Premier << 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 >> Dernier
09/04/2008 Le parquet met en garde contre toute aide aux jihadistes en cavale

Le parquet de Nouakchott a mis en garde l’ensemble des citoyens et résidents contre toute aide apportée aux salafistes jihadistes en fuite, estimant que "de pareils agissements seront considérés comme un acte de complicité et exposent leurs auteurs aux peines prévues par la loi sur la lutte contre le terrorisme".



08/04/2008 Bavure policière à Nouakchott: La méthode BlackWater?

Des policiers ont abattu le 9 avril un mauritanien nommé Mohamedou Ould Ahmed Babou, et blessé un autre, dans ce qui a été présenté comme étant «une  opération contre une maison soupçonnée d’abriter des islamistes recherchés».



08/04/2008 Visite de l’Emir du Qatar en Mauritanie : Pourquoi est-il parti si vite ?

L’Emir du Qatar, Cheikh Hamed Ben Khalifa Al Thani, est arrivé  en fin d’après-midi du  mercredi 02 avril à Nouakchott pour une visite de deux jours en Mauritanie.C’est la première visite de l’Emir du Qatar dans notre pays après l’élection présidentielle de mars 2007.



08/04/2008 Accrochages Armée/Jihadistes : Les derniers développements

Le président de la République Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi s’est rendu il y a quelques instants au chevet des blessés policiers et militaires suite aux accrochages qui ont opposé dans la soirée du 7 avril, les forces de sécurité mauritaniennes et un groupe de salafistes-jihadistes. Ces accrochages ont fait 1 mort (l’inspecteur de Police Mohamed Salem Ould Ghallah) et 8 blessés parmi les forces de sécurité mauritaniennes.



08/04/2008 Assaut contre la maison encerclée : Pas de jihadistes, ni d’otages à l’intérieur

Les forces de  sécurité  mauritaniennes ont donné l’assaut la matinée du mardi 8 avril contre un groupe de jihadistes  retranchés depuis lundi soir 7 avril dans une maison au «Centre Emetteur».



07/04/2008 «Ould Sidna est peut être encore retranché dans la maison encerclée», estime une source sécuritaire

Les informations faisant état des blessures ou de la mort de Sidi Ould Sidna, le jihadiste évadé depuis le 2 avril ont été démenties par une source sécuritaire. «Son cadavre n’est pas parmi ceux,  les deux jihadistes  déjà abattus,  et il n’est pas non plus, le blessé hospitalisé à l’hôpital», nous a indiqué sous l’anonymat,  cette  source sécuritaire qui suit la situation sur le terrain.



07/04/2008 Accrochage entre les forces de sécurité mauritaniennes et les jihadistes (Reportage)

Des échanges de coups de feu  se sont produits  lundi 7 avril en début de soirée,  un peu avant 19 H GMT dans le quartier du "Centre Emetteur" de Tevragh Zeina à Nouakchott  entre des forces de police et un présumé groupe salafiste-jihadiste.



05/04/2008 Sécurité : Sidi Ould Sidna, l’enfant qui secoue la République

Qui est-il,  ce Ould Sidna  dont l’évasion  secoue la République depuis le 2 avril ? Sidi Ould Sidna  est né en 1987 ! Il a eu une adolescence mouvementée avant qu’Allah ne le guide «sur la bonne voie» avait-il dit,  aux enquêteurs. C’était également  avant qu’il ne serve deux années durant dans les rangs de l’armée (Marine)  qu’il a déserté fin 2004 pour …une Mahadra aux alentours de Nouakchott. C’est dans cette Mahadra qu’il a été travaillé par ses recruteurs notamment avec des cassettes audio de Ben Laden,  Dhawahiri et Zarkawi, des cassettes  louant le Jihad contre «les impies et les croisés».



04/04/2008 Déclaration de Conscience et Résistance:INSIDIEUSE DERIVE DE LA MAURITANIE VERS LE WAHHABISME

Présenté devant le juge d’instruction, le jeune prévenu Sidi Ould Sidina, co-auteur présumé du meurtre de touristes français en Mauritanie, le 24 décembre 2007, réussit, le 2 avril 2008, à se débattre, sauter de l’enceinte du Palais de justice et échapper ainsi à ses gardiens. L’ «évasion», en compagnie de l’un de ses cousins agent de police, s’est déroulée en plein jour, à Nouakchott.



03/04/2008 Evasion de Ould Sidna : Des sanctions tombent, la traque se poursuit

Coté sanctions, l’évasion de Sidi Ould Sidna a provoqué des prises de mesures à l’encontre de plusieurs fonctionnaires mauritaniens. Un substitut du procureur qui avait ordonné l’extraction du prisonnier de la prison civile pour le conduire chez le juge d’instruction a été démis de ses fonctions.




TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés