Premier << 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 >> Dernier
08/04/2008 Assaut contre la maison encerclée : Pas de jihadistes, ni d’otages à l’intérieur

Les forces de  sécurité  mauritaniennes ont donné l’assaut la matinée du mardi 8 avril contre un groupe de jihadistes  retranchés depuis lundi soir 7 avril dans une maison au «Centre Emetteur».



07/04/2008 «Ould Sidna est peut être encore retranché dans la maison encerclée», estime une source sécuritaire

Les informations faisant état des blessures ou de la mort de Sidi Ould Sidna, le jihadiste évadé depuis le 2 avril ont été démenties par une source sécuritaire. «Son cadavre n’est pas parmi ceux,  les deux jihadistes  déjà abattus,  et il n’est pas non plus, le blessé hospitalisé à l’hôpital», nous a indiqué sous l’anonymat,  cette  source sécuritaire qui suit la situation sur le terrain.



07/04/2008 Accrochage entre les forces de sécurité mauritaniennes et les jihadistes (Reportage)

Des échanges de coups de feu  se sont produits  lundi 7 avril en début de soirée,  un peu avant 19 H GMT dans le quartier du "Centre Emetteur" de Tevragh Zeina à Nouakchott  entre des forces de police et un présumé groupe salafiste-jihadiste.



05/04/2008 Sécurité : Sidi Ould Sidna, l’enfant qui secoue la République

Qui est-il,  ce Ould Sidna  dont l’évasion  secoue la République depuis le 2 avril ? Sidi Ould Sidna  est né en 1987 ! Il a eu une adolescence mouvementée avant qu’Allah ne le guide «sur la bonne voie» avait-il dit,  aux enquêteurs. C’était également  avant qu’il ne serve deux années durant dans les rangs de l’armée (Marine)  qu’il a déserté fin 2004 pour …une Mahadra aux alentours de Nouakchott. C’est dans cette Mahadra qu’il a été travaillé par ses recruteurs notamment avec des cassettes audio de Ben Laden,  Dhawahiri et Zarkawi, des cassettes  louant le Jihad contre «les impies et les croisés».



04/04/2008 Déclaration de Conscience et Résistance:INSIDIEUSE DERIVE DE LA MAURITANIE VERS LE WAHHABISME

Présenté devant le juge d’instruction, le jeune prévenu Sidi Ould Sidina, co-auteur présumé du meurtre de touristes français en Mauritanie, le 24 décembre 2007, réussit, le 2 avril 2008, à se débattre, sauter de l’enceinte du Palais de justice et échapper ainsi à ses gardiens. L’ «évasion», en compagnie de l’un de ses cousins agent de police, s’est déroulée en plein jour, à Nouakchott.



03/04/2008 Evasion de Ould Sidna : Des sanctions tombent, la traque se poursuit

Coté sanctions, l’évasion de Sidi Ould Sidna a provoqué des prises de mesures à l’encontre de plusieurs fonctionnaires mauritaniens. Un substitut du procureur qui avait ordonné l’extraction du prisonnier de la prison civile pour le conduire chez le juge d’instruction a été démis de ses fonctions.



03/04/2008  L’étau se resserre sur Ould Sidna

Le jeune salafiste Khadim Ould Semane en cavale depuis avril 2006 aurait été arrêté au Ksar par une unité de la Police nationale. Des coups de feu ont été entendus dans le périmètre où il aurait été arrêté. Cette information relayée par des media a été démentie il y a quelques instants par une source sécuritaire qui s’est exprimée sous l’anonymat : «La personne arrêtée n’est pas Khadim Ould Semane mais un proche à lui » nous a-t-elle déclaré.



02/04/2008 Evasion spectaculaire de Sidi Ould Sidna

Sidi Ould Sidna accusé dans le meurtre des touristes français le 24 décembre 2007 à Aleg, extradé de Guinée Bissau le 12 janvier 2008, a réussi à s évader le 02 avril 2008, au moment où il était présenté au Palais de la Justice de Nouakchott pour une audition devant le juge ad hoc . Son évasion est perçue comme ayan été facilitée par la negilgence, sinon la complicité indique un observateur.



01/04/2008 Khadim Ould Semane, le noceur impérturbable

Impressionnant,  ce Khadim Ould Semane,  qui choisit de convoler en justes noces au moment où il est sous une condamnation à deux années de prison prononcée en juin 2007 ainsi qu’un  mandat d’arrêt international lancé en févier 2008 suite à l’attaque de l’ambassade d’Israël en Mauritanie.



01/04/2008 Les ex-maîtres du désert en quête de reconnaissance

La résurgence de rébellions Touareg au Niger puis au Mali remet en lumière la quête de reconnaissance de ces nomades sahariens d’origine berbère, auparavant "maîtres du désert" et aujourd’hui paupérisés par des sécheresses successives et les politiques segregationnistes des nouveaux Etats-Nation. Estimés par les experts de un à un million et demi, les Touareg vivent sur un territoire de près de 2 millions de km2, réparti entre le Niger, le Mali, l’Algérie, la Libye et le Burkina Faso.




TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés