TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Africa Convergence 2017 : 'une autre Afrique est possible'   
04/10/2017

La seconde édition de la Conférence internationale «Africa Convergence» qui s’est tenue le 29 septembre à Casablanca a tenu ses promesses. Les échanges sur des thématiques majeures cristallisant les défis du moment, mais aussi et surtout du futur, ont permis de mettre en exergue ...



 ... la dynamique d’un continent véritablement en marche. Loin des clichés et des a priori, les enjeux d’une Afrique qui croient en elle-même et se donne les moyens de ses ambitions ont été passés au crible à travers différents panels où l’idée conductrice était celle «du donner et du recevoir». Un pari réussi pour La Tribune Afrique, organisatrice de l’évènement.

Par Aboubacar Yacouba Barma, La Tribune Afrique

Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, dit-on en Afrique, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur ! C’est quelque peu ce qui sied merveilleusement à l’histoire du Continent qui se fait sans cesse raconter sa propre actualité au fil des rencontres internationales et autres sommets où les mêmes rengaines sont ressassées. Au sortir de la seconde édition de la conférence internationale «Africa Convergence» qui s’est tenue le vendredi 29 septembre 2017 à Casablanca, le sentiment général qui domine, c’est qu’enfin, l’Afrique a trouvé l’occasion de raconter sa propre histoire. «Il est temps que nous soyons acteurs de notre actualité», n’a pas manqué de plaider à l’ouverture de cet évènement organisé par La Tribune Afrique, le milliardaire et philanthrope soudano-britannique, Mo Ibrahim, pour qui «l’Afrique a aujourd’hui un véritable problème avec les médias».

Un avis partagé par Karim Mboje, témoin de la  nouvelle génération qui monte en puissance en Afrique et qui porte en elle l’avenir d’un Continent véritablement en marche. «Il faut que chacun fabrique son histoire et se la raconte », a estimé le PDG de Wari. Celui-ci n’a pas hésité à dénoncer «l’asymétrie de l’information» qui règne actuellement, comme en témoigne le fait que les informations politiques et économiques sur le Continent sont aujourd’hui l’œuvre de médias étrangers. Un regard qui n’est pas construit sous un prisme purement africain, comme l’a mis en exergue Mo Ibrahim : Aux Etats-Unis, les médias suivent tous les faits et gestes du président Donald Trump et de la star de téléréalité Kim Kardashian, «histoire de provoquer le buzz, alors qu’il y a des choses exceptionnelles qui se passent en Afrique avec des leaders exceptionnels».


L’Afrique des Afriques

Dans un monde globalisé, sans cesse en mutation, l’information est pourtant capitale. Amr Kamel, vice-président d’Afreximbank en fait le constat en précisant que «les acteurs économiques n’ont pas aujourd’hui assez d’informations nécessaires pour prendre des décisions effectives et appropriées». On comprend alors pourquoi l’Afrique peine à sortir de l’ornière, malgré les statistiques sur le potentiel du Continent. «En toute sincérité, je dois avouer que je voyage en Afrique avec mon passeport britannique, parce que c’est plus facile», n’a pas manqué d’avouer Mo Ibrahim qui, implicitement, désavoue le discours ambiant sur l’intégration régionale ou la libre circulation des personnes que les dirigeants africains ne cessent de colporter avec des stratégies et des échéances fixées et signées en grande pompe, mais sans que cela ne se traduise en réalité concrète.

«On ne cesse de proclamer qu’on s’aime en Afrique et qu’on est entre nous des frères africains, mais en réalité, les choses sont très différentes des discours», reconnaît Mo Ibrahim, guest-star de l’évènement, placé sous le signe du «donner et du recevoir» et qui a eu le mérite de réunir, dans ses panels, le gotha du monde politique, économique, culturel et académique du Continent.

Sans prétention, «Africa Convergence», s’érige désormais en véritable plateforme d’échanges entre décideurs et acteurs du développement d’un Continent qui entend se donner les moyens de ses ambitions. Avec «Africa Convergence», le Continent semble enfin trouver l’opportunité de raconter l’autre Afrique, la vraie dans toute sa splendeur et qui entend réfléchir sur ses forces et ses faiblesses pour trouver sa propre voie dans un monde de plus en plus complexe. C’est d’ailleurs le pari que s’est donné «Africa Convergence» considéré désormais et à juste titre comme le rendez-vous par excellence pour réfléchir, échanger et débattre de l’Afrique, mais aussi des Afriques.




 

 
(Agence Ecofin)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés