TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Force anti-terroriste: le G5 envisage le déploiement de 5250 hommes   
02/07/2017

Le principal objectif du sommet qui s’ouvre ce 2 juillet à Bamako est de donner le coup d’envoi à la force G5 Sahel. Adopté en novembre 2015, le principe de cette force militaire conjointe au Mali, au Tchad, au Niger, à la Mauritanie et au Burkina Faso, a connu un coup ...



 ...d’accélérateur cette année, avec le soutien de l’Union africaine en avril, puis de l’Union européenne, assorti d’une promesse de 50 millions d’euros le 6 juin, avant l’adoption 15 jours plus tard d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui a salué la création de cette force. A quoi va ressembler cette force ? Comment va se répartir l’effort entre les pays ? Éléments de réponse.

C’est le général malien Didier Dacko qui va diriger cette force, dont le commandement sera basé à Sévaré, dans la région de Mopti, au centre du Mali. Sur les effectifs engagés, le flou demeure : dans une tribune commune publiée samedi dans Le figaro, les chefs d’Etat du G5 évoquent des effectifs de 10 000 hommes, quand la résolution de l’ONU parle elle d’une force « pouvant aller jusqu’à 5 000 personnes ».

Selon nos informations, un mémorandum a été signé en mai par les chefs d’état-major des cinq pays qui prévoit dans un premier temps le déploiement de sept bataillons de 750 hommes, soit 5 250 militaires. Chacun des pays aura en charge son propre territoire, mais trois zones frontalières prioritaires ont été définies pour les opérations conjointes : un fuseau ouest, à la frontière Mauritanie-Mali ; un fuseau centre, aux frontières du Mali, du Niger et du Burkina et un fuseau est, à la frontière entre le Niger et le Tchad.

Sur chaque zone, les pays concernés devraient déployer un bataillon chacun, c’est-à-dire par exemple dans le fuseau centre, trois bataillons : un malien, un nigérien, un burkinabè. De même, le commandement de ces zones devrait être partagé, avec par exemple sur le fuseau est, un commandant tchadien et un adjoint nigérien. Reste à savoir si les financements suivront pour concrétiser ce dispositif, dont le coût est estimé à 350 millions d’euros. Seuls 50 millions ont été pour le moment promis par l’Union européenne.


RFI


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés