Facebook
L’UFL à la pointe de la bataille idéologique contre le terrorisme   
31/05/2016

J’ai participé les 30 et 31 mai 2016 à Dakar (Sénégal) au 4e Atelier de la Ligue des Oulémas, Prêcheurs et Imams des pays du Sahel (chouyoukhs) organisé par l’Unité de Fusion et de Liaison (UFL) créée en 2010 suite aux recommandations de sept ministres des Affaires Etrangères des pays du Sahel concernés par le Terrorisme et à la réunion des chefs de services de renseignements des Pays du champ (RIM, Algérie, Niger, Mali).


La Ligue des Oulémas, Prêcheurs et Imams des pays du Sahel a été créée en janvier 2013 à Alger où elle a déjà tenu trois (3) ateliers.
 Elle viserait à promouvoir les valeurs de coexistence pacifique, de dialogue, de réconciliation et de rejet de la violence et  refuse l’atteinte à la souveraineté des États.
Placé sous le thème : "Les valeurs de la convivialité et de la paix dans la lutte contre l’extrémisme violent dans les pays de l’espace Sahélo-saharien" le 4eme atelier a vu -en plus des représentants d’organismes spécialisés (CAERT, CISSA)- la participation de Chouyoukhs, ainsi que des journalistes venant d’Algérie, de Mauritanie, du Mali, du Nigeria, du Niger, du Burkina Faso, du Tchad et de trois autres pays observateurs : Cote d’Ivoire, Sénégal, Guinée Conakry.
On notait également la présence de représentants des confréries religieuses du Sénégal (mouride, qadirite et tidjane) et l’absence du représentant du secrétaire général des Nations Unies en Afrique de l’Ouest et de celui de la Misahel dont la participation était attendue.
Les travaux de l’atelier ont été ouverts à l’hôtel N’diambour par le ministre sénégalais de l’intérieur Mr Abdoulaye Daouda Diallo qui a souhaité que la rencontre arrive à une «large mobilisation des Musulmans contre le terrorisme par une contre radicalisation, en sortant des logiques post mortem pour entrer dans l’ère de l’anticipation et de la mise à contribution des populations averties et informées».
Il a espéré que l’atelier soit «le déclic salvateur à la compréhension définitive par les hommes de Dieu et de tous les Musulmans que le discours des "djihadistes" est totalement étranger au message universel de l’Islam et ne correspond à aucune de leurs aspirations profonde de Musulmans».
Plusieurs allocutions ont été prononcées notamment par Mr Dème représentant de la Ligue au Sénégal, Mr Youssouf Mechriya (Algérie) secrétaire général de la Ligue , Mr Boureima (Niger) président de la Ligue et de Mr Sidoukou Soumana représentant de l’UFL, de Mr Chekat (Algérie) membre du bureau exécutif de la Ligue,  ainsi que de religieux, venant de Cote d’Ivoire et du Mali.
D’une manière générale les interventions des Chouyoukhs ont mis l’accent sur la tolérance et le caractère pacifique de l’Islam. Ils ont tous dénoncé l’extrémisme et la violence des organisations terroristes et souligné la convivialité de leurs peuples.
L’atelier a été également marqué par deux exposés présentés par le délégué du CAERT sur le cyberdjihadime et par celui du CISSA sur la police sociétale.
 Il  a combiné en fait les visions des religieux à celles des sécuritaires en présence des journalistes.
Une approche intéressante face à un fléau qui utilise la religion, la violence et la communication.
La deuxième journée de l’atelier (31 mai) a été marquée par la distribution par les organisateurs d’un projet de communiqué final intitulé : «Déclaration de Dakar» .
 Cette déclaration à comporté les points suivants :
-L’importance de la préservation de la coexistence pacifique et des valeurs de tolérance et de leur ancrage.
-Le désaveu des discours de haine, d’extrémisme et de violence et des attentats perpétrés par Boko haram , Daech et Al Qaida.
 -La conjugaison des efforts pour combattre le terrorisme
 -La promotion des valeurs de paix et le blocage des lieux du culte et des moyens de communication devant ceux qui appellent à l’extrémisme.
-La tenue d’une rencontre régionale entre les adeptes des différentes religions révélées.
-L’assistance au peuple libyen et la condamnation de toute forme d’ingérence étrangère dans la région.
-Une mise en garde pour les jeunes contre l’embrigadement par les organisations terroristes.
-Une étude des fondements des idéologies déviationnistes et la production d’un contre discours et la mise en place d’espaces de vulgarisation sur internet et les réseaux sociaux.
IOMS

Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés