Facebook
Les oubliés de la magnanimité   
03/04/2006


La constitution d’une association non autorisée, l’enlèvement (sans effusion de sang, il faut le dire) d’une voiture appartenant une ONG internationale constituent du menu fretin par rapport aux faits reprochés aux amnistiés de 2005.
L’enlèvement d’une voiture, est sans rapport par exemple, avec l’exécution d’un coup d’état sanglant ou d’éventuels crimes économiques commis contre tout un pays, toute une nation. Après les amnisties successives on a l’impression qu’il y a une injustice à l’endroit des salafistes dont le rêve n’était autre que d’aller combattre les troupes d’occupation en Irak, en Afganistan, en Palestine ou en Tchechenie . A un moment où nos voisins algériens viennent de décréter une amnistie qui a profité à des milliers de djihadistes et qui a vu la libération de Abdelhak Layaïda, l’un des neuf membres fondateurs du Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC), issu du GIA qui a déclenché une guerre civile en Algérie qui a fait des centaines de milliers de morts, ne convient-il pas de libérer nos jihadistes, eux, qui n’ont pas fait couler aucune goutte de sang. Nous ne devons pas leur reprocher d’avoir chercher à aller combattre et mourir pour leurs idéaux. Au contraire nous devons en être fiers. Car nous n’avons plus d’idéaux, à part l’amour de l’argent, des femmes et du pouvoir.
TOB


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés