Facebook
Légui nak ?   
25/12/2014

En décembre 2013 l’ancien Colonel Cheikh Ould Baya  toujours négociateur en chef des Accords de pêche avec l’Union Européenne (UE) signait un article triomphaliste sous le titre: «Légui nak?»  (expression wolof qui signifie : Et maintenant ?)  dans lequel il  criait victoire...



...après la ratification du protocole de pêche avec l’UE). Il  parlait de  prouesses réalisées dans un contexte qu’il a jugé défavorable aux plans interne et externe. (http://maurisahel.com/article1446.html)
Une année après, en ce décembre 2014, son fameux «Légui nak?»  reste  plus que d’actualité avec  l’échec des négociations sur le renouvellement de l’Accord  de pêche RIM-UE , la tempête soulevée par les gigantesques incitations de 48% des amendes ,  lesquelles,  expliquent la motivation et le zèle  de la surveillance des pêches ainsi que le désespoir et la rage manifestés par des centaines de gardiens d’une société de sécurité privée  dont la présidence du conseil d’administration est assurée par  ce Ould Baya,  là.
Alors, Légui nak,  on attend toujours des réponses à des questions essentielles. Comment en effet, justifier les 48% des amendes de pêche versées à la surveillance des pêches seulement du temps où elle était dirigée par Ould Baya ? Pourquoi avoir créé donc  des incitations à la tête du client ? Va-t-on continuer à chercher  et trouver des boucs-émissaires ? A culpabiliser des acteurs et  présenter  nos partenaires Européens en escrocs, eux, qui nous donnent plus que ce qu’ils ne reçoivent de nous ?  Va-t-on poursuivre la  stigmatisation  et la pénalisation des Mauritaniens qui ne partagent pas la stratégie de gestion et  de négociation du dossier ? Comment renouer avec les Européens car nous ne sommes pas le seul pays au monde ayant un stock de poisson ? Comment  ne pas entrainer le pouvoir dans un conflit avec l’Europe duquel il peut bien se passer et dans lequel il laissera des plumes ? Qu’a-t-on finalement fait avec les pauvres bougres de gardiens qui ont marché 750km de Zouerate à Nouakchott ?
Alors,  Legui nak ?
MAOB


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés