Facebook
Démantèlement des cellules jihadistes en Mauritanie : Les derniers développements   
01/05/2008

Les informations toujours  rares, concernant les opérations menées depuis le 30 avril par les forces de sécurité mauritaniennes contre les cellules salafistes jihadistes se précisent. Ces cellules sont impliquées  dans l’attaque du fourgon de transport des fonds du Port de l’Amitié (en octobre 2007),  le meurtre des touristes français (en décembre 2007),  l’attaque contre la boite de nuit «VIP» attenante à l’ambassade d’Israël à Nouakchott (1er février 2008),  et  la fusillade du «Centre Emetteur» (7 avril).



Première précision : Sidi Ould Sidna, jihadiste évadé le 2 avril du palais de la justice, a été bien arrêté en début de soirée du 30 avril à Teyarett, dans un domicile, où il s’était rendu pour un rendez vous avec  Khadim Ould Semane.
Ould Sidna a été  arrêté quelques instants après son arrivée dans ce domicile. Mais, c’est sa collaboration  qui a permis la réussite de l’opération lancée à 5 H du matin la même soirée contre une maison sise à  Arafat, à quelques kilomètres du lieu de son arrestation, maison qui abritait Ould Semane.
Deuxième précision : Taghi Ould Youssouf activiste salafiste objet d’un avis de  recherche n’a pas été arrêté contrairement à ce qui a été annoncé dans un premier temps par une source officielle, citée par plusieurs agences de presse.
Ould Youssouf  a été vraisemblablement confondu avec  Hemed Ould Salem (notre photo).Ce dernier,  taximan de son état,  est un islamiste connu des services de sécurité qui l’ont déjà interpellé, en 2005. Sa relation très étroite avec Khadim Ould Semane remonte à cette époque.
C’est chez  Hemed Ould Salem à Arafatt, que  l’assaut a été donné permettant ainsi  d’arrêter  Ould Semane.
Par la suite, il y a eu l’arrestation de Momme Ould Mohamed  au quartier  Mellah, et  de Cheikh Bâ (un ex-gendarme) dans un autre quartier d’Arafatt. 
Les  perquisitions effectuées dans le cadre de ces interpellations ont permis de découvrir deux armes de type Kalachnikov, des grenades et même des ceintures explosives,  a-t-on appris de sources sécuritaires. Un fusil mitrailleur Mac 80 a également été découvert dans une cache à Toujounine.
Les cinq interpellés sont interrogés par une commission d’enquête mixte regroupant plusieurs services de sécurité. Ils ont été confrontés avec d’autres jihadistes déjà arrêtés, notamment, Maarouve Ould Habib, Yacoub Ould Louly, Amar Ould Mohamed Saleh et Ould Mohamed Cheikh.
D’autres interpellations ont  eu lieu la matinée du 1er mai 2008. Elles ont concerné -rapporte une source proche des enquêteurs- les dénommés Mohamed Ould Daddah Ould Semane, et deux autres personnes dont l’une, s’appelle Ould Brahim  Salem et la deuxième Ould Bahiya.
 «Plusieurs personnes soupçonnées d’avoir porté assistance et accordé refuge à
ces terroristes ont également été arrêtées", a déclaré le procureur de la République Mohamed Vall  Ould Tiyib au cours d’une conférence de presse tenue le 30 avril.  Le démantèlement des cellules salafistes jihadistes  a eu un grand coup d’accélérateur avec la re-arrestation en début de soirée du 30 avril de Sidi Ould Sidna. La prime de 5000 000 d’UM pourrait  avoir joué un rôle non négligeable dans son arrestation.
L’arrestation le  10 avril 2008, de Maarouve Ould Habib «Emir» du commando d’Aleg n’avait pas fait évoluer la traque vers la capture de ses amis. Bien que les perquisitions ayant suivies son interpellation avaient permis de découvrir des caches d’armes et que des arrestations l’avaient  suivies, aucune trace des deux principaux recherchés n’avait été trouvée. 
L’argent du Port,  c’est eux !
Dans un communiqué en date du 30 avril le ministère mauritanien de l’Intérieur a indiqué  que les personnes arrêtées sont responsables de tous les actes criminels qui ont été enregistrés dans le pays, que ce soit le braquage de fourgons de transport d’importants fonds publics convoyés par le Port de l’Amitié, la tuerie des touristes français et l’attaque de l’Ambassade d’Israël.
Cette série macabre -a indiqué le ministère de l’Intérieur- devait mener à la dernière attaque à l’arme automatique qui a donné lieu à la mort héroïque d’un inspecteur de Police et à la blessure de neuf autres éléments de la sécurité, en plus de ce martyr. Avec le coup de filet du 30 avril, tous les jihadistes impliqués dans le meurtre des touristes français ainsi que l’attaque de l’ambassade d’Israël sont maintenant, en détention.
Seuls trois jihadistes demeurent recherchés. Il s’agit de Abderrahmane Ould Mohamed El Houcein, Moctar Ould Sidi et Taghi Ould Youssouf. Ce dernier en compagnie d’un dénommé Tiyeb Ould Sidi se seraient déjà rendus au Sahara, dans les camps d’Al Qaida au Maghreb Islamique apprend-on de sources, assez bien informées.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés