Israël à Nouakchott, a volé en éclats, libérant son contenu maléfique, le jour où le Président Aziz a pris la décision, hautement stratégique, de "mauritaniser" la pêche.



Bruxelles, ne pouvant se passer du poisson mauritanien, a brandi la carte de l’esclavage en Mauritanie, pour ramener le précieux nutriment sur les tables européennes puis par alliés interposés et  s’appuyant sur des ONGs opportunistes, elle continue sa pression pour faire fléchir les autorités du pays.
S’ouvre alors une série de procès, allant de l’accusation d’esclavage en passant par la restriction des libertés, la corruption, la dégradation d’institutions démocratiques…
Les tribunes mises à contribution, principalement en Europe et aux États-Unis, n’ayant pas donné les résultats escomptés, on se tourne vers les voisins immédiats de la Mauritanie pour une implacable prise en étau du pays.
Les premiers signes inamicaux se sont manifestés avec la médiation du Président Aziz dans la crise politique en Gambie. Succès dénié par le pays de la traditionnelle Terranga.
Si, aujourd’hui, des opposants mauritaniens et mêmes des organisations non gouvernementales sénégalaises se retrouvent à Dakar pour jouer aux "agresseurs " de la Mauritanie, le Sénégal, peuple et gouvernement, doit y déceler les signaux de sa propre déstabilisation pour de multiples raisons:

1. Le Sénégal et la Mauritanie constituent deux espaces pour un même peuple, le Président Macky Sall n’est –il pas issu d’une communauté qui participe fortement au développement et à la stabilité de la Mauritanie

2. Les intérêts économiques des deux pays sont intimement liés et l’avenir nécessite
davantage de solidarité pour une exploitation sereine des richesses transfrontalières

3. L’organisation des pêcheries en Mauritanie procède d’un effort de valorisation de la ressource en vue de la préservation du potentiel  halieutique et l’amélioration du niveau nutritionnel et le rendement économique global.

4. Sur le plan diplomatique, la Mauritanie n’entend se substituer à personne. Elle veut retrouver la place qui lui sied, compte tenu de son rayonnement culturel au niveau de la sous- région.

5. En matière de libertés, l’espace offert en Mauritanie est suffisamment tolérant pour permettre l’expression  de toutes les revendications sociales et politiques.


6. les souvenirs douloureux des tensions entre la Mauritanie et le Sénégal sont autant d’alertes contre la dérive et l’amateurisme dont les conséquences sont néfastes pour les deux pays.

Laghdaf Ould Khaye


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés