Premier << 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 >> Dernier
17/11/2007 Collectif des Maires du Hodh Charghi :Declaration

Suite aux manifestations qui se sont déroulées récemment dans nos moughataa et dans notre Wilaya. Nous, Maires des 30 communes du Hodh Charghi, élus démocratiquement et forts de notre légitimité démocratique et populaire, tenons à apporter à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale ce qui suit :



13/11/2007 A l’opinion publique Mauritanienne

J’ai décidé de rendre publique la lettre que j’avais adressée à son Excellence le Président de la République le 16 septembre dernier à l’occasion de l’avènement du mois béni du Ramadan, lettre dans laquelle je lui avais exprimé mon souhait de le voir procéder à une réelle ouverture politique face aux multiples dangers qui guettent notre pays.



08/10/2007 Interview avec Mohamed Abderrahmane Ould Zoueïne: «Nul ne viendra construire pour les Mauritaniens, leur propre pays»

D’importants changements ont eu lieu en Mauritanie depuis le 19 avril dernier même si de grandes questions restent posées notamment sur le rôle de l’institution militaire, la nature des rapports entre le pouvoir et l’opposition, la forme que prendra le nouveau parti présidentialiste, les défis auxquels fait face le Gouvernement et surtout sur les problèmes de la presse mauritanienne.Pour lever un coin du voile sur toutes ces questions nous avons cherché à obtenir les réponses d’un journaliste fin observateur de la scène nationale.



29/08/2007 Un document historique inédit : Amadou Gaye écrivait ainsi, à Moctar Ould Daddah, le 29 avril 1966

A Monsieur Moctar Ould Daddah, Président de la République Islamique de Mauritanie, Monsieur le Président,
N’ayant pu ni obtenir l’asile politique momentané en Mauritanie, ni être autorisé à poursuivre mon chemin vers l’autres pays, j’ai été ramené à Dakar. Comme il fallait s’y attendre, après ce retour, j’ai été envoyé dans un camp pénal et mis en cellule. Et en plus de mes deux ans, j’ai sur le dos un délit d’évasion pour lequel le code sénégalais prévoit une peine minimum de six mois. Mais ce n’est pas pour cela que je vous écris. Car, d’une part, en décidant de m’évader, j’avais accepté d’avance toutes les conséquences bonnes ou néfastes



16/08/2007 Quelle politique étrangère pour la Mauritanie ? Par, Mohamed Saleck Ould Brahim, chercheur, Centre Mauritanien de Recherches sur le Développement et le Futur,

"Si le Sahara, si le Sahel et le Fleuve, si le Chargue et la Guebla représentent des entités vivantes avec des vocations particulières, nous placerons au-dessus d’elles une entité qui les résume toutes: la Mauritanie. Nous sommes une nation qui naît. Nous en avons conscience". Moktar Ould Daddah, Homme d’Etat, premier Président de la Mauritanie.
"Il est dans la nature de l’homme politique qu’il soit plus sensible et attentif que tout autre au rythme de la vie nationale et aux préoccupations du peuple. Mais il est aussi animé d’une ardente et constante compétition pour le pouvoir. Ayant fait prévaloir ses choix et sa personne au sein de son groupe, le stratège cherche tout naturellement à le faire à l’extérieur". Alain PLANTEY, Académicien français.



13/08/2007 Interview avec Hamahou Allah Ould Salem (II eme partie): «Depuis l’arrivée du nouveau régime, la Mauritanie va d’un problème à un autre.»

Dans notre édition n° 59 du 6 août 2007, nous avons publié -si vous vous souvenez bien- la première partie de l’interview accordée à notre journal, par le Docteur Hamahou Allah Ould Salem, professeur d’Histoire à l’Université de Nouakchott, auteur de nouvelles théories historiques et président du «Forum démocratique». Le Professeur Hamahou Allah y était revenu sur l’effervescence qui marque la scène nationale depuis le discours présidentiel du 29 juin. 



13/08/2007 Hommage à Feu Moktar Ould Daddah, père de la Nation Mauritanienne : (Faisons ensemble la patrie mauritanienne, 1er discours le 20 mai 1957)

Après la sortie de notre pays du long tunnel du silence, je n’ai pas vu un hommage public rendu à cet homme hors du commun. J’ai entendu des hommages dans les conversations privées ici et à l’intérieur du pays mais aucune tribune ou un discours hormis les activités strictement personnelles de la fondation Moktar Ould Daddah. Certes la fondation est une grande œuvre mais elle ne décharge ni le peuple mauritanien, ni l’Etat du devoir de mémoire vis-à-vis de cet homme qui biologiquement est Ould Daddah mais politiquement et administrativement Ould Mauritanie.



13/08/2007 CHRONIQUE D’UNE RETRAITE ANNONCEE (II eme Partie): Montages et captivité

La semaine passée, à la faveur de mon article : «chronique d’une retraite annoncée : Les bons et les méchants», j’ai promis de vous retracer la chronologie des faits qui ont marqué l’arrestation et la radiation on ne peut plus moches des 18 militaires, enfermés le 8 Août et littéralement chassés le 22 novembre 2004. Aujourd’hui, «La promesse étant une dette», je vous livre à domicile votre dû



06/08/2007 Chronique d’une

Dans les prochains jours, j’aurais à publier le journal de l’univers kafkaïen dans lequel des dizaines de collègues et moi avions été plongés, sans autre forme de procès, le 8 Août 2004 .Mais avant de dresser à mes lecteurs cette chronologie ridicule des faits ayant, mine de rien, précipité la chute d’un régime déjà aux abois, je trouve utile de présenter les causes lointaines ayant présidé au déclenchement de l’un des incidents les plus honteux de l’histoire de notre armée.



31/07/2007 Les Haratines, le devoir de s’assumer

Prenant pour prétexte le discours du Président de la République à la nation le 29 juin dernier, annonçant la volonté de l’Etat d’assurer le retour des réfugiés mauritaniens installés au Sénégal et au Mali depuis les douloureux et regrettables événements de 1989, certains individus, issus de famille ou de tribus anciennement dominantes, face à la perte, à la dissolution progressive et inévitable de cette position de droit et de fait, pour certains d’entre eux, en raison d’une démocratisation qui semble, en dépit des pièges qu’ils lui tendent, s’installer durablement, exagèrent leurs prétentions en voulant incarner à eux seules toute la Mauritanie et en s’arrogeant le droit et même le devoir d’en définir la citoyenneté, la culture et la vocation.




TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés