Premier << 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 >> Dernier
29/07/2007 Les 100 jours du nouveau pouvoir : L’imparable méthode du Président Sidi, par Ezzedine A.

Le nouveau pouvoir a cent jours en cette fin de juillet 2007 et cet anniversaire n’est pas passé inaperçu pour la presse nationale et même étrangère, à l’image de Jeune Afrique qui, sous la plume de son envoyée spéciale Marianne Meunier, lui a consacré la une de sa 2428ème édition. 100 jours c’est peu dans la vie d’une nation, mais ça représente près du vingtième du mandat octroyé par les mauritaniens au premier Président démocratiquement élu sans conteste. Cela justifie donc un bilan sans complaisance, mais aussi sans velléité de critique tous azimuts.



23/07/2007 Présentation de l’Epître al-ghallaouiya de Cheikh Sidi Muhammad Al-Khlifa Al Kunti (1242 h /1826) : Par Hamahou Allah Ould Salem, professeur d’Histoire

«Errissala al-aghallaouiya»: l’Epître al-ghallaouiya (en français) s’inscrit dans la littérature épistolaire qui est devenue un genre autonome depuis le 11e s H (17e s) dans le Maghreb extrême avant d’atteindre son apogée en Mauritanie, avec les érudits et les cheikh de la confrérie mukhtariya, à partir du 12e H. Depuis lors, ce genre littéraire a délimité son domaine, ses règles et son contexte. L’Epître était devenue un moyen de communication, de dialogue, de négociations, de plaidoirie entre les groupes en conflit. Elle était devenue également un outil pédagogique aux mains des oulémas pour diffuser leurs orientations, échanger leurs opinions au sujet des grandes questions juridiques et religieuses (al-nawazil)



13/07/2007 DÉBAT: Ces FLAM qui dérangent les forces du mal, Par Kaaw Touré, Porte-parole des FLAM,

Les partisans du système raciste et exclusiviste ont de la suite dans les idées. Le colonel- président déchu est en passe de gagner ses galons de noblesse dans le monde de la politique politicienne, inexpugnable forteresse où le mensonge gaillardement campé prend la forme et les couleurs de la vérité. Il est parvenu encore à se créer d´autres émules, d´autres François Soudan, d´autres mnd´istes maîtres dans l´art d´éteindre la torche de la démocratie et de maintenir l´ombre là où justement une lumière crue devrait permettre une transparence.



18/06/2007 Note sur l’expérience démocratique en Mauritanie : Les défis stratégiques de la nouvelle démocratie ; par Mohamed Yehdhih Ould Breideleil

La Démocratie n’est pas la fin de l’histoire. C’est peut être même d’une certaine façon son point de départ, en ce sens que tous les espoirs sont permis, tous les sentiments confinés ou tus s’extériorisent au grand jour, toutes les revendications s’expriment ouvertement, tous les blocages et interdictions sont levés.
Les obstacles, les difficultés, les défis et même les dangers ne cessent pas du fait de l’instauration d’une démocratie ou de la proclamation des résultats d’élections libres et transparentes.



18/06/2007 Une démocratie sur mesure : Un exemple à suivre ! Par, Ahmedou Ould Sidy, Docteur és Lettres, Ancien ministre

La scène politique en Mauritanie a connu tout dernièrement un mouvement de flux et de reflux sans précédent dans l’histoire du pays voire dans la sous région tout entière. Une situation qui a suscité les espoirs nourrissant les aspirations à une ère nouvelle de révision et de restructuration véritable. Cette fois-ci réalisée grâce au scrutin libre accompagné par un intérêt inégalé exprimé par 19 candidats à l’unique siége du président de la République.Une compétition avec pour la première fois des concurrents ayant les mêmes chances.



20/04/2007 Débats: Intellectuels «réalistes» et conservateurs traditionnels, même combat !

Bien qu’ils se disent et se considèrent comme profondément «modernistes», hostiles à toutes les formes d’exploitation, d’inégalité et d’injustice, les intellectuels mauritaniens, autoproclamés «réalistes» ne diffèrent guère -la sincérité en moins- en fait de ceux que nous appelons avec mépris conservateurs traditionnels.



01/02/2007 Soliloque sur le vote blanc : Par Abdel Kader Ould Mohamed,Juriste ancien Secrétaire d’Etat

Pour éviter l’émission des jugements  fondés sur des données abstraites et afin  de contourner le traitement des cas fictifs, l’Imam Malik Ibnou  Anas (m.179H/  795 ap JC) déconseillait  à ses étudiants la spéculation juridique et leur  demandait, inlassablement, «si le problème qu’ils lui soumettaient s’était réellement posé», et quand on lui répondait qu’il s’agissait, tout simplement, d’une hypothèse ou  même d’une probabilité, il se contentait de dire : «Attendez que le cas se pose».



08/12/2006 LETTRE OUVERTE: Notes sur les irrégularités constatées dans l’ordonnance N°016/2006

L’ordonnance portant modification de certaines dispositions de la loi organique n° 94-012 fixant le Statut de la Magistrature, initiée par Maître Mahfoudh Ould Bettah, Ministre de la Justice, a été récemment adoptée par le pouvoir de la transition. La nouvelle loi a suscité une vive opposition dans le milieu judiciaire et entraîné la démission protestataire de cinq (5) magistrats est présenté par le Ministre de la Justice comme étant une "réforme profonde de la profession qui va dans le sens du renforcement de la magistrature par des compétences nouvelles et la consolidations de l’autonomie des juges".



24/11/2006 Où va la Mauritanie ? Par Abba O.A TOLBA, ancien haut fonctionnaire de l’Etat

La tenue –plutôt réussie- des élections générales le dimanche dernier pose plusieurs questions dont les réponses doivent nécessairement être données –peut-être pas tout de suite !- par les acteurs politiques du pays si l’on veut ouvrir une nouvelle page dans l’Histoire politique de la Mauritanie.



02/11/2006 Interview de M.Bâ Mamadou Alassane Président du PLEJ: «Notre débat, à nous, n’a pas encore commencé »

Bâ Mamadou Alassane, dit «Bâ dialogue », est l’un des premiers cadres du pays. Il a occupé plusieurs postes de responsabilités, mais il a surtout marqué la scène politique nationale, lorsqu’il occupa le portefeuille de ministre de l’Education Nationale. Sa disponibilité au dialogue - il est professeur de philosophie de formation - lui a valu son surnom.




TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés