TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
La censure de l'Internet a coûté plus de 237 millions $ à l’Afrique subsaharienne depuis 2015   
04/10/2017

Depuis 2015, les coupures d’Internet  en Afrique subsaharienne ont coûté plus de 237 millions $ à la région. L’information a été rendue publique, vendredi, à Johannesburg  à l’occasion du Forum sur la liberté d’accès à Internet en Afrique (FIFAfrica 2017), et vient ...



 ... des conclusions d’un sondage réalisé par le centre international pour la promotion des TIC en Afrique orientale et australe (Cipesa), basé à Kampala, en Ouganda.

Selon l’étude, la cybercensure est devenue beaucoup plus fréquente depuis 2015, marquée par la restriction totale de l’accès aux réseaux sociaux tels que WhatsApp, Facebook et Twitter dans certains pays.

En 2016, 11 pays ont été perturbés par les coupures d’Internet ; l’Ouganda avant les élections ; l’Algérie, lors des examens nationaux. L’Ethiopie, lors des manifestations anti-gouvernementales avec trente-six jours d’interruption totale de tous les réseaux, a perdu 132,1 millions de dollars. La RDC perd 46 millions $.

En 2017, le Cameroun a perdu près de 39 millions $, en imposant un blackout de 93 jours dans ses régions anglophones.

Le Togo présente le cas le plus récent. Le Cipesa estime que les pertes journalières dans ce petit pays de l’Afrique de l’Ouest depuis que les protestations contre le président Faure Gnassingbé, ont pris de l’ampleur,  se sont élevées à 243 507 dollars. Le Gabon qui a perdu en moyenne 0,88 million par jour, l’Ouganda (1,76 million $/jour) et la République du Congo (0,43 million $/jour),  ne sont pas épargnés par ces coupures.

Selon les estimations du cabinet McKinsey, d’ici 2025, la contribution d’Internet au PIB sur le continent africain pourrait augmenter de plus de 10% (300 milliards $), avec les nombreuses opportunités dans les secteurs de l’emploi, de l’éducation, de la santé, des finances qui en découlent. L’avenir des plans de développement dans ces pays de l’Afrique, est donc intimement lié à celui de l’économie digitale.






 

 
(Agence Ecofin)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés