TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Accès des femmes au foncier : Le FONADH organise un atelier de mise en place d’un système de coordination et de suivi évaluation   
18/01/2017

Le Forum des Organisations Nationales de la société civile pour la Défense des Droits Humains (FONADH) a organisé du 12 au 13 janvier dernier à son siège, un atelier de mise en place d’un système de coordination et de suivi évaluation, d’apprentissage pour le projet. ...



... Cet atelier rentre dans le cadre du projet « Renforcement du pouvoir citoyen pour la sécurisation foncière, l’accès et le contrôle de la terre par les femmes ». Plus d’une dizaine de participants venus des wilayas du Brakna et du Gorgol, zones d’intervention du projet et de Nouakchott, ont pris part à cet important atelier.

Depuis 1989, les collectivités traditionnelles sont expropriées de leurs terres par des hommes d’affaires en complicité avec l’administration territoriale et ce, malgré la contestation des populations. Il s’y ajoute, l’attribution des concessions rurales aux investisseurs étrangers sans l’implication des populations rurales propriétaires. Ce problème était devenu une lancinante question au niveau des wilayas du Brakna, du Gorgol, du Guidimakha et du Trarza. C’est dans ce cadre que «le  FONADH, depuis une dizaine d’années, a mis en place des comités intercommunaux et de suivi pour faire face à ce problème foncier qui constitue un enjeu important pour notre pays » a souligné Mamadou Sarr, président du FONADH. Le forum a organisé des activités de sensibilisation au profit des ex-réfugiés. Pour ce présent atelier destiné à l’accès des femmes aux terres arables, l’accent a été mis sur le renforcement du pouvoir citoyen afin de sécuriser les terres et aider les femmes à assurer un contrôle de ces dernières. L’objectif est donc de partager avec les participants les résultats de la ligne de base et la matrice au niveau des quatre communes notamment à Airé M’Bar et Niabina/Gaaralo au Brakna,  Néré Walo et Djéol  au Gorgol. Cet atelier va permettre, selon Sarr Mamadou, à l’évaluation de la gouvernance foncière en Mauritanie à travers le respect du droit à la terre des populations.

C’est dans ce sens que Mr Demba Diop, consultant facilitateur de l’atelier, a tenu à passer en revue, quelques faits saillants de la législation foncière, les raisons de la ligne de base, une synthèse des discussions, entretiens et informations avant de dérouler la matrice de la situation de référence du projet en question. L’objectif de cette matrice, est de « renforcer les connaissances  et les capacités des coopératives agricoles et pastorales et des exploitants familiaux pour contribuer à la sécurisation de leurs droits fonciers  et à la promotion de l’accès et du contrôle de la terre par les femmes ».

Aux termes de l’atelier, Mr Sarr Mamadou, a apprécié à sa juste valeur, la participation et la contribution de tous les participants aux débats qui ont enrichi l’atelier. « Même s’il y a des résultats positifs pour le projet, un plaidoyer est nécessaire pour compléter nos actions » a-t-il dit. Toutefois, «une pérennisation de nos actions est nécessaire» poursuit-il. Il a également encouragé l’accompagnement et le suivi du projet mais faudrait-il publier les textes régissant le foncier pour une meilleure connaissance des citoyens de ces questions. «La question foncière pourra être bien abordée frontalement pour permettre aux uns et aux autres de ne pas être exclus par rapport aux droits foncier et coutumier qui constituent la base de tout » dixit Mr Sarr. Toutefois, il a souhaité l’appui des autorités grâce à la volonté politique exprimée mais aussi l’implication de la société civile et les propriétaires fonciers. Et de ce fait, une synergie d’action serait nécessaire, selon lui, pour mieux faire un travail de plaidoyer avec le soutien des partenaires.  

Ibou Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés