Premier << 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 >> Dernier
05/04/2008 Bababé : Entre le Hakem et la société civile, rien ne va plus

La société civile Mauritanienne entretient des relations difficiles avec certaines autorités administratives .Au lendemain des journées Nationales de Concertation et de mobilisation sur le retour des réfugiés un énorme espoir était apparu ,la société civile a reçu des promesses et des garanties d’être impliqués en amont et en aval du processus rapatriement des réfugiés .Cela s’est révélé trop théorique .



02/04/2008 Le SYNAPET entame une grève illimitée dans l’enseignement technique

Les professeurs de l’enseignement technique de ont entamé mercredi 02 avril  une grève illimitée pour réclamer une amélioration de leurs conditions salariales, a annoncé le porte-parole de leur syndicat, Ahmed Salem Ould Ahmed Degle.



01/04/2008 La viande trimbalée : Risques sanitaires

Quel est le mauritanien capable de rester deux journées complètes sans consommer de la viande? C’est une question à laquelle il serait difficile de répondre tant les habitants de ce pays portent un goût immodéré sur la matière. Tous les types de viandes passent certes dans la marmite mauritanienne, mais la viande de mouton est de loin la plus appréciée.



01/04/2008  Me Fatimata Mbaye raconte son calvaire

C’est un concours de circonstances serons-nous tenté de dire. Notre célèbre avocate, Me Fatimata M’Baye, avocat au barreau de Nouakchott, vice présidente de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH), présidente de l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH) et membre de la commission nationale des droits de l’homme, a subi, le 11 mars dernier, à l’aéroport Roissy Charles-De-Gaulle, le pire traitement de la part de la police française.



23/03/2008 Santé : Alerte à la vue

Il existe de plus en plus une tendance des citoyens mauritaniens à vouloir régler par eux-mêmes leurs petits ennuis de santé. Ce phénomène plus que périlleux a malheureusement l’air de se banaliser. Après les cachets de «Paracétamol» que l’on se procure sans difficultés chez le boutiquier, le sirop que l’on obtient sans ordonnance chez le pharmacien, voilà que l’on se met à vouloir corriger soi-même les défaillances visuelles. Et là, c’est très grave !



23/03/2008 Devenue «libre» elle tient à regagner ses «maîtres»

Haby Mint Rabah est présentée par son frère Bilal et les militants anti-esclavagistes comme un cas d’esclavage avéré. La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH-institution publique)  a dépêché deux missions pour l’arracher à  l’esclavage. La première mission n’a pas réussi  et la seconde,  comprenant Biram Ould Dah et Aminettou mint Ely (photo à droite)  a réussi à le faire en l’amenant du hameau de EICHAYE relevant de Mederdra ,  à Nouakchott .



23/03/2008 Consécration de la Mauritanie, en l’absence de la Mauritanie officielle

Le  deuxième Festival Afro-Arabe a été organisé  du 7 au 17 mars 2008 à  Kampala (capitale de l’Ouganda) au complexe Mognougnou sur les abords du Lac Victoria. Il a été une belle consécration de la Mauritanie qui est montée deux fois au podium, au titre de sa participation aux volets culturels et sportifs du Festival en  raflant  deux prix : La médaille d’or pour le tir à la cible et  le Prix de l’Excellence.



17/03/2008 Lettre ouverte à Monsieur le président de la République

Objet : Demande de financement.
 Permettez moi Monsieur le Président de transposer l’excellente formule de Platon dans le livre 6 de la République : «pour que le Gouvernement fonctionne bien, il faut qu’il soit mis entre les mains des philosophes» et dire ainsi pour que le conseil du Prix Chinguitt fonctionne bien il faut qu’il soit mis entre les mains des philosophes.



17/03/2008 M’Bout : La cité qui a toujours soif

M’Bout, moughataa de la Wilaya du Gorgol, que l’on n’atteint qu’après avoir avalé des kilogrammes de poussière selon que l’on vienne de Kaédi ou de Sélibaby est situé au beau milieu de ces deux capitales régionales. Ville carrefour, la cité a vu venir et se fixer sur son terroir plusieurs générations de fonctionnaires ou de simples voyageurs qui en ont fait un espace de métissage très remarqué. Mais, M’Bout, malgré toute son aura peine à tenir la dragée haute. L’électricité est certes là, la téléphonie aussi, mais le plus important, l’eau, est rare. On a soif.



17/03/2008 Qu’est-ce qui pousse les jeunes des wilayas du Nord à émigrer en

Les jeunes issus de nos capitales régionales du nord,  empruntent dans leur majorité, le chemin de l’exil,  dans le seul but d’assurer un avenir qui  leur ouvrira plus d’horizons et d’opportunités et de venir en aide à leurs familles laissées au pays. Un avenir  qu’ils n’obtiennent pas  dans leur pays   faute de   débouchés   prometteurs dans leurs villes : Nouadhibou et Zouerate.
Réussir et garantir leur avenir tels sont les  objectifs de nos jeunes émigrés à l’étranger.




TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés