TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Atelier de formation des parajuristes pour l’accompagnement des demandeurs d’état civil   
28/03/2017

Dans le cadre de l’accompagnement des demandeurs d’état civil, l’Association du Barreau Américain, Rule Of Law Initiative (ABA ROLI), en partenariat avec l’Association des Femmes Chefs de Famille (AFCF),  organise du 27 au 29 mars 2017 à Nouakchott, ...



...  une session de formation au profit d’une vingtaine de parajuristes de l’Afcf.
Cette formation vise à «contribuer au renforcement  des parajuristes communautaires dans leur mission d’accompagnement des populations marginalisées dans le cadre du recensement national en lien avec l’état civil ». Mieux, il s’agit pour les organisateurs, de « renforcer les connaissances et  la compréhension des parajuristes communautaires de l’environnement socio-juridique de la problématique du processus de l’enrôlement afin d’être à mesure de fournir un accompagnement solide aux populations marginalisées demanderesses de documents d’état civil». 
Le Directeur d’ABA ROLI en Mauritanie, Mr Axel Etoundi, a souligné à l’ouverture de la session que «ce projet avec l’AFCF rentre dans sa deuxième phase du programme que nous avions commencé depuis l’année 2017 et qui concernait l’état civil et la lutte contre l’esclavage en Mauritanie ». Dans le cadre de cette présente formation, «il s’agit d’outiller les parajuristes afin qu’ils puissent comprendre les différents textes qui organisent l’état civil en Mauritanie» poursuit-il. Mais surtout qu’ils puissent «identifier les personnes qui sont dans le besoin de l’état civil. Et au-delà, il faut savoir les documenter pour savoir où se situe le problème afin qu’ils puissent les accompagner pour trouver le document d’état civil. Donc c’est à l’aune de l’obtention des documents d’état civil que nous saurons que notre projet a atteint ses objectifs» soutient-il. Car « notre objectif global et final, c’est l’obtention des documents d’état civil par les personnes vulnérables. En un mot, l’état civil pour tous » conclut-il.
Pour sa part, Mme Aminetou Mint El Moctar, a indiqué que ce projet a pour objectif « d’en finir avec les problèmes liés à l’état civil ». « Nous avons dès 2016, organisé et soutenu un réseau de leadership des femmes haratine. Cette fois-ci, nous abordons une autre activité liée à l’accompagnement des demandeurs d’état civil au niveau de cinq régions notamment Nouakchott, Brakna, Gorgol, Guidimagha et Trarza». Elle a souligné que les enfants victimes d’esclavage et les femmes en situation de vulnérabilité sont dans une situation catastrophique. « Aujourd’hui, nos efforts conjugués avec ceux de nos partenaires et de la société civile resteront vains si une prise de conscience avec des actions adéquates soutenues n’accompagnent pas  nos efforts pour permettre l’accès à l’éducation de ces enfants et à leurs parents » dit-elle. Selon Aminetou, ces problèmes trouvent leurs sources dans l’analphabétisme, l’ignorance, l’absence des services sociaux de base entre autres.
De son côté, Mr Hbib Ould Ely, conseiller de la présidente de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH), il a souligné que cet atelier rentre dans le cadre des préoccupations de la CNDH. « Je félicite les organisateurs pour cette initiative qui permet d’accompagner tous les demandeurs d’état civil ». Mieux, il a exhorté les organisations de la société civile de s’approcher de la CNDH afin d’échanger sur tout ce qui concerne les droits humains.
Durant trois jours, les participants doivent être outillés et être en mesure d’accompagner les demandeurs d’état civil dans les cinq régions citées.
I.Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés