Premier << 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 >> Dernier
11/02/2007 La fin du Ribat: Le déclin des Mourabitounes (1ere partie), Par Hamahou Allah 0uld Salem Professeur à l’Université de Nouakchott

Le concept du Ribat soulève une difficulté d’interprétation. Il est généralement admis que cette notion dont dérive l’appellation des Mourabitounes (Almoravides) en référence à une fortification qui aurait été édifiée au bord de la mer ou prés des confins du Sahara et à l’intérieur de laquelle ces moines du désert exerçaient des activités cultuelles et mystiques. Mais l’unique fondement d’une telle interprétation résulte du fait que la même expression a été employée par Ibnou Zar’e (m.1325) dans son récit relatif à la retraite que Ibnou Yacine effectua en compagnie d’un groupe d’adeptes prés du fleuve ou de l’océan.



01/02/2007 Réactions à la série Histoire «l’Origine des Maures »: Pour l’ouverture de l’histoire nationale

Nous savons qu’il est impossible d’écrire l’histoire sans prendre position par rapport aux problèmes politiques, sociaux et culturels, en raison de l’inévitable sélection subjective des faits qui doivent servir à la reconstruction du passé. Vers la fin des années quatre-vingt, les détenteurs du pouvoir politique à l’époque ont généreusement usé du «droit» à l’impossibilité de l’objectivité en ce domaine.  Ainsi, l’idéologie officielle de l’Etat a imposé une lecture partisane de notre passé national.  Selon cette vision, l’actuelle société mauritanienne, majoritairement arabe, descend des tribus arabes, venues essentiellement du Yemen et du mouvement  almoravide au XIème siècle et qu’elle préfigure l’Etat national contemporain ;



25/01/2007 Série Histoire: Le pouvoir des hommes voilés (dernière partie), les Sanhadja, de la tribu à l’Etat(VII eme au XIeme siècles)

La prédication almoravide était, avant tout  celle d’un enseignement élémentaire des préceptes de l’islam destiné à des populations éloignées des centres de rayonnement culturel de la civilisation islamique de l’époque. Or cet éloignement a contribué à la stagnation du figh auquel manquait le bouillonnement  d’idées qui a permis le développement rapide des autres sciences religieuses  et, particulièrement,  celui de la parole dialectique



23/01/2007 In Mémorium : Maria, l’attachée culturelle de l’Ambassade d’Espagne nous a quitté

Moins de six mois après le début de sa mission en Mauritanie, l’attachante diplomate chargée des affaires culturelles de l’Ambassade d’Espagne, Maria Marqués (photo, au centre),  a trouvé la mort dans un tragique accident survenu ce weekend  sur la route de  chinguitti . Affable, intelligente et sympathique, la disparue a marqué de son empreinte  la relance de la coopération culturelle entre l’Espagne et la Mauritanie. Son activisme débordant ainsi que son engouement pour le dialogue des cultures s’est manifesté à travers les remarquables manifestations culturelles qui ont été organisées au cours de son bref séjour dans notre pays.



18/01/2007 Relations Mauritano Canariennes: Des chercheurs apportent des éclairages

En marge de la visite que le président de gouvernement autonome des Canaries a effectuée en Mauritanie, la direction de la Bibliothèque et des Musées a organisé la matinée du 17 janvier une conférence-débat sur le thème des relations entre la Mauritanie et l’Archipel des îles Canaries. Cette activité culturelle s’est déroulée en dans la salle de lecture de la bibliothèque nationale au Ministère de la culture, en présence du directeur M Mamadou Hadya Kane et des conseillers de l’ambassade d’Espagne en Mauritanie.



17/01/2007 Serie Histoire: Le pouvoir des hommes voilés(IVeme partie), Les Sanhadja de la tribu à l’Etat (VIIeme au XIeme siècle)

En dépit des obstacles qui se sont dressés devant l’entreprise  engagée sous l’égide de Abdullah ibnou Yacine,  la prédication «réformiste» s’est, très tôt, transformée en mouvement  de lutte armée (Djihad). Cette orientation belliqueuse  a visé, d’abord, l’anéantissement du pouvoir Zenâta qui régnait au Nord du Sahara ainsi que l’éradication complète des «poches d’innovation blâmable» constituées par les différentes sectes et autres prédications hérétiques.



02/01/2007 Prix Chuinguitti : Un discours atypique

Le Docteur  Hamahou Allah Ould Salem professeur d’histoire à l’Université de Nouakchott, lauréat du  Prix Chinguiti  2006, a  lors de son discours lors de la toute récente cérémonie de remise du prix chinguitti mis le pied dans le plat. Son  discours a été  un réquisitoire violent contre l’immobilisme, l’hypocrisie, la duplicité, l’égoïsme, le mensonge, le charlatanisme intellectuel, la violation flagrante du droit d’auteur etc..



02/01/2007 Programme Fulbright: Trois étudiants Mauritaniens sélectionnés pour étudier aux Etats-Unis

L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Mauritanie vient de sélectionner  trois étudiants mauritaniens qui vont  compléter leurs études du second cycle aux Etats-Unis dans le cadre d’un programme spécial Fulbright. Ce programme  du Second Cycle, est conçu pour développer les capacités professionnelles de ceux qui veulent devenir des Professeurs du primaire ou du secondaire tout en leur faisant découvrir la culture et l’éducation américaines.



02/01/2007 Le pouvoir des hommes voilés (III eme partie) : Les Sanhadja de la tribu à l’Etat (VII eme au XI eme siècles)

Le conquête de Oqba a, sans doute, secoué l’équilibre de l’ordre Sanhadja . Le territoire des hommes voilés, lesquels ont découvert la nouvelle religion à la suite de cette conquête, fut, ainsi, rattaché à la maison de l’islam (Dar al Islam) et mêlé, d’une façon ou d’une autre, aux convulsions  politiques consécutives au progrès de  l’islamisation  dans l’ Afrique du Nord.  Mais de nombreuses entités politiques fondées, ultérieurement à cette islamisation, par les Sanhadja ont évolué loin de l’influence de  l’islam conquérant.



26/12/2006 Le pouvoir des hommes voilés(IIème Partie): Les Sanhadja, de la tribu à l’Etat (du VIIème au XIème siècles)

La mythique traversée du Sahara des Sanhadja du voile (Sanhajatou Al lithami) que  les poètes de l’actuelle Mauritanie ont inscrit dans la gloire, déjà immense, du Grand conquérant Oqba semble, à en croire les anciennes sources arabes, se limiter à l’extrême nord du territoire concerné.
Ainsi, Ibnou Abdel Hakam estime que Oqba a envahi le Sousse en précisant que «les gens du Sousse sont des berbères qu’on appelle Anbita et que Oqba a sillonné leur territoire sans rencontrer la moindre résistance».




TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservés