Premier << 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 >> Dernier
22/05/2006 Déficit public et taux de change : les causes des glissements sont-elles seulement structurelles?

Tahalil Hebdo publie, ici, un autre extrait de ‘les nouveaux défis de l’Ouguiya’ à propos d’une épineuse question dont l’évocation est maintenant de mise car le taux de change, notamment par rapport à l’euro commence à flirter avec des niveaux (355 UM le 20/05/06) qui ne vont pas sans nous rappeler une époque que l’on croyait révolue.
Nous précisons que le titre est de la rédaction du journal.
Le texte qui suit a été rédigé en 2002, mais il<présente l’avantage de présenter les différents aspects liés à la question posée ci-dessus.



16/05/2006 Mémoire nationale : La tombe inconnue

En février 1936, un détachement colonial de la Compagnie Automobile d’Atar a découvert, prés de Lemgheiti, un monument qui comportait, outre une chambre funéraire, plusieurs compartiments supposés «avoir pu représenter des lieux de prière et d’offrande». Le tout forme une sépulture antéislamique susceptible de nous renseigner sur ces civilisations bien mortelles qui n’ont laissé dans l’immense espace désertique de l’actuelle Mauritanie que d’insignifiantes traces.



16/05/2006 EVALUATION A MI-PARCOURS DE L’ACTION DU CMJD : Quand le président du CMJD insulte le Peuple

Monsieur le Président, notre célèbre adage indigène nous enseigne : «écoute la parole de celui qui te fait pleurer et non la parole de celui qui te fait rire ».
M’inspirant de ce sage adage populaire, je vais tenter de dresser une évaluation à mi-parcours de l’action du CMJD neuf mois après le déclenchement du mouvement rectificatif du 03 Août 2006.
Les termes de mes propos pourront s’avérer parfois acerbes, amers mais sincères et n’ont pour seuls mobiles que vous éclairer sur certains sujets de l’heure et vous communiquer le pouls de l’atmosphère ambiante délétère que nous vivons.



08/05/2006 Sur les traces du «dernier des nomades»

Il est un tout petit village, enfoui dans les sables, qui viennent s’échouer dans la chamama, dont l’appellation raconte par delà l’histoire, l’éprouvante condition humaine des gens du désert. Que l’un des ressortissants de ce bled coincé entre les dunes mouvantes revendique le statut du dernier des nomades procède, de prime abord, d’une banale légitimité. Qu’un livre soit consacré à sa vie ainsi qu’à celle des siens renvoie, a priori aux autobiographies bien classiques auxquelles seuls les passionnés, de plus en plus rares, de la littérature pourraient s’intéresser.



18/04/2006 La raison du plus faux

A en croire une sagesse populaire, assez subtile dans son expression, "la vérité ne se dit pas tandis que le mensonge est prohibé".
Aux termes d’une aussi sombre prescription, se dessine une morale dans laquelle, la ruse finit, toujours, par l’emporter.
C’est dans le but d’illustrer un tel état d’esprit, jugé conforme à la loi du désert, que Marion Sénones, la fameuse compagne d’Odette du Puigaudeau, avait, lors d’un séjour effectué en 1936, collectionné des fables maures mettant en exergue des personnages animaux, lesquels, à l’instar de Mhamed, le chacal "rusé et beau parleur, sait se tirer à son avantage des pires situations"



10/04/2006 La problématique du quota des femmes en Mauritanie

 

L’égalité virtuelle des genres est prévue en Mauritanie par les lois internes et les traités internationaux dûment ratifiés, mais la réalité met au contraire, en évidence, une marginalisation quasi-totale des femmes en raison de facteurs socio-culturels et économiques insurmontables, à court et moyen terme. Les femmes occupaient ainsi moins de 3% des sièges dans le parlement, le sénat et les conseils municipaux et dans les hautes fonctions de l’Etat. Et il est à craindre, dans des prochaines élections réellement transparentes que leur accès aux fonctions électives soit encore plus faible, voire nul.



03/04/2006 Paysage politique national : Le champ de la confusion

S’il est un thème qui, plus que tout autre, attire , aussi bien par sa brûlante actualité que par son intérêt pour l’avenir du pays, les regards des analystes et autres commentateurs, volontaires ou sollicités, c’est bien celui de la déroutante recomposition du paysage politique mauritanien.
C’est, sans doute, de cet intérêt que découle le constat relatif à la réalité et à "la manière" d’une telle recomposition. De ce constat qui fait l’objet d’une analyse parue dans la troisième édition en date du 23 février 2006 du journal "Tahalil" signée par le directeur de la publication Isselmou Ould Moustapha., se dégage, entre autres, la conclusion tenant à l’inadaptation, dans le contexte mauritanien de la grille de lecture "hexagonale" à laquelle certains chroniqueurs ont tendance à succomber.



13/03/2006 Affaire Zeidane : Un mensonge d’Etat

Ahmed Ould Mohamed Lemine qui s’est présenté comme ingénieur pétrochimiste mais que des observateurs présentent comme étant Yahya Ould Amar Ould Baitatt donne le réplique au communique du ministère du Pétrole

Personne n’a un titre foncier sur la citoyenneté. Nous sommes des mauritaniens et nous devons défendre les intérêts de notre pays en tant qu’Etat responsable et juste.



13/03/2006 Ma lecture des Avenants

De sa cellule à la prison civile de Nouakchott, Zeidane Ould Hmeida s’invite au débat sur les avenants contestés et livre sa propre lecture des avenants.

L’Opinion Nationale et Internationale a entendu que les quatre Avenants, n° 2 de la zone A (A2), n°1 de la zone B (B1), C 1 et C 6 de la zone C qui ont été signés par moi - même, ont sacrifié les impôts, les garanties, les assurances, autant que les questions environnementales et la procédure d’approbation des dits Avenants.
Cependant, il ressort des clauses des Avenants, relatives aux questions sus visées que cette révélation profane ne résiste tout naturellement pas à l’analyse comme cela ressort des explications et commentaires suivants.



06/03/2006 La Mauritanie depuis l’indépendance : Conflit avec le Sénégal

Les autorités mauritaniennes peinent à obtenir du président Abdou Diouf l’extradition, ou à défaut l’expulsion vers un autre pays, des dirigeants des Flam qui ont trouvé refuge à Dakar. En revanche, elles constatent que les " Noirs en Mauritanie " sont devenus pour Abdoulaye Wade, alors candidat de l’opposition à l’élection présidentielle, un élément de propagande contre Abdou Diouf, accusé de mollesse à l’égard de Nouakchott.




TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés