TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ
En kiosque
TAHALIL343
Archives kiosque





Premier << 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 >> Dernier
11/07/2006 Résidence Keur Khadim Rassoul : Une maison pas comme les autres

Vendredi 07 juillet, 16h45, à quelques encablures des jardins du 5ème arrondissement de Nouakchott, un muezzin convie les fidèles à la prière d’AL ASR. Sa voix de stentor ne provient nullement comme à l’accoutumée d’une quelconque mosquée banlieusarde mais bien au contraire d’une maison.

La Résidence Cheikh Ahmedou Bamba, du nom  du fondateur de la confrérie des mourides du Sénégal. Faite de chaux et de sable, la maison aux murs bleutés s’ouvre sur une rue quelque peu asphaltée, le plus souvent empruntée par les "moula lahmar"- charretiers.



07/06/2006 Culture :" Nguéntel" : célébration d’une nouvelle vie


Dans toutes les sociétés humaines, la naissance d’un enfant s’accompagne d’une fête, ou d’un baptême. Dans la tradition pulaar, l’octroi du prénom ("nguéntel") intervient 7 jours après la naissance du bébé…
Jeudi 1er juin 2006. Tout un village se réunit pour le baptême d’un nouveau-né de 7 jours qui se verra attribuer un prénom au tout début de l’événement. Le soleil badigeonne en or, toutes les concessions environnantes. Le prénom sera choisi devant l’imam de la mosquée du village.



29/05/2006 Splendeurs et décadences des griots

Autrefois respectés, parfois même craints, les griots sont aujourd’hui réduits pour certains, à des parias de la société. Leur statut utilitaire d’antan a laissé la place à des bouffons modernes. Ils traquent les cérémonies où ils se font un peu d’argent. Cette frange de la société est parfois très mal jugée. Pourtant des griots imbus des vraies valeurs de l’art demeurent encore.
Ils ont jalonné le cours de l’histoire, et sont présents dans toutes les communautés du pays.



23/05/2006 Semaine de la bande dessinée : Mystères, bulles, et gommes!

Du 16 au 19 mai, le Centre Culturel Français a accueilli et honoré la bande dessinée africaine et mauritanienne. L’occasion de découvrir (ou de redécouvrir!) les artistes mauritaniens sous-exposés, mais aussi des scénaristes et dessinateurs français invités pour l’occasion.


22/05/2006 Semaine de la bande dessinée : Mystères, bulles, et gommes!

Du 16 au 19 mai, le Centre Culturel Français a accueilli et honoré la bande dessinée africaine et mauritanienne. L’occasion de découvrir (ou de redécouvrir!) les artistes mauritaniens sous-exposés, mais aussi des scénaristes et dessinateurs français invités pour l’occasion.



08/05/2006 Un musée à Toueizigt



08/05/2006 Mohamed Mahmoud Ould Taleb, Consultant en développement culturel : Notre société méprise les artistes!

Mohamed Mahmoud Ould Taleb, consultant en développement culturel, est titulaire d’un DESS en stratégies de développement culturel de l’Université d’Avignon et des pays du Vaucluse (France). Son engagement en faveur d’une culture mauritanienne libérée des entraves des castes, plus soutenue par les pouvoirs publics, fait de lui l’une des rares personnalités à avoir véritablement une vision d’ensemble des problèmes empêchant l’émergence d’une culture mauritanienne rayonnante et reconnue.



06/05/2006 Un musée à Toueizigt

El Khalil Ould N’tahah, commerçant reconverti dans les oeuvres d’art se consacre depuis quelques années à réaliser un musée néolithique et historique à Toueizigt, aidé en cela par les ressortissants de la localité, commerçants, intellectuels entre autres. La coopération française et l’IMRS se proposent d’aider le conservateur du musée à inventorier et à classifier les pièces disponibles et à former du personnel.



02/05/2006 Peinture et sculpture : Attention, talents à côté!



24/04/2006 Présentation du Roman "Et le ciel oublié de pleuvoir " de Mbareck Ould Beyrouk

Il y’a vingt ans, un groupe des jeunes intellectuels comprenant, entre autres, le regretté Habib Ould Mahfoudh , Mohammed Vall Ould Oumére, Lo Gourmô Abdul, Idoumou Ould Mohamed Lemine ont fondé sous l’impulsion de Mbarek Ould Beyrouk dit "Cheikhou" un journal "indépendant" dont l’intention affichée traduisait la profonde aspiration de toute une génération.




TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés