TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ
En kiosque
TAHALIL343
Archives kiosque





Premier << 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 >> Dernier
24/12/2007 «Lire en fête» au CCF: Une table ronde pour nos écrivains

Une table ronde a été organisée le mercredi 12 décembre 2007 au Centre Culturel Français (CCF) sous le thème : « L’apport du désert dans la littérature » animé et présenté par notre confrère Bios Diallo en présence d’un public composé pour l’essentiel de journalistes et autres intellectuels. ‘Lire en fête’ est un créneau qui permet aux visiteurs du CCF de découvrir les auteurs dans le domaine culturel.
D’éminents écrivains journalistes étaient les invités de marque ce jour.



08/12/2007 Mauritanie-Espagne : Des journées d’échanges au profit des artistes peintres

Un atelier hispano-mauritanien d’échanges d’expériences dans le domaine de la culture a été organisé du 03 au 07 Décembre dernier à Nouakchott dans la maison des artistes peintres mauritaniens. Sur initiative de la coopération espagnole relevant de l’Ambassade d’Espagne à Nouakchott, trois femmes artistes peintres espagnoles, notamment Mme Loula Del Castelo, Melles Noémi et Moneiba, ont effectué le déplacement pour venir échanger, avec leurs homologues mauritaniennes leur savoir faire dans les domaines aussi variés de la peinture, de la gravure etc.



04/11/2007 Interview de Thiedel M’Baye : «L’artiste ne peut participer au développement qu’à travers son œuvre »

Thiediel M’Baye, diva de la musique mauritanienne est une artiste du pur cru. Première artiste-femme à monter un orchestre dans l’univers musical pulaar, elle a fini de s’imposer comme une référence nationale, musicalement parlant. Très tôt, abreuvée aux sources de la musique traditionnelle, la chanteuse a été à bonne école et capitalise aujourd’hui sur scène le répertoire immensément riche. Fille des grandes familles griottes de Boghé, elle a très tôt contracté le virus du chant auprès d’une tante et a décidé d’y consacrer sa vie malgré le désaccord d’un père qui voulait la voir poursuivre ses études. Dans cet entretien, la cantatrice revient sur sa carrière, son répertoire, son style, ses acquis et ses attentes.



22/10/2007 L’âme mauritanienne, ses déterminants et ses paradoxes, Par Sidi-Mohamed Ould Abdelwahab, Indiana USA

A travers quel prisme entrevoir une essence insaisissable dans son intégralité?
L’approche adoptée ici s’inspire du questionnement de l’identité culturelle propre à définir une spécificité nationale dont l’éclosion dans la réalité géo-politique consacre l’existence d’une entité distincte par son passé, par ses contours et par les circonstances de son engendrement. Dans ce sens, traiter de l’identité mauritanienne équivaudrait à interroger l’histoire, la géographie et les différentes sciences sociales à fin d’en dégager les paramètres fondateurs, les jonctions essentielles et les incontournables constances.



11/10/2007 Mohamed Ould Taleb le Prince des Poètes, porte assistance aux sinistrés de Tintane

L’Hôtel Atlantic Ezza a abrité le 11 juillet une cérémonie de remise d’un don offert par le Prince des Poètes Mohamed Ould Taleb au profit de 300 familles sinistrées lors des inondations d’août 2007. Le don composé de lots de vêtements pour la fête du Id El Fitr a été réceptionné des mains des Prince des Poètes par Madame Fatma Mint Sidi Mohamed présidente de l’Ong ESPOIR en présence du représentant de l’UNICEF en Mauritanie.



11/10/2007 TVM plus : Une nouvelle chaîne de Télévision en Mauritanie

Une nouvelle chaîne de télévision publique, TVM plus, a été lancée vendredi 11 octobre en Mauritanie. Ses programmes accorderont davantage de temps d’antenne aux langues nationales de Mauritanie. Les émissions de la première journée de diffusion ont été axées tournée sur les préoccupations populaires avec des plages horaires privilégiant les langues nationales Pulaar, Soninké et Wolof



11/10/2007 Sous l’effet Nebghouha : Est-ce la fin des écoles privées ?

La rentrée scolaire s’est effectuée le lundi 1er octobre. C’est incontestablement une année scolaire inédite qui se dessine. En effet, dans un ministère où la compétitivité semble être désormais le maître mot, les cadres se mettent au pas. Madame la ministre a donné un coup de pied dans la fourmilière et les choses bougent. Toutefois, cet élan rénovateur ne fait pas que des heureux, car jetant un voile de pessimisme sur les établissements privés dont le fonctionnement connaît des restrictions inquiétantes. Assiste-t-on à la renaissance de l’école publique mauritanienne ?



27/08/2007  La communauté Hamalliste de Kaédi

Dans le calendrier des événements annuels enregistrés dans la ville de Kaédi, il y en a un, propre à la communauté soninké appelé : «Haqqe siginde», traduisez littéralement : célébration du mérite. En fait, il s’agit de la commémoration du rappel à Dieu du chef spirituel de la confrérie des yacoubistes, Yacouba Sylla, une branche de la grande confrérie religieuse qu’est le Hamallisme.



17/07/2007 Les constitutions religieuses et sociales dans les villes caravanières (II eme partie)

La question des redevances de Tichitt était un aspect de la crise du consensus Tichittois après que les Masna eurent renoncé à une tradition respectée par leurs ancêtres et selon laquelle on ne devait pas faire appel aux guerriers nomades pour intervenir dans les problèmes internes de la ville. Il ne s’agirait pas d’une rupture profonde au sein de la communauté de Tichitt comme nous l’avons signalé . La diversité des composantes humaines de la ville arabe et Islamique ne l’a pas empêché de conserver ses caractéristiques et son rayonnement.



03/07/2007 La Société Maure Traditionnelle (de 1591à 1898): Les constitutions religieuses et sociales dans les villes caravanières

L’espace mauritanien post-almoravide a connu, entre 1591 et 1898, des évolutions sociales ayant pour cadre les villes Saharo-sahéliennes et leurs pays immédiat. Ce fut l’une des plus fortes manifestations du rôle social de l’Islam et de la culture arabe dans l’Ouest saharien, en Mauritanie et au Sahel.
Pour justifier sa domination, la sociologie coloniale avec ses différents apports, n’a cessé de bâtir des théories sur cette société comme étant une société ‘‘anarchique’’, sans Etat, sans commandement.




TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés