Premier << 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >> Dernier
15/11/2007 Visites présidentielles des départements chargés de lutter contre la hausse des prix 

«Le Gouvernement a pris toutes les dispositions pour que les instructions présidentielles soient mises en œuvre» a indiqué jeudi 15 novembre à Nouakchott, lors d’une conférence de presse, M Didi Ould Biyé Conseiller principal en charge de l’Economie et des Finances à la Présidence de la République.M Ould Biyé s’exprimait à l’issue de deux visites menées tôt la matinée du même jour, par le Président de la République dans deux Départements chargés de l’exécution du programme d’urgence lancé en Mauritanie pour faire face à la hausse des prix : le Commissariat Chargé de la Protection Sociale et la Sécurité Alimentaire (CCPSSA) et à la Société Nationale d’Import Export (SONIMEX) .



15/11/2007 Visites du Président au CCPSSA et la SONIMEX: Le Président de la République descend sur le terrain

Le Président de la République Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a rendu visite jeudi matin 15 novembre au Commissariat Chargé de la Protection Sociale et de la Sécurité Alimentaire (CCPSSA) et à la direction générale de la SONIMEX.Au commissariat chargé de la protection sociale, le Président de la République a tenu une réunion qui a regroupé outre Jiddou Ould Abderrahmane, le commissaire chargé de la protection sociale, les ministres de l’Emploi de l’Insertion et de la Formation Professionnelle Cheikh El Kebir Ould Chbih et Madame Fatimettou mint Khattri la ministre Chargée de la Condition Féminine de l’Enfance et de la Famille



13/11/2007 Téléphonomania : Les mauritaniens sont-ils devenus fous du portable ?

Pour un peuple dont le besoin de communiquer ne s’est jamais démenti, rien ne pouvait mieux lui arriver que la téléphonie mobile. Jusqu’ au boom du téléphone portable survenu en Mauritanie début 2000, l’acte de téléphoner n’était pas aisé pour les mauritaniens. Mais, depuis cette date, une véritable fièvre de la téléphonomania s’est emparée de toutes les populations au point que l’on se demande si l’on n’est pas devenu tous fous de ce gadget.



13/11/2007 Atelier sur la bonne gouvernance interne des OSC : La société civile doit se professionnaliser, estime un expert

Un atelier de formation sur la gouvernance interne des organisations de la société civile (OSC) a été organisé par le Comité de Suivi des Assises de la société civile mauritanienne (CS/ASCM) du 30 octobre au 01 novembre 2007 à l’hôtel Atlantic Ezza.
Ce comité est né des assises tenues du 20 au 23 mars 2006 au Palais des Congrès avec la participation de 16 organisations de la société civile et Oxfam-GB et ce, suite au changement intervenu le 03 Août 2005. Les nouvelles autorités avaient recommandé aux organisations de la société civile de s’organiser pour participer à leur façon à l’émergence d’une démocratie véritable en Mauritanie.



08/11/2007 Après le conseil des ministres «décentralisé» : Un programme d’envergure pour la promotion du Golfe de Nouadhibou

Un mémorandum d’entente a été signé, mercredi 8 novembre, par le Gouvernement Mauritanien et la Holding Emiratie Alqudra visant à faire de la ville de Nouadhibou un grand pôle de développement. selon un communiqué publié à l’issue de la cérémonie de signature, tenue en marge d’un conseil des ministres décentralisé tenu le même jour à Nouadhibou.Ce mémorandum d’entente, instaure un partenariat entre les deux parties, définit les grandes lignes pour la mise en oeuvre d’un programme intégré pour le développement du golfe de Nouadhibou



22/10/2007 Mauritanie Airways va combler notre absence dans le ciel

Avec la liquidation d’Air Mauritanie dont les avions sont cloués au sol et le personnel mis en chômage technique en raison des gestions publiques calamiteuses faut-il miser maintenant sur le privé mauritanien et les investisseurs étrangers pour faire voler la Mauritanie (dans le ciel bien sur).



16/10/2007 Ministère de la santé : Haro sur les médicaments contrefaits

"Nous voulons assainir le secteur de la pharmacie et lutter contre ces produits qui tuent nos populations’’, a déclaré mardi 16 octobre à Nouakchott le ministre de la Santé M. Mohamed Lemine Ould Raghani, lors d’une cérémonie de destruction par incinération d’une grande quantité de médicaments contrefaits retirés du marché des produits pharmaceutiques de Nouakchott. Cette opération, la première du genre en Mauritanie par son envergure, est le résultat de la campagne de lutte contre les faux médicaments et les étalages de médicaments dans la rue entreprise par le ministère de la Santé.



16/10/2007 La BCM vole au secours de l’économie : L’institut d’émission baisse son taux directeur

La Banque centrale de Mauritanie (BCM) a décidé mardi 16 octobre de baisser de 2% son taux d’intérêt directeur afin de stabiliser les prix et de contribuer à la relance de l’économie. Le taux directeur de la BCM passe de 14% à 12%, a annoncé Kane Ousmane gouverneur de la BCM , précisant que cette baisse peut avoir un effet significatif sur la stabilisation des prix, notamment des hydrocarbures et des céréales dont les prix ont fortement augmenté ces derniers mois.



11/10/2007 Le ministre des Mines réagit aux rumeurs de «bradage» de la SNIM : «Tout choix arrêté ne pourra être exécuté sans les consultations des deux chambres du Parlement»

M. Mohamed El Moctar Ould Mohamed El Hacen,ministre du Pétrole et des ¨Mines a déclaré le 10 octobre au cours d’une conférence de presse que la conjoncture internationale favorable de la vente du fer liée à la forte demande des pays asiatiques et la concurrence des pays producteurs notamment de la sous région (Sénégal et Guinée) qui ont scellé récemment des accords de production de fer avec Arcelor Mittal et Rintito, ont conduit la SNIM à entreprendre, l’année dernière , une étude stratégique de son développement.



01/10/2007 Le coût de vie en Mauritanie: Un calvaire !

Pour le commun des mauritaniens, le souci majeur est avant tout existentiel. En effet, à La quête de la dépense quotidienne et les besoins pressants le talonnent de prés. Ils ont pour noms : crise du logement, hausse des prix, factures hyper élevées de l’eau et de l’électricité, soins de santé onéreux, écoles publiques délabrées.




TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés